pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Coraline

CORALINE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (47) | NEWS (3) | DVDS | VIDEOS (32)
Titre original : Coraline
Réalisé par Henry Selick
Année : 2009
Pays : USA
Durée : 100 min
Note du rédacteur : 8.5 / 10

L'HISTOIRE

Coraline Jones est une fillette intrépide et douée d'une curiosité sans limites. Ses parents, qui ont tout juste emménagé avec elle dans une étrange maison, n'ont guère de temps à lui consacrer. Pour tromper son ennui, Coraline décide donc de jouer les exploratrices. Ouvrant une porte condamnée, elle pénètre dans un appartement identique au sien... mais où tout est différent. Dans cet Autre Monde, chaque chose lui paraît plus belle, plus colorée et plus attrayante. Son Autre Mère est pleinement disponible, son Autre Père prend la peine de lui mitonner des plats exquis, et même le Chat, si hautain dans la Vraie vie, daigne s'entretenir avec elle. Coraline est bien tentée d'élire domicile dans ce Monde merveilleux, qui répond à toutes ses attentes. Mais le rêve va très vite tourner au cauchemar...

LA CRITIQUE

Tiré d'un conte de Neil Gaiman paru en 2002 , "CORALINE" avait déjà fait l'objet de plusieurs adaptations sous différentes formes (spectacle de marionnettes, court métrage, comédie musicale...) avant de tomber entre les mains du réalisateur de "L'ETRANGE NOEL DE MONSIEUR JACK" et "JAMES ET LA PECHE GEANTE". Inspiré des propres souvenirs d'enfance de l'auteur anglais (également à l'origine du film "STARDUST" et scénariste de "LA LEGENDE DE BEOWULF"), le livre était initialement destiné à distraire sa fille de quatre ans ! Quelques années plus tard, Henry Selick, séduit par l'histoire de Neil Gaiman, décidera d'en faire un long métrage d'animation, mêlant stop-motion (ou image par image) et effets 3D.

A l'instar de "L'ETRANGE NOEL DE MONSIEUR JACK" écrit par Tim Burton, "CORALINE" s'apparente à un conte fantastique, enjoué et burlesque, mais également assez sombre d'un point de vue visuel comme scénaristique.
Exemplaire esthétiquement, ce long métrage très coloré propose de multiples décors peints à la main, rivalisant de créativité et d'imagination dans leur conception ainsi que dans leur réalisation, notamment par l'utilisation de divers objets insolites comme du popcorn, des dés à coudre ou encore des balles de ping-pong !
Un travail technique aussi minutieux que titanesque qui porte véritablement ses fruits à l'écran, aidé en cela par les technologies modernes des images 3D, utilisées ici avec intelligence et parcimonie, et rendant indispensable le port de lunettes adaptées pour en apprécier pleinement les vertus.

A propos de l'histoire en elle-même, l'on vogue dans l'univers de l'enfance et de l'imaginaire, comme dans la plupart de contes de la littérature enfantine d'ailleurs, avec tous les thèmes et symboles que cela implique (relation parentales et manque d'attention ou d'affection, fuite de la réalité vers un monde idéal par une porte secrète...).
"CORALINE" n'est pas sans rappeler la folie de "ALICE AU PAYS DES MERVEILLES", ses rencontres étranges, ses ambiances farfelues complètement surréalistes... et son chat qui parle, apparaît et disparaît à volonté !
On pense également au fantasmagorique "VOYAGE DE CHIHIRO" du maître Miyazaki mais aussi à des contes plus traditionnels dans lesquels d'horribles sorcières malveillantes attirent des enfants (ou des adolescents) sous des traits angéliques avec tout ce dont ils peuvent rêver de sucreries, de jouets, de surprises et merveilles...
La richesse de ce film d'animation pour petits (pas trop non plus !) et grands, réside non seulement dans ses prouesses visuelles (et techniques par conséquent) mais aussi dans sa galerie de personnages, tous plus excentriques les uns que les autres, à commencer par Bobinski, le dompteur russe, et son cirque de souris acrobates !

Excellent !
Note de : 8.5 sur 10
Publiée le
Coraline
CoralineCoralineCoralineCoralineCoraline

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
HorlodHorlod - 03/02/2010 à 10:46
# 2

Ce qui prouve bien que Selick n'a pas besoin de Burton pour faire un bon film ! Un pur moment de poésie !!!!

kromba - 28/06/2009 à 21:33
# 1

tros effreyant et cooooooooooooooool

Sa note: 10/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
3 + 4 = ?

Cette page a été vue 1862 fois.