pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film The Raid 2

THE RAID 2

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (101) | NEWS (2) | DVDS | VIDEOS (2)
Titre original : The Raid 2: Berandal
Réalisé par Gareth Evans
Ecrit par Gareth Evans
Année : 2014
Pays : Indonesia | USA
Durée : 150 min
Note du rédacteur : 8 / 10

L'HISTOIRE

Après un combat sans merci pour s'extirper d'un immeuble rempli de criminels et de fous furieux, laissant derrière lui des monceaux de cadavres de policiers et de dangereux truands, Rama, jeune flic de Jakarta, pensait retrouver une vie normale, avec sa femme et son tout jeune fils.... Mais il se trompait. On lui impose en effet une nouvelle mission : Rama devra infiltrer le syndicat du crime, où coexistent dans une sorte de statu quo mafia indonésienne et yakusas. Sous l'identité de « Yuda », un tueur sans pitié, il se laisse jeter en prison afin d'y gagner la confiance d'Uco, le fils d'un magnat du crime indonésien - son ticket d'entrée pour intégrer l'organisation. Sur fond de guerre des gangs, il risquera sa vie dans un dangereux jeu de rôle destiné à porter un coup fatal à l'empire du crime.

LA CRITIQUE

Trois ans après un "THE RAID" extrêmement efficace, le réalisateur gallois Gareth Evans nous livre la suite des aventures de Rama, jeune policier qui avait réchappé au massacre survenu dans un immeuble de Jakarta truffé de trafiquants de drogue.
A peine le temps de souffler que le pauvre officier, à présent papa, doit rempiler avec une mission bien plus longue et bien plus périlleuse que prévue, qui une fois encore, prendra une dimension toute personnelle...
Et pour parvenir à ses fins, Rama va en baver ! Après un séjour en prison volontairement orchestré par ses supérieurs, il est chargé d'infiltrer l'une des organisations criminelles les plus puissantes du pays afin d'en démanteler les principaux membres, mais il va se retrouver seul au cœur d'une guerre de gangs où tous les coups sont permis...

Alors que son prédécesseur se déroulait dans une atmosphère confinée (on pourrait presque parler de huis-clos) avec pour seuls décors les recoins crasseux d'un immeuble désaffecté, "THE RAID 2" est d'une toute autre envergure – certainement grâce à un budget plus conséquent suite au succès du premier opus – et dispose d'un large spectre de lieux chaleureux et accueillants, où il fait bon se battre.
Prison, discothèque, entrepôts clandestins... bref les endroits les plus prisés par la pègre, qui pourraient figurer dans un Guide du Routard pour mafieux, seront le théâtre de tous les excès les plus sanglants.
Plus gore que bon nombre de films d'horreur, "THE RAID 2" ne fait pas dans la dentelle ! Ceux qui auront déjà vu "THE RAID" ne seront pas surpris d'y retrouver un degré de sauvagerie hors du commun pour un « simple » film d'action : un festival d'os broyés, de membres retournés, de gorges tranchées, de crânes fracassés, de corps criblés de balles ou mutilés à l'arme blanche ... tout ça dans un bain de sang quasi-continu.
D'une impressionnante bagarre générale dans une cour de pénitencier boueuse à un duel particulièrement tendu dans les cuisines d'un restaurant, en passant par une course poursuite spectaculaire sur les routes de la ville et une attaque aux marteaux dans une rame de métro... les scènes de combats, chorégraphiées cette fois encore avec brio par le duo Iko Uwais/Yayan Ruhian, sont plus démentes les unes que les autres, s'enchaînant à un rythme tellement effréné que les 2h40 passent curieusement assez vite.

Issu du script remanié d'un projet que le réalisateur-scénariste n'avait à l'époque pas les moyens de concrétiser, "THE RAID 2" propose une intrigue, certes loin d'être originale, mais bien plus dense que celle du premier volet, avec de surcroît un nombre plus important de protagonistes. Nous retrouvons donc les interprètes-chorégraphes Iko Uwais et Yayan Ruhian, mais aussi d'autres acteurs locaux comme Arifin Putra et Julie Estelle (vus tous les deux dans l'excellent "MACABRE" des Mo Brothers), ainsi que des imports japonais, à l'image de Ryuhei Matsuda (le sublime "TABOU", "NIGHTMARE DETECTIVE"...) et Kenichi Endo (acteur fétiche de Takashi Miike).
Mais évidemment, qui dit mafia dit aussi luttes de pouvoir et en cela, le film a un arrière-goût de "PARRAIN" (Francis Ford Coppola), d'"ELECTION" (Johnnie To), ou encore des films de Yakuzas de Takeshi Kitano. Bien qu'assez convenus donc, les conflits entre clans, mais aussi les rivalités intestines naissantes, tiennent parfaitement la route et offrent une certaine épaisseur au scénario ainsi qu'aux personnages (même si le but premier de l'entreprise reste incontestablement la déferlante d'action).

Au final, si "THE RAID 2" ne possède pas le charme brut de son prédécesseur (dont il est très différent), il se montre cependant plus ambitieux et offre une plus grande variété de décors et de scènes de combats, toujours plus inventives, enragées et sanglantes. Un troisième opus, dont l'action aurait lieu 2 heures avant la fin du 2, est par ailleurs déjà prévu.
Note de : 8 sur 10
Publiée le
The Raid 2
The Raid 2The Raid 2The Raid 2The Raid 2The Raid 2The Raid 2The Raid 2

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 2 = ?

Cette page a été vue 3838 fois.