pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Planète Des Singes : Les Origines, La

PLANETE DES SINGES : LES ORIGINES, LA

Titre original : Rise Of The Planet Of The Apes
Réalisé par Rupert Wyatt
Année : 2011
Pays : USA
Durée : 105 min
Note du rédacteur : 8.5 / 10

L'HISTOIRE

Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d'Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d'augmenter radicalement l'activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d'une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l'entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l'Homme dans un combat spectaculaire.

LA CRITIQUE

Après le remake exagérément conspué de Tim Burton il y a tout juste 10 ans, la saga inspirée du roman français de Pierre Boulle est aujourd'hui revisitée par le réalisateur Rupert Wyatt, qui n'avait à son actif qu'un seul long-métrage.
Comme son titre l'indique, "LA PLANETE DES SINGES, LES ORIGINES" n'est ni une suite, ni un second remake du film culte de 1968, mais bel et bien une préquelle, sorte de genèse de l'épopée, située à l'époque actuelle.

Le film s'ouvre sur la capture d'un groupe de chimpanzés destinés à l'expérimentation d'un potentiel remède à la maladie d'Alzheimer. D'emblée, le ton est donné, et les tristes séparations des familles de singes ne sont qu'un maigre échantillon de la détresse qui attend les malheureux cobayes, dont les cages et les tests en laboratoire constitueront désormais le quotidien.
Sauvé in extrémis à la mort de sa mère (douée d'extraordinaires capacités intellectuelles depuis les expériences pratiquées sur elle par les scientifiques), César le chimpanzé – qui a hérité de ses gênes hors du commun – est élevé par Will dans la maison familiale, jusqu'au jour où sa nature profonde prend le dessus... Un besoin irrépressible de liberté, d'espace et de liens sociaux qui va le conduire tout droit dans un zoo, ressemblant plus à une sordide prison qu'à un centre de loisirs pour primates...

Outre le thème de l'esclavage et le concept de race supérieure déjà abordés à travers les films et la série télé des 70's, "LA PLANETE DES SINGES, LES ORIGINES" propose également une réflexion sur l'exploitation, la torture et la maltraitance animale, comme l'avaient d'ailleurs déjà fait ses prédécesseurs dans une moindre mesure.
Le film est d'ailleurs tout aussi pessimiste sur le genre humain, qui, victime de son « intelligence », finit par se mener à sa propre perte, à force de vouloir contrôler son destin et de défier les lois de la nature.
Et le personnage du père de Will, atteint de la maladie même que son fils tente de traiter, traduit très bien cet état de fait : le choix de sacrifier une espèce vivante pour en sauver une autre se retourne non seulement contre lui, mais engendre une rébellion de l'animal – qui vient de franchir une étape décisive de son évolution – sur l'homme (évoquant au passage l'épisode "LA CONQUETE DE LA PLANETE DES SINGES").

Dans cette relecture inventive, il est intéressant de constater l'absence des travers typiquement humains dont ont finalement hérité les singes dans les autres adaptations. Effectivement, ici, il n'est pas vraiment question de « revanche ». Le but des opprimés n'est pas (encore ?) d'exercer une quelconque domination sur l'homme, mais simplement de vivre libres et en paix.
A cet égard, ils sont infiniment plus attachants, en particulier César – qui réussit à s'imposer comme le leader de tout un « peuple » et l'instigateur de la révolte – dont la quête d'identité et les interrogations (qui ne sont pas sans rappeler "GREYSTOKE") sont d'autant plus émouvantes qu'elles sont légitimes aux yeux du spectateur.

Reste que "LA PLANETE DES SINGES, LES ORIGINES" est suffisamment réaliste pour qu'on s'y projette ou qu'on s'identifie aux personnages et à leurs dilemmes, et techniquement, les singes crées en numérique fonctionnent à merveille, même si l'illusion est certainement encore perfectible.
Quoiqu'il en soit, voilà un film que l'on n'attendait pas aussi intense, et qui éveillera peut-être les consciences...

L'heure de la libération animale a sonné !

Note de : 8.5 sur 10
Publiée le
Planète Des Singes : Les Origines, La
Planète Des Singes : Les Origines, LaPlanète Des Singes : Les Origines, LaPlanète Des Singes : Les Origines, LaPlanète Des Singes : Les Origines, La

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
CannibalorCannibalor - 26/08/2011 à 09:08
# 3

Pour ma part, j'ai trouvé qu'ils auraient pu faire un petit effort quant aux singes, pas spécialement convaincants. Mais, wouah, ce film est une vraie bombe quand même! Les acteurs sont excellents, le déroulement de l'histoire la rend intéréssante. On ne s'ennuie pas une seconde et la scène du pont est appelée à devenir une scène culte!

Sa note: 9/10
marvin - 24/08/2011 à 12:25
# 2

C'est vrai que le seul bémol du film est la réalisation technique de ces chimpanzés, pas très réalistes à mon gout ( sauf le gorille et l'orang-outang). Mais l'histoire dont l'issue est évidente est suffisement intense et accrocheuse pour nous tenir en haleine jusqu'à la fin ( ou le commencement ? ).

Sa note: 7/10
samael666 - 10/08/2011 à 04:49
# 1

Techniquement, justement le rendu animé des singes ,étant les principaux protagonistes ,n'est pas très convaincant surtout le début avec César, que j'ai trouvé a la limite du ridicule,m'a fait décrocher du film, difficile de s'immerger totalement et aussi un scénario des plus basique et simpliste, un concept louable tout même, la critique de l'utilisation d'animaux de laboratoires, un film vite oublié, et un de plus cette année...

Sa note: 4/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 3 = ?

Cette page a été vue 3749 fois.