pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Phénomènes

PHENOMENES

Titre original : The Happening
Réalisé par M. Night Shyamalan
Année : 2008
Pays : USA
Note du rédacteur : 6 / 10

L'HISTOIRE

Surgi de nulle part, le phénomène frappe sans discernement. Il n'y a aucun signe avant-coureur. En quelques minutes, des dizaines, des centaines de gens meurent dans des circonstances étranges, terrifiantes, totalement incompréhensibles. Qu'est-ce qui provoque ce bouleversement radical et soudain du comportement humain ? Est-ce une nouvelle forme d'attaque terroriste, une expérience qui a mal tourné, une arme toxique diabolique, un virus qui a échappé à tout contrôle ? Et comment cette menace se propage-t-elle ? Par l'air, par l'eau, ou autrement ?
Pour Elliot Moore, professeur de sciences dans un lycée de Philadelphie, ce qui compte est d'abord d'échapper à ce phénomène aussi mystérieux que mortel. Avec sa femme, Alma, ils fuient en compagnie d'un ami, professeur de mathématiques, et de sa fille de huit ans.
Très vite, il devient évident que personne n'est plus en sécurité nulle part. Il n'y a aucun moyen d'échapper à ce tueur invisible et implacable.
Pour avoir une mince chance de survivre, Elliot et les siens doivent à tout prix comprendre la véritable nature du phénomène, et découvrir ce qui a déchaîné cette force qui menace l'avenir même de l'espèce humaine...

LA CRITIQUE

M Night Shyamalan est un réalisateur que je ne porte pas spécialement dans mon cœur. Pourquoi ? Je l'ignore... Cela doit être dû, entre autres à l'immense déception -contrairement à la majorité des gens- que j'ai ressenti en voyant "SIXIEME SENS". Pourtant Shyamalan est un réalisateur doué et vraiment intéressant...

M Night Shyamalan, de son véritable nom Manoj Nelliyattu Shyamalan commence sa carrière dans le long métrage en 1992 en réalisant d'abord 2 drames : "PRAYING WITH ANGER" et "WIDE AWAKE". Ces deux films, des succès relatifs, passés inaperçus chez nous étais cantonné au circuit indépendant, mais Shyamalan a d'autres ambitions.
En 1998, David Vogel de chez Disney lui donne la greenlight pour "SIXIEME SENS", sur simple lecture du script. Succès planétaire qui permettra à son auteur de s'émanciper et d'enfin pouvoir faire les films qu'il aime. 2 années plus tard, Shyamalan réalise "INCASSABLE" œuvre plus sombre et personnelle, qui rencontre un succès plus mitigé... Désireux de reconquérir son public, Shyamalan propose alors au public "SIGNES" en 2002, tout en prenant soin de prendre en compte les critiques de "INCASSABLE". C'est un nouveau succès. Son film suivant, "LE VILLAGE" décevra une partie du public qui, du coup, ne le suivra pas pour "LA JEUNE FILLE DE L'EAU", qui sera son premier vrai gros échec (72 millions de dollars de recettes dans le monde, en salles, pour un budget estimé à 140 millions, promo inclue).

Comme on peut, ainsi le constater, la carrière de Shyamalan est en dents de scie. Projet au scénario taillé pour le box-office, grosse star à l'appuie, Shyamalan cartonne ("SIXIEME SENS", "SIGNES"), mais dés qu'il tente une approche différente ("INCASSABLE"), se moque du spectateur ("LE VILLAGE" et son faut twist foutage de gueule) ou qu'il donne dans la relecture moderne d'un comte de fée ("LA JEUNE FILLE DE L'EAU"), Shyamalan se ramasse...

Après le four critique, financier et public de "LA JEUNE FILLE DE L'EAU", Shyamalan décode alors de retrouver ses premiers amours en nous offrant un film dans la droite lignée de "SIGNES" : un événement catastrophique sans précédent qu'il raconte en se plaçant, subtilement du point de vue d'une pseudo famille en crise... Cette vision narrative déjà utilisée par nombre de réalisateur ("LA GUERRE DES MONDES" de Spielberg, pour ne citer qu'un des plus récent...), servira donc de base à "THE GREEN EFFECT", premier titre envisagé qui sera finalement remplacé par "THE HAPPENING" (en VO). Aucun gros studio n'accepte de se lancer dans ce projet, normal après le four de "LA JEUNE FILLE DE L'EAU", étonnant quand on regarde de plus près le concept proposé par Shyamalan.

Shyamalan, réputé pour être très hostile à la critique et aux propositions de changement dans ses scénarios, ravale sa fierté, rentre chez lui et remanie le script. Banco, Tom Rothman, un des pontes de la FOX valide le script pour 57 millions de dollars...

Mais alors, qu'en est-il réellement de ce "PHENOMENES" ?

Etats-Unis, de nos jours, un phénomènes dramatique sans précédent frappe des grandes villes des Etats-Unis. Les gens, sous l'emprise d'une substance inconnue, rapidement identifiée comme étant une toxine présente dans l'air, cèdent à la panique, perdent la mémoire, et sont soudain victime de folie suicidaire.

