pixel
Retour à l'accueil > Interviews >

Interview avec Jaume Balaguero & Paco Plaza - Mai 2008

Jaume Balaguero & Paco Plaza - Mai 2008

Il y'a des films d'horreur et il y'a des films qui font peur. Jaume Balaguero et Paco Plaza se sont prêtés à nos questions à l'occasion de la sortie de "[REC]" en salles françaises le 23 avril dernier. Une bien belle et bonne dose de frayeurs que nous vous recommandons. Les deux cinéastes nous révèlent des informations intéressantes sur la genèse du projet. Si, ça ce n'est pas un argument pour aller se terrifier dans les salles obscures...
Oh My Gore ! : "Bonjour Jaume, Bonjour Paco, d'où vous est venue l'idée de cette collaboration ? "

Jaume Balaguero : Bonjour, je suis ami avec Paco Plaza depuis de nombreuses années maintenant. On s'est plus ou moins suivi sur nos précédents films. Cela nous semblait très intéressant de faire quelque chose ensemble. On souhaitait travailler sur une idée toute simple qui demanderait peu de temps et d'argent. Mais même avec ces petites contraintes qui n'en sont pas vraiment, ce fût une expérience assez difficile. La coréalisation c'est une étape intéressante mais difficile. Quand on fait du cinéma, on a son propre point de vue. Et quand on travaille de cette manière, il se peut qu'on soit amené à être en désaccord avec l'autre.

Oh My Gore ! : "Comment est né "[REC]" ? "

Jaume Balaguero : Paco Plaza et moi avions beaucoup discuté du genre, des mécanismes de la peur, de ce qui fonctionne ou pas, de ce qui nous plait ou pas. Assez vite, nous avions eu l'idée d'adapter le genre de la terreur à la narration du direct télévisé : une histoire d'horreur racontée en direct et en temps réel du point de vue d'une seule caméra immergée dans l'action comme un faux reportage. Ceci permettrait au spectateur de vivre la peur de manière plus réelle et directe, comme s'il faisait partie du film.

Oh My Gore ! : "C'est un procédé qui a déjà fait c'est preuve dans le passé. Il y'a une grande vague de films actuellement qui l'utilise. N'avez-vous pas peur d'être catalogué ? "

Paco Plaza : Non pas vraiment. On ne nie pas le fait qu'il y a eu des films comme "LE PROJET BLAIR WITCH" de Daniel Myrick et Eduardo Sanchez avant le nôtre. Mais "[REC]" est de loin différent.
Jaume Balaguero : Beaucoup de journalistes nous ont dit que dans sa structure le film ressemblait à "CANNIBAL HOLOCAUST". C'est flatteur mais à aucun moment on s'est dit qu'on allait monter le film sur le même modèle. Nous n'avons jamais voulu copier. C'est pour nous une nouvelle façon de faire peur. C'est un essai, il ne faut pas y voir une nouvelle façon de monter des projets d'horreur. Sur le tournage du film, nous avons appris que d'autres se montés au même moment. Ca nous a surpris d'autant que les projets se sont montés comme le nôtre assez rapidement.

Oh My Gore ! : " "[REC]" est un film qui fait peur. Mais s'il y'a bien une question qu'on souhaitait vous poser, qu'est-ce qui vous fait peur à vous? "

Jaume Balaguero : Ce qui me fait peur à moi, ce sont des choses très quotidiennes et réelles. Une des choses qui me terrifie c'est la violence.
Paco Plaza : Ce qui me fait peur ce sont les explosions de violence hors-contexte : une bagarre dans un bar le matin, quelqu'un qui se plaint parce que son café est froid et hausse le ton... voilà.

Oh My Gore ! : " "[REC]" est construit comme un grand huit, il ne laisse aucun moment de répit aux spectateurs, il le surprend. Je ne sais pas s'il est intéressant de le souligner mais était-ce votre intention? Parallèlement, aimez-vous les montagnes russes ? "

Jaume Balaguero : J'adorais ça quand j'étais plus jeune. C'était en effet une de nos grandes références. Nous voulions que le film aille un peu au-delà de ce que nous sommes habitués à voir au cinéma, qu'il constitue une expérience plus concrète.
Paco Plaza : C'était un peu l'idée. Que le film ne s'adresse pas à un spectateur passif mais qu'il le fasse participer comme s'il était aussi parmi les personnages du film, que le film soit vraiment vécu.

