pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Witch Who Came From The Sea, The

WITCH WHO CAME FROM THE SEA, THE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (6) | NEWS | DVDS (1) | VIDEOS
Réalisé par Mat Cimber
Ecrit par Robert Thom
Année : 1976
Pays : USA
Durée : 83 min
Note du rédacteur : 5 / 10

L'HISTOIRE

Une femme, Molly, la fille d'un capitaine de bateau maintenant décédé, passe pour une sainte dans sa petite ville des Etats-Unis. Cependant, consciemment ou non, il semble qu'elle cache beaucoup de choses quand à sa vie présente et passée et ses visions passent de l'imaginaire à la réalité...

LA CRITIQUE

L'histoire dès le début est un peu confuse. On ne comprend pas vraiment ce qu'il se passe dû à l'utilisation d'un système de « visions », de rêves qui représentent assez bien l'atmosphère d'utilisation de drogues de l'époque. Ceci n'est pas aidé par le fait qu'aucune piste française ni de sous-titres ne soit proposé. On sent quand même vite que le film va être plutôt provoquant.
En effet, il ne s'agit pas seulement d'un film d'horreur classique mais aussi d'un drame psychologique. Il n'y a aucune scène vraiment sanglante ou gore à proprement parler, car tout se déroule hors champs ce qui permet au téléspectateur d'imaginer ce qu'il se passe.

Malgré l'absence de scènes sanguinolentes, il y a des scènes très choquantes sur le plan de la morale. Je rappelle que ce film date des années 70, et malgré l'atmosphère de liberté sexuelle de l'époque, le public, comme celui de nos jours, n'était sans doute pas préparer à des allusions à la pédophilie, encore moins celle d'un père sur sa fille comme il est question dans ce film. Certaines visions que Molly à de son père et de son passé sont très difficile à assimiler même si là encore tout se passe hors champs. On comprend mal alors pourquoi elle s'entête à défendre ce père à tout prix.

L'image en elle-même est très belle bien que l'on puisse regretter la lumière trop présente compte tenu du thème très sombre. A noter une très belle scène en négatif sur un radeau rempli de cadavre absolument fabuleuse et qui reflète toute la folie du personnage. L'atmosphère psychédélique de liberté et de drogue est très bien retranscrite. A noter aussi que le directeur de la photographie, Dean Cundey, a, par la suite, travaillé sur de nombreux films de John Carpenter tels que "THE FOG", "NEW YORK 1997", "THE THING", "HALLOWEEN"...
Du côté du casting, on retrouve Millie Perkins qui était connue à l'époque pour son incroyable interprétation du rôle titre dans "LE JOURNAL D'ANNE FRANK" de 1959 par George Stevens. Le jeu des acteurs, connu ou non, est très convainquant et on se laisse vite transporter par ce film bien qu'étrange par son aspect assez hallucinatoire sur certaines scènes.
Bien que très intéressant quand aux thèmes, à l'image et au jeu des acteurs, on peut toute fois déplorer que le film ne semble pas vraiment fini. La fin reste très floue et on ne sait toujours pas ce qui ce passe exactement ni les pourquoi et comment des choses.
Il s'agit donc d'un bon film mais qui est dispensable. A réserver aux amateurs de la mer et du kitsch des années 70.
Note de : 5 sur 10
Publiée le
Witch Who Came From The Sea, The

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
3 + 1 = ?

Cette page a été vue 2836 fois.