pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Mr. Nobody

MR. NOBODY

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (32) | NEWS | DVDS | VIDEOS (6)
Titre original : Mr. Nobody
Réalisé par Jaco van Dormael
Année : 2009
Pays : Belgium
Durée : 138 min
Note du rédacteur : 7 / 10

L'HISTOIRE

Nous sommes en 2092 et un journaliste interroge un homme de 118 ans. Il est le dernier mortel sur Terre et il est persuadé d'avoir 34 ans. Des ses souvenirs vont naître des milliers de vies, toutes celles qu'il aurait pu avoir, à partir d'un choix crucial dans son existence : suivre sa mère, ou son père, lorsqu'il avait 9 ans.

LA CRITIQUE

Nemo Nobody n'existe pas. Il porte en lui tant d'identités qu'il s'est perdu. Il en rit lui-même en racontant au journaliste introduit dans sa chambre d'hopital qu'il se fait aussi appeler Mr CRAFT (“Can't Remember A Fucking Thing”). Il va donc essayer de trouver qui il est avec les séances d'hypnose de son médecin, mais surtout, sans le savoir, avec l'entretien qu'il a avec un jeune pigiste qui ne cesse de lui répéter que son propos est contradictoire. En effet, il a eu trois femmes différentes, et plusieurs vies bien mouvementées avec chacune d'elle!

Imaginez le nombre de vies différentes que le réalisateur du "HUITIEME JOUR " nous donne à voir... C'est un vrai tourbillon. L'image est soignée, la réalisation parfaite et Jared Leto est au mieux de sa forme, s'adaptant parfaitement aux différents mondes qu'arpente son personnage.

Le film tourne autour de la notion de choix et des possibles qu'offre la vie. On pense à "L'EFFET PAPILLON " tant un mauvais choix entraîne des dommages collatéraux pour le “futur” de Nemo et de ses proches. Tout tourne autour d'un moment crucial pour le jeune Nobody : choisir à 9 ans, de suivre sa mère ou de rester avec son père.

Le plaisir de découvrir des vies complètement différentes cède malheureusement vite la place à ... un gigantesque mal de tête. On est submergé par tous les souvenirs de Nemo, qui bondit d'un possible à un autre, imaginant successivement ses différentes morts, ou s'imaginant enfant, dans une salle de cinéma, regardant se dérouler le film de sa vie!

On en sait également très peu sur le monde de 2092, où vit le Nemo de 118 ans : la sexualité y est devenue obsolète et les humains disposent d'une “semi-immortalité” (on n'en sait pas plus à ce sujet). Le film est avant tout onirique et ne s'attarde pas sur le côté surnaturel de ce que vit Mr Nobody.

Jaco van Dormael ne cesse de jouer avec son spectateur : Nemo se retrouve sur Mars dans une de ses vies. Cette dernière a été imaginée par le Nemo de 15 ans, petit écrivain en herbe. Autre exemple, Nemo, dans un autre espace temps, est animateur TV et nous interroge sur le sens de l'amour, du choix, ou du temps.

En bref, lâchez prise et laissez-vous entraîner dans ce film qui part dans tous les sens, le spectacle est garanti...mais prévoyez quand même une petite aspirine pour le retour à la réalité.
Note de : 7 sur 10
Publiée le
Mr. Nobody
Mr. NobodyMr. NobodyMr. NobodyMr. NobodyMr. Nobody

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
morféous - 14/02/2011 à 21:43
# 5

Une grosse daube ! j'ai rien compris !

Sa note: 1/10
Eddy P - 29/09/2010 à 00:00
# 4

Ce n'est pas un film pour tout le monde, c'est malheureusement clair. Je me rappelle des gens qui sortaient de la salle pendant sa projection ou les fous rires des jeunes filles venues en mode "volaille" pour admirer les beaux yeux de Jared...

Mr Nobody est pour moi un des plus grands films jamais réalisés, une immense déclaration d'amour au cinéma. L'infinité de détails riches de sens, les métaphores visuels, les codes de couleurs, la philosophie et les idées scientifiques (elles-mêmes atteignant la limite de la logique pour tutoyer l'onirisme et la poésie comme la théorie des cordes, le big crunch, la mécanique quantique, l'anti-anthropie...), les scènes qui s'enchaînent quasiment toutes par analogie et non par chronologie, la beauté visuelle, le jeu des acteurs, les effets spéciaux visibles et ceux qui sont très subtils (comme lorsque Némo passe de l'autre côté du miroir)...

Ce film demanderait des pages et des pages d'analyse. Tout est extrêmement intelligent et sublime. On passe toutes les nuances du rire à celles des larmes (ému, touché par la Vérité universelle de certaines scènes, parfois bouleversé par des prises de consciences sur nos propres vies...). Et j'allais oublier la bande son, sublime qui décline le thème principal sous différents styles, en plus d'utiliser de grands classiques comme la Pavane de Fauré (thème d'Anna), ou l'extrait d'une oeuvre sublime de Britten, Van Dormael se plait à faire des choix musicaux pop riches de sens comme Sweet Dreams d'Eurythmics et DayDream des Wallace Collection (qui est une chanson dans l'esprit de ce film multi-temporel vu que le refrain utilise note pour note le final du Lac des Cygnes de Tchaïkovsky dans un autre contexte)

Pour moi c'est un chef d'oeuvre absolu à mettre à côté de Citizen Kane, 2001 ou tout autre film philosophique visuellement superbe qui dans sa forme ne néglige aucunement le fond.

Sa note: 10/10
Didier - 02/02/2010 à 12:27
# 3

D'accord avec les commentaires précédents. Le meilleur film depuis (très) longtemps ! Une mise en scène magistrale !
Vu 4 fois et à chaque fois, j'ai découvert des émotions et des interprétations différentes. Et des dizaines de détails que je n'avais pas forcément remarqués à la première vision : les cadrans des pendules qui comportent 7 heures qui tournent à l'envers, les hélicoptères qui "assemblent" ou "démontent" la mer, la gare qui s'appelle "chance" (hasard), le numéro de la maison 12358 formé des premiers chiffres de la suite de Fibbonacci, le mur de photos de nuages qui rappelle cette phrase du "Huitième jour" : "les nuages racontent toutes les histoires du monde", etc.
Ok ça peut faire plus mal à la tête que les Bronzés 3 ;-) mais le film contient aussi beaucoup d'émotions et d'humour.
Merci Jaco pour ce troisième chef d'oeuvre après Toto le héros et le Huitième jour.

Sa note: 10/10
LanLan - 25/01/2010 à 18:33
# 2

On n'en sort pas indemne... Un film bouleversant et magnifique !

Sa note: 10/10
plotinus - 22/01/2010 à 21:46
# 1

Un authentique chef d'oeuvre !!! Pas de mal de tête à la sortie, mais plutôt un sens aiguisé du Vivre. Merci Jaco !

Sa note: 10/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 2 = ?

Cette page a été vue 3647 fois.