pixel
Retour à l'accueil > Interviews >

Interview avec Anti-Jussi Annila - Mai 2009

Anti-Jussi Annila - Mai 2009

Anti-Jussi Annila, réalisateur finlandais, est venu présenter, son nouveau film "SAUNA" au BIFF cette année. Il nous a gentillement accordé quelques minutes durant lesquelles il revient sur ce film assez troublant et peut-être difficile d'accès pour certains.
Oh My Gore ! : "Il semble que "SAUNA" devait à l'origine s'adresser à un public plus " teenager "

Anti-Jussi Annila : Oui, en effet, les producteurs sont venus me chercher pour réaliser un film qui s'appelait "SAUNA" et qui devait-être une sorte de " teenage horror flik movie". Ma première réaction fut négative. Je n'avais pas envie de réaliser un film d'horreur avec des ados et des jeunes filles nues buvant de l'alcool. J'ai dit aux producteurs que ça avait l'air sympa mais que je n'étais pas un réalisateur pour ce genre de films. Ils m'ont alors demandé si je pouvais proposer mieux. Je suis alors revenu avec mon projet pour le film. Ils ont beaucoup aimé.

Oh My Gore ! : "Où exactement s'est déroulé le tournage du film ? (ndlr : il n'a pas bien compris la question...)"

A.J.A. : L'histoire du film se passe au 16e siècle et le groupe de personnages rejoint la frontière entre la Russie, et la Finlande. C'est là que tout se passe.

Oh My Gore ! : "Les conditions climatiques semblaient assez rudes non ? Comment les acteurs ont-ils vécu le tournage (notamment Ville Virtanen et Tommi Eronen qui ont tourné plusieurs scènes nus en plein air) ?"

A.J.A. : Les conditions climatiques étaient un peu "trop" bonnes. Nous avons été chanceux avec le temps. Par exemple, pour une scène du film, nous voulions filmer la première neige de l'année. Nous avions fait venir un spécialiste des effets spéciaux afin de créer ce décor enneigé. Au dernier moment, nous avons dû l'appeler pour lui dire de ne pas venir car la première neige venait tout juste de tomber ce jour là et en plus exactement à l'endroit que nous voulions. Un autre exemple : lorsqu'on filmait le bâtiment, la plus grande tempête de neige de l'année s'est abattue sur Prague, si elle était arrivée le jour précédant, on n'aurait pas fini le film à temps.
Quant aux acteurs, il faisait vraiment très froid, et je les admire pour avoir été si courageux. Lorsque nous filmions à Prague, l'équipe de tournage, qui avait l'habitude de tourner avec de grandes stars comme Brad Pitt et Bruce Willis, était épatée de voir mes acteurs y aller prises après prises dans ce climat glacial. C'est l'esprit de la Finlande, il faut souffrir pour son art !!! (Rire)

Oh My Gore ! : "Pourquoi avoir choisi ce contexte d'après guerre pour le film ? Une volonté de faire connaître un peu de l'histoire de ton pays ?"

A.J.A. : Pendant l'écriture du script, l'action devait d'abord se dérouler lors de la fin de la seconde guerre mondiale, mais quand on allait plus loin dans les thématique des scènes , on s'est rendu compte qu'il serait plus facile de raconter l'histoire avec des personnages qui croyaient au paradis et à l'enfer de manière plus directe et c'est pourquoi on a choisit de changer le script et de revenir en arrière dans le temps et de parler de cette guerre qui dura 25 ans entre la Suède et le Russie.

Oh My Gore ! : "Comment a-t-il été accueilli globalement ? Dans quels endroits a-t-il rencontré le plus de succès ?"

A.J.A. : "SAUNA" est sorti en Finlande, et il est maintenant projeté aux USA. Le nombre d'entrées est satisfaisant. En Finlande, le film divise fortement le public : certains pensent que c'est de la " merde ", et d'autres que c'est le meilleur film qu'ils ont vu sortir dans le pays à ce jour. J'aime ces réactions. En tant que réalisateur, la chose la plus horrible serait de faire un film et que les gens sortent de la salle en disant " mouais c'est bien, mais ça ne m'a fait ni chaud ni froid ".

Oh My Gore ! : "Selon ta propre interprétation, que représente le village ? L'enfer ?"

A.J.A. : C'est plus que ça. Le village est plus un endroit métaphysique .Si j'avais eu un budget de dix millions de dollars, je pense que nous aurions pu faire en sorte que le village change d'architecture et d'aspect selon le propre point de vue et l'humeur de chaque personnage. Le village peut se voir comme un endroit où tu dois te confronter à toutes les mauvaises choses que tu as faites.

Oh My Gore ! : "Le nombre de villageois est curieusement le même que le nombre de victimes d'Erik. Mais celui-ci n'est vraisemblablement pas le seul à avoir des péchés à laver..."

A.J.A. : Oui, exactement, mais dans ce groupe, Erick est le personnage principal. Il est le plus méchant des méchants, et nous avons décidé de raconter le film du point de vue de sa vision.

Oh My Gore ! : "Erik est dépeint comme un être rustre et sans pitié, pourtant il se montre aussi très humain à certains moments, notamment avec l'enfant du village. A l'inverse Knut semble plus pacifique bien qu'au début du film il ait tout de même été sur le point de commettre un viol... Ces deux personnages formeraient-ils à eux seuls l'essence de l'âme humaine ?"

