pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Dredd

DREDD

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (70) | NEWS (8) | DVDS | VIDEOS (9)
Titre original : Dredd
Réalisé par Pete Travis
Ecrit par Alex Garland
Année : 2012
Pays : USA
Durée : 95 min
Note du rédacteur : 7 / 10

L'HISTOIRE

Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu'un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d'autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s'y confronter.

LA CRITIQUE

Mettons d'ores et déjà les choses au clair... J'ai lu trop souvent que "DREDD" présentait des similitudes particulièrement troublantes avec le film d'action Indonésien "THE RAID", qui a fait son petit buzz l'an dernier... Effectivement, pour diverses raisons, "THE RAID" est sorti avant "DREDD". Mais l'important n'est pas la date de sortie Messieurs les mauvaises langues, mais la date de production. Le tournage de "DREDD" s'est déroulé de novembre 2010 à février 2011 (source : imdb.com), tandis que celui de "THE RAID" a débuté en mars 2011 (source : le dossier de presse du film), soit un mois après la fin du tournage de "DREDD"... Bref.

Après une première adaptation cinématographique du comic book réalisée en 1995 par Danny Cannon et interprété par Sylvester Stallone qui divise encore aujourd'hui les cinéphiles, le Judge Dredd revient au cinéma sous la forme d'un remake/reboot. Cette pratique est très à la mode en ces temps de disette d'idées neuves (pourtant certains en ont, mais les studios et les producteurs Américains – bien que le phénomène soit grosso-modo mondial – semblent de plus en plus frileux et prennent de moins en moins souvent de risques). Ce film est-il donc bien légitime – l'adaptation de 1995 étant imparfaite (même s'il s'agissait d'une très agréable série B à gros budget) ? La réponse est oui.

Cette nouvelle version, semble bien plus fidèle au matériau d'origine (excepté le contexte géopolitique du comic book, qui y est totalement absent). Mais attendez... "DREDD" est un film de bourrin, fait pour les amateurs de films bourrins, je vais donc aller à présent droit au but !
En effet, après une courte introduction sous forme de poursuite motorisée plutôt bien gérée, nous voilà enfermés en compagnie du Judge Dredd (Karl Urban, monolithique) et d'une jeune recrue féminine (Olivia Thirlby, vue dans "THE DARKEST HOUR") dans un immense building contrôlé par Ma-Ma (Lena Headey, la Sarah Connor de la série qui comptait ses chroniques). Coincés à l'intérieur pour avoir arrêté l'un des sbires de cette "bad girl" plutôt babass (dommage que l'effet de sa cicatrice soit si laid), les deux juges décident de passer à l'offensive. Ils gravissent alors, à la façon d'un jeu vidéo, les différents niveaux du bâtiment pour arriver au sommet, trouver Ma-Ma et la mettre hors d'état de nuire.
Sur leur chemin, les 2 juges trouveront des dizaines d'hommes de mains lourdement armés, qu'ils se feront un plaisir d'envoyer ad patres dans des scènes de carnages fort réjouissantes pour l'amateur d'action hardcore, de sang et de tripaille (le film est plutôt très violent, voire gore par moments).

"Judgment Is Coming" nous annonce l'accroche sur la jaquette du Blu-Ray de "DREDD", le film n'ayant pas eu les honneurs de la salle en France. Réalisé par Pete Travis, celui-ci jouit d'une facture visuelle très agréable : l'image est léchée, les couleurs sont vives, la direction artistique est pertinente (décors, costumes, lumière). La mise en scène s'avère efficace et parfois même inventive. En effet lorsqu'un personnage prend la fameuse drogue appelée "Slo-Mo" (soit "Slo-Motion" qui signifie "ralenti" en Anglais) le réalisateur a choisi d'utiliser une caméra à grande vitesse de type Phantom permettant des plans au ralenti de toute beauté.
En raison d'un rythme soutenu et d'une durée relativement courte, on ne s'ennuie pas devant cet actionner à 50 millions de $. On peut certes critiquer la maigreur de l'intrigue proposée par le scénariste Alex Garland (fidèle collaborateur de Danny Boyle) mais si l'on est peu regardant sur ce qui pourrait être considéré comme des défauts (dialogues débiles, fin expédiée, interprétation faiblarde...), on passe un excellent moment devant ce "DREDD" cru 2012, un moment suffisamment agréable pour attendre une suite, qui d'ailleurs viendra peut-être...

En attendant, pour les amateurs de "THE RAID", sachez qu'une suite est en chantier, toujours réalisée par Gareth Evans, qui supervisera de loin le remake Américain du premier opus actuellement en pré-production.
Note de : 7 sur 10
Publiée le
Dredd
DreddDreddDreddDreddDredd

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 4 = ?

Cette page a été vue 2534 fois.