pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Dying God

DYING GOD

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (11) | NEWS (1) | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : Dying God
Réalisé par Fabrice Lambot
Année : 2008
Pays : France
Durée : 85 min
Note du rédacteur : 7.5 / 10

L'HISTOIRE

Sean Fallon est prêt à passer une journée comme les autres. Quelques rails de coke, une passe ou deux, un détour par le commissariat. La routine quoi... No chance, le « Kurupi » en décide autrement. Notre flic corrompu se retrouve face à une série de viols et de meurtres atrocement barbares. Les victimes, pour la plupart des prostituées, sont retrouvées éventrées, dévorées de l'intérieur...

LA CRITIQUE

Pour son premier long-métrage, Fabrice Lambot frappe fort.
Tout d'abord par le choix ambitieux de son sujet : une légende sud-américaine qui parle d'une créature extatique dotée d'une quéquette de deux mètres de long et qui tue ses victimes (féminines bien sûr) en les éventrant par pénétration. Ensuite, par son casting alléchant, la ravissante et étonnante Misty Mundae, jouant ici sous son vrai nom : Erin Brown ; le charismatique Lance Henriksen, qu'on ne présente plus et la petite frenchie Agathe de la Boulaye, qu'on a pu voir dans "UN AMOUR DE SORCIERE", "MICHEL VAILLANT", "ALIEN V.S PREDATOR" ou encore les séries "HIGHLANDER" et "LARGO WINCH".
Et enfin, par l'ambiance et les références que le réalisateur a souhaité apporter à son film. En effet, là où d'autres seraient tombés dans le grand-guignolesque et le gore qui tache, Fabrice Lambot à préféré privilégier un climat plutôt sérieux aux airs de polars crasseux et noirs, teinté de fantastique et lorgnant vers des films comme "BAD LIEUTENANT", "MANIAC" ou encore "LE SILENCE DES AGNEAUX".

Alloué d'un budget anorexique, "DYING GOD" s'en sort plutôt avec les honneurs. Ne cherchant pas à faire des dépenses au delà de ses moyens, Fabrice Lambot joue la carte du divertissement et atteint pleinement son but. La lassitude n'est jamais de mise puisque le scénario très fourni (trop ?) nous assène intrigues et sous intrigues à vitesse grand V, nous laissant à peine le temps de souffler.

Côté effets spéciaux, nous ne sommes pas en reste : les attaques du phallus sur pattes sont furtives mais bien senties et celui-ci, que l'on voit d'ailleurs assez peu est vraiment bien foutu pour un film de cette envergure, nous avons droit également à une jolie explosion crânienne. L'interprétation générale est réussie, surtout de la part d'Erin Brown, vraiment admirable dans son rôle ainsi que Lance Henriksen, égal à lui-même. On regrettera par contre que le personnage principal, celui du flic, interprété par James Horan, soit vraiment trop caricatural et que cet acteur plutôt sympathique au demeurant, persévère à surjouer tout au long du métrage, amputant ainsi quelque peu la crédibilité de certaines scènes.

Dommage également que beaucoup de bla-bla dispensables viennent altérer la construction intéressante du récit et que le format vidéo utilisé laisse parfois un goût amer de téléfilm allemand.

Néanmoins et en définitif, voilà un produit français bien hardi et décomplexé qui malgré son manque de budget, pourrais faire honte à des bobines bien plus opulentes et qui ravira les amateurs de séries Z de qualités et les nostalgiques du cinéma de genre de la grande époque, empruntant des éléments propres au giallo, au polar, au fantastique ou à l'horreur pure.
Fabrice Lambot a de grosses cojones et un avenir certain dans le cinéma qui nous est si cher ; un cinéma divertissant tout en sachant rester sérieux, un cinéma honnête et audacieux, un cinéma référentiel et respectueux.
Note de : 7.5 sur 10
Publiée le
Dying God
Dying GodDying GodDying GodDying God

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
CarneCarne - 19/09/2008 à 12:59
# 1

Dying God est effectivement un film très sympathique qui m'a beaucoup amusé malgrès de nombreux défauts (notamment au niveau du scénario ou de l'interpretation).

Ce qui est surtout dommage, c'est la qualité d'image du DVD édité par Néo Publishing qui a préferé compressé le film comme un fou (du coups, les pixels sont visibles et très nombreux) pour mettre un maximum de bonus.

Mais c'est toujours bien de pouvoir découvrir un film de cette envergure dans l'hexagone donc on va pas joué les difficiles.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 1 = ?

Cette page a été vue 2756 fois.