A.J.A. : Ce sont des personnages dichotomiques mais je déteste les films qui mettent tout soit en noir, soit en blanc. Si on regarde à travers tout le film, Knut est le gentil et Erick est le méchant, mais les deux personnages ont néanmoins une personnalité en dégradés de gris. Je ne pense pas qu'il existe un homme cent pour cent gentil ou méchant. Knut a aussi quelque chose de pourri en lui.

Oh My Gore ! : "On a le sentiment que la guerre a transformé Erik..."

A.J.A. : Tout ce qu'Erick, qui a quarante et un ans dans le film, connaît dans sa vie, est la guerre .Il y est depuis ses seize ans. Donc sa vision de la vie et des autres ne s'est construite qu'au travers du prisme de la barbarie. Il est une sorte de vassal de la guerre.

Oh My Gore ! : "La religion est très présente dans le film, que ce soit à travers les icônes mais aussi le thème de la rédemption, la genèse du village... Pour toi cela constituait un élément indispensable pour apporter une certaine justification au scénario ou s'agissait-il simplement de montrer les rivalités religieuses de l'époque."

A.J.A. : Je ne suis pas une personne religieuse. Je crois en certaines choses, mais sans être rattaché à une Eglise, à la chrétienté ou à toute autre religion. Nous sommes trompés par le discours religieux qui nous promet de nous faire excuser nos méfaits vis-à-vis des autres. C'est comme si un sauna existait, dans lequel tous nos péchés seraient lavés. Sans vouloir aller à l'encontre des religions, il y a des bonnes choses dans les religions, je ne pense pas qu'il devrait y avoir un endroit où les péchés s'évaporent, où les viols, meurtres et autres mauvais comportements seraient pardonnés.

Oh My Gore ! : "Dans "SAUNA", malgré les bonnes volontés des protagonistes, leur prise de conscience et leur désir de rédemption, il est déjà trop tard... Pourquoi " laver ses péchés " impliquerait-il forcément la mort ?"

A.J.A. : Je pense qu'il existe une frontière dans la vie de chacun. Dans le film, elle est représentée par la frontière entre la Suède et la Russie. Si on traverse cette ligne, non seulement on se détruit, mais on commence aussi à détruire autours de nous. Si tu fais des mauvaises choses, tu n'es pas le seul à être affecté par tes actes, les autres autour de toi le sont aussi.

Oh My Gore ! : "Ne crains-tu pas que le succès de "SAUNA" n'amène les producteurs américains à s'y intéresser d'un peu trop près, je pense notamment à cette fâcheuse tendance aux remakes, comme en a été victime Tomas Alfredson avec "MORSE"."

A.J.A. : Je ne pense pas que l'on voudra faire un remake de "SAUNA" à Hollywood, parce que c'est un film avec beaucoup de nuances, en revanche, si ça se fait, je serais honoré d'en être le témoin sans en être le réalisateur car j'en ai fini avec "SAUNA" . Maintenant, si quelqu'un décide de réaliser un remake de mon film, je l'appellerais et lui offrirais mon aide. Je lui dirais :" prends-le et fais-en le tiens, n'essaye pas de refaire ce que j'ai fait". Je n'ai rien contre les remakes.

Oh My Gore ! : "Le cinéma d'horreur scandinave connaît à son tour un succès croissant ("MORSE", "ROVDYR", "FRITT VILT"...), qu'en penses-tu ?"

A.J.A. : Je ne sais pas, tout le monde n'arrête pas de me poser cette question. Je fais ce dont j'ai envie. Je ne réalise pas que des métrages d'horreur. Mon premier film était un film de kung fu, mon second un film d'horreur. Je les ai faits car ce sont les genres avec lesquels j'ai grandi. En Scandinavie, les choses changent une nouvelle génération de réalisateurs qui, comme moi, a grandi e n regardant des films de genre est en train d'apparaître.

Oh My Gore ! : "Parlons un peu de "JADE WARRIOR" ton précédent et tout premier long métrage. Serais-tu fan de cinéma d'arts martiaux ? Quels sont tes références et films cultes en la matière ?"

A.J.A. : J'ai grandi en regardant des films de kung fu et d'action chinois. C'était un de mes rêves d'en réaliser un. Depuis, je n'ai plus regardé un seul film de kung fu parce que j'en ai sorti un moi-même. J'aimerais en retourner un, mais pas maintenant, peut-être dans trente ans.

Oh My Gore ! : "Travaille-tu d'ores et déjà sur un nouveau projet cinéma ?"

A.J.A. : Je travaille sur plusieurs projets et on verra ce qu'il en adviendra. J'en ai un aux USA qui sera très différent de ce j'ai déjà fait au paravent, je travaille aussi sur un documentaire animalier, et un film de ninjas.

Oh My Gore ! : "Sur le Myspace dédié à "SAUNA", on retrouve un certain nombre de groupes Metal dans votre " top amis " (ce qui nous intéresse tout particulièrement sur Oh My Gore !), notamment Children Of Bodom, HIM, mais aussi Motley Crüe... ! Tu peux nous expliquer ? "

A.J.A. : Non, je ne l'ai pas encore visité, mais j'irai y jeter un œil aujourd'hui.
J'aime tous les styles de musique, mais en ce qui concerne le métal et le hard métal je trouve ça un peut trop agressif.

Oh My Gore ! : "Merci beaucoup pour le temps accordé. Toute l'équipe d'Oh My Gore te souhaite une longue carrière jalonnée de succès !"

A.J.A. : Merci.
- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
3 + 6 = ?

Cette page a été vue 5535 fois.