pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film True Blood - Saison 1

TRUE BLOOD - SAISON 1

Titre original : True Blood
Année : 2008
Pays : USA
Durée : 634 min
Note du rédacteur : 8 / 10

L'HISTOIRE

Ayant trouvé un substitut pour se nourrir sans tuer (du sang synthétique - «Tru Blood»), les vampires vivent désormais parmi les humains. Cette série raconte la romance d'une jeune serveuse télépathe avec un vampire. L'histoire se passe en Louisiane, alors que les suceurs de sang viennent d'être officiellement reconnus par le gouvernement comme des citoyens à part entière?

LA CRITIQUE

Sookie Stackhouse est serveuse au bar le Merlotte's et accessoirement douée d'un encombrant don de télépathie... Un soir, elle tombe éperdument amoureuse d'un client au magnétisme irrésistible, Bill Compton, un vampire qui s'est converti au « Tru Blood », la fameuse boisson synthétique créée pour protéger les humains des suceurs de sang, et ainsi faciliter la cohabitation – désormais inévitable – entre les deux espèces...
Avec cette romance mixte mal perçue par la plupart des habitants de Bon Temps, naîtra une série d'intrigues autour du couple (à l'écran comme dans la vie) et de son entourage haut en couleur, sur fond de meurtres en série bouleversant la tranquillité de la petite bourgade de Louisiane.

Adaptée de « La Communauté du Sud », une suite de romans fantastiques de onze tomes écrits par Charlaine Harris, "TRUE BLOOD" s'illustre comme la nouvelle série à sensations d'Alan Ball, après "SIX FEET UNDER". Dans un esprit toujours très subversif, cette première saison introduit en douceur une galerie de personnages truculents dans la moiteur d'un été en Louisiane, berceau d'abondantes croyances surnaturelles et terre de panachage ethnique.

Malgré un démarrage un peu paresseux, la série se montre captivante au bout de quelques épisodes, notamment grâce à des personnages particulièrement attachants (les seconds rôles surtout) à l'instar de Jason le frangin influençable – et obsédé sexuel notoire – qui s'empêtre dans les ennuis au rythme de ses frasques, dont les conséquences sont invariablement désastreuses !
Entre « baiseurs de vampires », accros au « V » (du sang de vampires vendu sous le manteau) et réfractaires à l'intégration de ces créatures « contre nature », les rumeurs vont bon train dans le bar du coin, le point de ralliement de toute la communauté où travaillent Lafayette le savoureux cuisinier afro-américain gay, sa cousine Tara la baroudeuse au grand cœur un poil paranoïaque, Sam le patron bienveillant amoureux transi de sa serveuse, la jeune Sookie, qui deviendra l'objet de toutes les convoitises...

Sur un ton décalé mâtiné d'humour noir, "TRUE BLOOD" s'adresse de préférence à un public adulte, quand "BUFFY" ou plus récemment la saga "TWILIGHT" restent plutôt ciblés ados. Car, en marge d'une belle – et attendue – histoire sentimentale à la Roméo et Juliette, les épisodes regorgent d'érotisme, à travers des scènes d'ébats tour à tour sensuelles et crues. C'est donc logiquement sans détours que la série prendra le parti d'exhiber mares de sang et désintégrations excessivement salissantes de vampires, dont les métamorphoses se révèlent volontairement softs à l'image de tout un folklore traité avec une certaine retenue, sans jamais sombrer dans la caricature ou le ridicule.

Et pour se projeter davantage dans l'univers de l'auteur (et par extension du réalisateur et scénariste), le scénario propose un contexte social, politique et religieux très actuel. Chronique d'un racisme ordinaire qui renvoie obligatoirement à l'histoire de la Louisiane et à son lourd passé esclavagiste mais également aux luttes pour la cause homosexuelle, "TRUE BLOOD" évoque les différences, l'intolérance, la foi aveugle, la peur de l'inconnu ou au contraire la fascination qu'il peut exercer...
Alors que les vampires sont sur le point d'obtenir le droit de vote, leur mode de vie considéré comme décadent suscite haines et jalousies mais éveille aussi les fantasmes les plus inavouables, notamment en terme de sexualité, alors que leur sang - très prisé - est commercialisé illégalement pour ses vertus aphrodisiaques et hallucinogènes...

Voilà une première saison rafraîchissante (dotée d'un générique et une bande son particulièrement envoûtants), trash et politiquement incorrecte, qui s'étoffe au fil des épisodes pour finir sur un suspense haletant. Entre secrets de famille et travers insoupçonnés des uns et des autres, chaque protagoniste semble devoir jouer un rôle clé dans la suite des évènements...
Note de : 8 sur 10
Publiée le
True Blood - Saison 1

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
3lena - 12/09/2011 à 13:33
# 3

Ma série !! <3

Da Godfather - 11/01/2010 à 16:31
# 2

Géniale !!!

Il y a vraiment de tout dans cette série.

Tout d'abord le générique, que je n'hésiterai pas à traiter d'oeuvre d'art et que j'ai mit dans mon mp3 à peine le premier épisode terminé.
Les personnages sont variés et intéressants et les acteurs qui les interprètent sont bons.
Les épisodes qui se terminent en pleine action sont frustrants et addictifs.
Je regarde le série en V.O. et je dois dire que j'ai eu du mal dans les premières 20min avec l'accent de la Louisiane, mais on s'y fait vite et ça ajoute même du charme. Charme qui disparaitra certainement avec le doublage en français.

Sookie est délicieuse à tous les points d vues, je dis bien tous, ce qui m'amène à ce qui sont pour moi les gros défauts de la série.

Sookie et la nudité. Non pas que ça me déplaise, bien au contraire, mais la série commence à être plus connue pour les scènes de nue de Sookie que pour son scénario et ça, ça me dérange.
Malgré de belles innovations, le personnage de Bill reste l'éternelle caricature du beau vampire plein de mystères et avec un coeur en or. Tout comme Sookie qui est elle aussi la caricature de l'amoureuse un brin couillon. Un peu plus de noirceur pour les 2 aurait été la bienvenue.

J'en suis à la saison 2 et le personnage de Jason commence à me souler, mais d'une force. Son personnage passe sans cesse d'un extrême à l'autre en étant extrême dans chacune des étapes et sans jamais vraiment apprendre quoi que ce soit de ses expériences passées.

C'est ce que je reproche à la série, les personnages sont un peu (trop) cons.

Sa note: 9/10
Oh My Gore !Oh My Gore ! - 10/01/2010 à 22:50
# 1

Ca donne envie de regarder la série en tout cas !

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 1 = ?

Cette page a été vue 2315 fois.