pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Theatre Bizarre, The

THEATRE BIZARRE, THE

Titre original : The Theatre Bizarre
Année : 2011
Pays : USA | France | Canada
Durée : 114 min
Note du rédacteur : 7 / 10

L'HISTOIRE

Un film-à-sketches en hommage au légendaire Art du Grand Guignol réunissant sept cinéastes de l'horreur.
THE MOTHER OF TOADS : En France, un couple de vacanciers rencontre une sorcière qui prétend posséder une copie du Necronomicon.
I LOVE YOU : Une femme annonce à son mari qu'elle le quitte.
THE ACCIDENT : Une mère et sa fille sont témoins d'un accident de la route.
WET DREAMS : Une femme blessée se venge de son mari infidèle.
VISION STAINS : Une tueuse en série extrait les souvenirs de ses victimes à l'aide d'une seringue.
SWEETS : Un couple obsédé par la bouffe consume son amour.
THEATRE GUIGNOL : Une salle de cinéma se transforme en véritable théâtre de pantins sous l'égide d'un automate.

LA CRITIQUE

Co-produit par nos amis de chez Metaluna, "THE THEATRE BIZARRE" réunit sept réalisateurs familiers du genre pour une anthologie horrifique revendiquée comme étant inspirée du théâtre du Grand-Guignol.
Aux commandes, nous retrouvons donc Douglas Buck ("FAMILY PORTRAITS", "SISTERS", le remake), Buddy Giovinazzo ("COMBAT SHOCK", sorti sous l'égide de la Troma), David Gregory (le très mauvais "PLAGUE TOWN"), Karim Hussain (directeur de la photo sur "HOBO WITH A SHOTGUN", co-scénariste d'"ABANDONNEE" de Nacho Cerdà), Jeremy Kasten ("WIZARD OF GORE", le remake), Tom Savini (célèbre maquilleur FX sur des films cultes tels que "ZOMBIE" et "VENDREDI 13", acteur et réalisateur) et Richard Stanley ("HARDWARE", "DUST DEVIL"), pour cinq courts-métrages tous très différents les uns des autres.

Ayant pour fil conducteur une série d'interludes qui mettent en scène l'incroyable Udo Kier en inquiétant chef de cérémonie mi-homme, mi-automate, les segments qui composent "THE THEATRE BIZARRE" se placent tous plus ou moins sous le signe du "girl power" : de la sorcière diabolique de THE MOTHER OF TOADS à la femme bafouée assoiffée de vengeance de WET DREAMS, en passant par la petite-amie boulimique de SWEETS et la compagne infidèle de I LOVE YOU... autant dire que dans l'ensemble, la gent masculine en prend plein la tronche !
Ce thème récurent aurait d'ailleurs presque pu servir de fil rouge au sein des transitions de Jeremy Kasten, puisque ces dernières n'ont de rapport avec les sketches qu'elles sont censées relier, que l'introduction de leurs personnages via des marionnettes articulées à leur effigie.

Malgré tout, il s'agit certainement du "segment" qui se rapproche le plus de l'esprit "théâtre du Grand-Guignol", avec le court de Tom Savini, jouissif à souhait, dont l'humour noir rappelle avec plaisir "CREEPSHOW" et les génialissimes "CONTES DE LA CRYPTE" !
C'est d'ailleurs sur ce terrain là qu'on aurait pu attendre "THE THEATRE BIZARRE", or, si le film à sketches est critiqué pour son manque d'homogénéité, c'est aussi précisément cela qui fait son charme et sa richesse.
Mis à part l'auteurisant THE ACCIDENT de Douglas Buck, qui propose une réflexion existentielle à travers un dialogue entre une mère et sa fille, tous les courts s'inscrivent dans le registre de l'épouvante, chacun à leur manière. Il y en a pour tous les goûts : des univers old-school, des approches plus expérimentales ou plus psychologiques, de la violence frontale (qui a réussi à traumatiser plusieurs spectateurs sensibles lors de ses projections en festivals)... le tout desservi par une poignée acteurs assez convaincants.

Une initiative bienvenue, vivement la suite !
Note de : 7 sur 10
Publiée le
Theatre Bizarre, The
Theatre Bizarre, TheTheatre Bizarre, TheTheatre Bizarre, TheTheatre Bizarre, The

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
barbietuerick - 07/01/2013 à 06:29
# 3

sympa mais a ne pas regarder en periode de rupture avec votre copine

jaimelaviande - 11/10/2012 à 16:23
# 2

Le segment de Tom Savini est assez excellent au même titre que Sweets, complètement décalé et vraiment tordant. Après le reste ne m'a vraiment pas convaincu malgré quelques bonnes idées notamment sur Visions stains ou The accident.

Sa note: 4/10
samael666 - 09/05/2012 à 01:24
# 1

ça fait depuis l'année passé que j'en entend parler, bien hâte de pouvoir le voir ,si c'est du creepshow en plus gore et surtout pour celui de Karim Hussain et Tom Savini. merci pour la critique.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 5 = ?

Cette page a été vue 3331 fois.