pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Voice Inside, The

VOICE INSIDE, THE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (5) | NEWS | DVDS | VIDEOS
Réalisé par Biff Juggernaut
Ecrit par Biff Juggernaut
Année : 2001
Pays : USA
Durée : 13 min
Note du rédacteur : 6 / 10

L'HISTOIRE

Alors qu'il voyage seul dans une rame de métro, un homme découvre que les médicaments n'ont plus aucun effet sur la voix intérieure qui le hante. Celle-ci, furieuse d'avoir été réduite au silence pendant toutes ces années, va se venger en conduisant l'homme aux pires extrémités...

LA CRITIQUE

Court métrage de treize minutes tourné en noir et blanc, "THE VOICE INSIDE" est l'oeuvre d'un jeune réalisateur américain qui signe là son premier jet, dont il est également le scénariste et le producteur.
Le métrage débute sur une scène à l'ambiance déjà glauque. Un homme se retrouve dans une rame de métro déserte, seul avec sa voix intérieure qui se réveille d'une longue léthargie conditionnée par les médicaments. Les murmures de la voix se transforment petit à petit en hurlements insupportables : "You will listen to the voice... You will obey the voice... You will never suppress the voice again”.
La torture mentale infligée par celle-ci devient de plus en plus violente alors que l'homme se retrouve chez lui. Et c'est alors qu'après de spectaculaires vomissements dans la cuvette des toilettes, la voix, qui contrôle totalement son corps, entreprend de le torturer physiquement...
Les séquences d'automutilations mettent pour le moins mal à l'aise, allant du "frappage" de tête contre les murs à l'utilisation d'un marteau comme supplice anal un peu à la manière d'un "L'EXORCISTE" au masculin... bref, il y en a pour tous les goûts !

Même si le personnage principal (le seul d'ailleurs !), qui n'est autre que Biff Juggernaut lui-même, n'excelle pas vraiment dans son rôle de maniaque sombrant dans la folie, il faut bien avouer que du point de vu de la réalisation "THE VOICE INSIDE" laisse un souvenir plutôt malsain et dérangeant dans les esprits, grâce à des scènes choc et peut-être aussi du fait de son côté amateur et réaliste.
Ainsi lorsque l'homme se met à vomir tout son soûl, le dîner commence également à remonter chez le spectateur, surtout lorsque l'on apprend qu'il aura fallu pas moins de six bols d'une mixture infâme à base d'avoine, de bananes et d'huile d'olive pour réaliser cette "cascade" sans doublure et sans filet !

Un court métrage à petit budget encourageant, qui a d'ailleurs été récompensé en 2001 au Boston Underground Film Festival ainsi qu'au Sick Puppy Film Festival en 2002.
Note de : 6 sur 10
Publiée le
Voice Inside, The
Voice Inside, TheVoice Inside, TheVoice Inside, TheVoice Inside, The

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 3 = ?

Cette page a été vue 4707 fois.