Il paraît évident à la vue du film, que Shyamalan a décidé de mettre de l'eau dans son vin, pour regagner l'amour de son public, mais cela, sans pour autant renier son art. En effet, le film, dés les premiers instants renvoie immédiatement à ses autres films, que ce soit dans l'ambiance, dans le filmage, l'utilisation (ici grandiose) de la musique (signée James Newton Howard), ou la description du petit groupe de héros : un couple sur le point de rompre accompagné de quelques rescapés qui fuient les grandes villes d'où le phénomène a démarré pour se réfugier au calme, à la campagne. Pourtant, en refusant de dramatiser à tout prix son récit, en ayant décidé (en accord avec le studio) de faire un film R (le premier de sa carrière), donc violent, et en montrant une partie du phénomène à grande échelle, sur le mode des films catastrophes modernes, Shyamalan fait ici un tas de concessions qui aboutissent à un film plus accessible.

Le film, remarquablement mis en scène, fourmille d'idées et de scènes qui imprime, de suite la mémoire. Ainsi, les premières scène de suicides (dont les fameuses défenestrations d'ouvriers en bâtiment à répétition aperçues dans la bande-annonce) sont à la fois efficaces et terriblement flippantes, Shyamalan nous gratifie un peu plus tard d'une autre scène terrifiante avec des lions que je vous laisserai découvrir, nous offre un accident de voiture mémorable quand une jeep Wrangler rouge dont le conducteur cédant à la folie percute violemment un arbre et qu'un des occupants sort du véhicule pour se suicider un peu plus loin en s'ouvrant le veines avec du verre brisé, le tout en plan séquence : énorme !!!

Dans le dernier acte du film, après des péripéties diverses qui finissent par se répéter, Shyamalan a l'excellente idée d'isoler ses deniers héros dans une vieille ferme tenue par une étrange bonne femme paranoïaque. Le personnage tenu par Mark Walhberg se retrouve alors séparé de sa femme qui est restée dans une autre maison voisine de la ferme. Le couple ne peut pas sortir à cause de la toxine présente dans l'air et ne peu donc communiquer que par un tuyau qui laisse porter les sons d'une maison à l'autre : concept génial mais tué dans l'œuf, puisqu'exploité à peine quelques minutes...

Malgré le sentiment de frustration qui émane de cette idée mal exploitée, malgré quelques répétitions dans les scènes de suicides, Shyamalan remplit son contrat haut la main : réussir à calmer ses ardeurs pour proposer un film plus accessible aux personnes réticentes à son art. On peut ainsi savourer "PHENOMENES" comme le film qu'il est : flippant, tendu, plutôt bien interprété, et jouissant d'une mise en scène et d'un rapport à la musique assez intéressant. Pas le film de l'année, loin s'en faut, mais un bon film quand même.
Note de : 6 sur 10
Publiée le
Phénomènes
PhénomènesPhénomènesPhénomènesPhénomènesPhénomènesPhénomènes

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
CannibalorCannibalor - 29/10/2010 à 09:27
# 5

Je trouve que c'est un film vraiment sympa une fois. Après, quand on le connait, il n'y a plus vraiment de suspense...

Sa note: 6/10
Mathilde - 21/07/2008 à 11:31
# 4

J'ai vu deux fois le film, la premiere fois dans un grand cinéma et
la deuxieme fois, dans un petit cinéma où la calité n'étais pas au rendez-vous.
ET la deuxieme fois on a remarqué qu'on voyais les Micros du film. Par exemple un personnage parlait et on voyais un micro au dessus de sa tête. Je sais pas si c'est le petit cinéma qui a mal cadré le film, où si il est comme ça. Sachant que la première fois je n'es rien remarqué.
Donc avez vous vu des micros? ^^

Sin - 17/07/2008 à 16:22
# 3

L'intrigue est tout simplement énorme, le film est simplement bon, dommage! Il démarre bien, la musique est exellente, la psychologie des personnage est bien fouillé, les acteurs sont bon, les suicides bien dérangeant, mais le film se ridiculise tout seul! Quand Mark Walhberg parle à la plante en plastique sa surpasse même le summum du ridicule!Même si j'adore cet acteur. 6/10 pour encourager le réalisateur. Aller Shyamalan, tu à déja réaliser des chefs-d'oeuvres, fait nous rêver comme tu l'a déja fait!

echo - 15/07/2008 à 17:08
# 2

je suis pas client des habituels film pseudo ecolo de shyamalan.
il est sur que ca change des film pseudo ecolo-wasp-liberal, mais quand meme...

conclusion encore plus debile et inutile que d'habitude.

CosmocatsCosmocats - 21/06/2008 à 13:56
# 1

Bien que l'idée soit intéressante, elle reste mal exploitée tout du moins pressentie. Shyamalan perd de sa recette pour plaire au plus grand nombre. C'est un film fantastique simpliste à découvrir en salles lors de la fête du cinéma par exemple.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
3 + 2 = ?

Cette page a été vue 3293 fois.