Oh My Gore ! : "Comment vous êtes-vous réparti les tâches dans la fabrication du film ? "

Paco Plaza : Comme nous nous connaissons, nous avons tout décidé ensemble.
Jaume Balaguero : C'est vrai, nous n'avons rien réparti. Dès le début, nous avons tout passé en revue ensemble et encore aujourd'hui, nous mettons des choses au point concernant le film. On a beaucoup appris au travers de ce film. On a appris à mieux nous connaître aussi.

Oh My Gore ! : "La production de "[REC]" a été rapide me semble t'il ? "

Paco Plaza : Oui, tout a été très rapide. Julio Fernandez qui est notre producteur exécutif nous a encouragé à faire ce film. Il s'est montré très enthousiaste. Nous avions déjà travaillé avec lui sur d'autres films comme "LA NONNE" ou "FRAGILE". Il est passionné et très attentif. Comme la production demandait peu de moyens, il a réussit à répondre à toutes nos attentes. Et il y'en a eu.
Jaume Balaguero : Le projet a démarré en août 2006. Les repérages ont commencé dès le mois d'Octobre et le film était finit fin mai 2007. C'est allé très vite, vous voyez.

Oh My Gore ! : " "[REC]" est un film de zombies. Quelle était votre approche ? Souhaitiez-vous rendre hommage aux films qui l'ont précédé ? "

Jaume Balaguero : On voulait faire un film de zombies mais pas exactement avec des morts qui reviennent à la vie, mais plutôt une infection comme la rage tout en restant dans le genre zombie. Pour la fin, on voulait autre chose qui soit peut-être en rapport avec les possessions diaboliques... On a imaginé des choses vis-à-vis de ça, d'où cette chose horrible à la fin pour tenter de répondre à la situation.

Paco Plaza : Nous sommes fans des films de Romero. Ils ont beaucoup apporté à l'horreur. Nous nous devions de respecter cette tradition car les fans qui aiment ce genre de films veulent à la fois que l'on respecte cela mais aussi qu'on leur donne quelque chose de neuf. Nous nous sommes donc intéressés à la maladie, à l'infection. C'est quelque chose de jamais vu dans les autres films ou de vite expédié. On a gardé ce côté traditionnel, la façon dont ils se comportent, les cris, l'envie de se nourrir, etc. puis on a ajouté cet élément qui rend nos infectés différents et effrayants.


Oh My Gore ! : "Que pensez-vous de son remake américain "QUARANTINE"? "

Jaume Balaguero : Tout c'est fait rapidement. Les studios américains ont pris contact avec Filmax. Ils n'ont pas perdus de temps pour travailler sur le projet. L'un des producteurs américains était au festival du film de Venise, le film était en première là-bas. Ils veulent distribuer le film à une échelle internationale. Le cinéma espagnol est peu connu à l'étranger. On a donc conclu à ce remake. Par contre, nous ne sommes pas attachés à la nouvelle histoire. Nous nous sommes rendu un après midi pour rencontrer le réalisateur et voir les maquillages sur le tournage. C'était assez court.

Paco Plaza : "QUARANTINE" c'est "[REC]" mais avec des acteurs américains. Avant notre voyage, la production nous avait fait parvenir quelques planches de storyboard. C'était surprenant. Tout était identique. Nous ne sommes pas impliqués sur ce projet. Et depuis, nous avons peu d'informations.


Propos recueillis par Cosmocats (Avril 2008)
- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Rodolphe BONNET - 21/05/2008 à 13:40
# 1

Moins d'un an entre l'idée du scenar et la fin du tournage, c'est juste incroyable. Ca ressent dans le film, l'impro qui plombe de temps à autres certains passages mais ça participe grandement au succès "temps reel" et "docu". A bien y refléchir, le film ressemble pas mal à "c'est arrivé près de chez vous" aussi. Un grand moment de cinoche, avec un doublage français malheureusement à chier.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 2 = ?

Cette page a été vue 5046 fois.