pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Chaperon Rouge, Le

CHAPERON ROUGE, LE

Titre original : Red Riding Hood
Réalisé par Catherine Hardwicke
Ecrit par David Johnson
Année : 2011
Pays : USA | Canada
Durée : 100 min
Note du rédacteur : 5 / 10

L'HISTOIRE

Dans une histoire inspirée d'un célèbre conte de fées, une adolescente se retrouve en grand danger quand son village décide de chasser les loups-garous qui terrorisent la population à chaque pleine lune. Dans un endroit où tout le monde a un secret et est suspect, notre héroïne doit apprendre à suivre son cœur et trouver en qui elle peut avoir confiance.

LA CRITIQUE

"LE CHAPERON ROUGE" est une libre adaptation du célèbre conte populaire comme il y en a déjà eu plusieurs au cinéma : des personnages emblématiques de Tex Avery à "LA COMPAGNIE DES LOUPS" de Neil Jordan, en passant par le film d'animation "LA VERITABLE HISTOIRE DU PETIT CHAPERON ROUGE", ou plus récemment la version bien salace du cubain Jorge Molina, "FEROZZ".

Parmi tous ces scénarios fantaisistes, parfois transposés à l'époque contemporaine, la perspective d'une fable gothique plus fidèle à l'atmosphère du récit retranscrit par Perrault, telle qu'on l'imagine, était la bienvenue. Sauf qu'en y regardant de plus près, le film est fièrement estampillé Catherine Hardwicke (réalisatrice de "TWILIGHT"), ce qui aura de quoi refroidir les spectateurs ayant passé le stade de la puberté.
"LE CHAPERON ROUGE" annonce donc clairement la couleur d'un produit ciblé ados, affichant de nombreuses similitudes avec la saga vampire, à commencer par la romance sirupeuse et semée d'embûches entre Valérie et Peter.

Le conte s'adressant principalement aux jeunes filles naïves et peu méfiantes, l'actrice Amanda Seyfried avec ses longs cheveux blonds, ses grands yeux verts et son air constamment hébété semblait toute indiquée pour interpréter ce personnage romantique assez agaçant, tiraillé entre deux prétendants incarnés par Shiloh Fernandez ("DEADGIRL") et Max Irons (le fils de Jeremy).
Si le danger est ici représenté par le loup, la véritable menace vient surtout du père Salomon (Gary Oldman) et de ses méthodes inquisitoriales plutôt radicales. La seule morale que l'on pourra éventuellement tirer du film est de ne pas se fier aux apparences, bien que le scénario s'éloigne tout de même pas mal du conte pour dériver vers une histoire à la mode de loup-garou, aux intentions vraisemblablement assez éloignées de celles du traditionnel « grand méchant loup », ou tout du moins n'ayant pas du tout la même résonnance...

Il est pourtant bien question de l'éveil sexuel de l'héroïne, mais en modernisant ainsi le récit avec des dialogues et des attitudes qui n'ont rien de moyenâgeux – ainsi que des musiques électro dans un contexte de fête médiévale où les villageoises s'abandonnent à des danses lascives – et en en édulcorant la symbolique, il en perd son tout charme.
Heureusement, le mystère quant à l'identité du loup parvient à insuffler un certain suspens, matérialisé par le doute qui s'installe dans l'esprit de la jeune fille. Néanmoins, ni la présence d'acteurs reconnus, ni les beaux costumes et décors (tout de même très factices par moments) ne suffiront à faire de ce film la relecture sombre et mature annoncée, c'est même tout le contraire...
Note de : 5 sur 10
Publiée le
Chaperon Rouge, Le
Chaperon Rouge, LeChaperon Rouge, LeChaperon Rouge, LeChaperon Rouge, Le

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 2 = ?

Cette page a été vue 2724 fois.