pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Bossu de la Morgue, Le

BOSSU DE LA MORGUE, LE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (21) | NEWS (1) | DVDS | VIDEOS
Titre original : El Jorobado De La Morgue
Réalisé par Javier Aguirre
Année : 1973
Pays : Spain
Durée : 87 min
Note du rédacteur : 7 / 10

L'HISTOIRE

Gotho, un misérable bossu, est employé à la morgue d'un hospice. Il s'occupe des tâches les plus ingrates, à la risée de tout le personnel. Amoureux fou d'une patiente, il prend soin d'elle autant qu'il le peut. Hélas, elle ne survit pas à sa maladie, ce qui plonge Gotho dans le chagrin. Désespéré, il cache la belle dans le sous-sol de la morgue. Un médecin sans scrupules lui promet de la ramener à la vie. Mais, en échange, il doit l'aider dans ses recherches : Gotho doit ramener des cadavres tout frais...

LA CRITIQUE

Film d'horreur gothique à mi-chemin entre "Le Bossu de Notre-Dame" et "Frankenstein", "LE BOSSU DE LA MORGUE" est co-écrit et interprété par l'icône du cinéma fantastique espagnol, Paul Naschy, le Lon Chaney ibérique, qui a incarné à l'écran tout les monstres populaires de l'époque, en particulier le loup-garou avec son personnage récurrent de Waldemar Daninsky.

Dans ce film de Javier Aguirre, il joue le rôle d'un bossu méprisé à cause de son physique repoussant, épris d'une jeune femme qui vit ses derniers instants à l'hôpital dans lequel il travaille comme homme à tout faire. Lorsque la seule personne à lui montrer un peu d'affection s'éteint, le pauvre Gotho est tellement désespéré qu'il s'acoquine avec le Professeur Orla, un savant-fou obsédé par ses expériences sur la vie artificielle, qui lui promet de ressusciter sa bien-aimée...

Gotho devient donc le bras armé du scientifique, lui ramenant toujours plus de corps pour satisfaire les appétits croissants de sa créature lovecraftienne, dont le résultat final dégoulinant n'est pas sans rappeler le monstre du Cat3 de 1976, "THE OILY MANIAC". "LE BOSSU DE LA MORGUE" n'est, en outre, pas avare en scènes macabres, assez gores pour l'époque, dont une décapitation qui aurait été pratiquée sur un véritable cadavre ! Pas étonnant donc, que de vrais rats aient été sacrifiés devant la caméra, certains brûlés vifs pour les "besoins" du tournage...

Dans les décors particulièrement sinistres des souterrains d'une église en ruine qui auraient servi pendant l'inquisition, cachots crasseux, instruments de torture, personnages défigurés et corps en putréfaction confèrent une atmosphère inquiétante à cette histoire emprunte d'un certain romantisme. Car Gotho le bossu est non seulement un grand sentimental qui refuse la mort de sa bien-aimée et s'acharne à conserver sa dépouille, mais aussi un improbable séducteur qui fait des ravages auprès d'une doctoresse sexy, littéralement tombée sous son charme !

Bien que kitsch et doté d'un montage qui laisse par moments relativement perplexe (sans parler des personnages qui n'ont pas franchement des tronches d'autrichiens, bien qu'ils s'enfilent d'énormes pintes de bière), "LE BOSSU DE LA MORGUE" est un film d'épouvante enveloppé d'une ambiance morbide à souhait qui ne manque pas de charme.
Note de : 7 sur 10
Publiée le
Bossu de la Morgue, Le
Bossu de la Morgue, LeBossu de la Morgue, LeBossu de la Morgue, LeBossu de la Morgue, LeBossu de la Morgue, LeBossu de la Morgue, LeBossu de la Morgue, LeBossu de la Morgue, Le

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 3 = ?

Cette page a été vue 5715 fois.