pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Tusk

TUSK

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (26) | NEWS (2) | DVDS | VIDEOS
Titre original : Tusk
Réalisé par Kevin Smith
Ecrit par Kevin Smith
Année : 2014
Pays : USA
Durée : 102 min
Note du rédacteur : 3.5 / 10

L'HISTOIRE

Un célèbre podcaster américain, connu pour ses sujets farfelus, se rend au Canada pour interviewer un vieil homme totalement fasciné par les morses. Leur rencontre va très vite dégénérer...

LA CRITIQUE

Véritable idole de la culture geek, Kevin Smith est reconnu comme un réalisateur majeur du cinéma indépendant américain, sa marque de fabrique consistant à mêler humour, situations what-the-fuckesques et dialogues parfaitement ciselés. Avec "CLERKS", il avait posé les fondations du "View Askewniverse", univers délirant fait de culture geek, de provoc, de cul, de vulgarité... et de banalités du quotidien. Ses films suivants lui avaient permis de faire évoluer cet univers ("LES GLANDEURS"), de l'enrichir ("CLERKS 2"), voire de le faire partir dans du grand n'importe quoi jouissif ("JAY ET SILENT BOB CONTRE-ATTAQUENT") et génial ("DOGMA").
Puis, repéré par Hollywood, il est recruté pour jouer le rôle d'un hacker dans "DIE HARD 4". A partir de là, rien ne va plus pour ses fans de la première heure : il s'éloigne de son style et ses longs-métrages suivants peinent à convaincre, bien que "RED STATE" lui ait valu les félicitations de Quentin Tarantino.

Ce qui nous amène à son dernier né, "TUSK". Premier d'une trilogie consacrée au Nord Canadien (Trilogie True North : "TUSK", "YOGA HOSERS" et "MOOSE JAWS"), il y est question d'un podcaster cynique et égoïste séquestré par un vieil homme en fauteuil roulant (Michael Parks, déjà très bon dans "RED STATE"), qui a pour projet de métamorphoser sa victime en morse !

"TUSK" rappelle forcément "THE HUMAN CENTIPEDE" pour ce mélange séquestration/mutilation/transformation. Mais encore une fois, si les dialogues sont biens écrits et les personnages bien décrits, le film traîne en longueur, et passée la surprise initiale de la mutation forcée du podcasteur (le costume de morse et le maquillage sont d'ailleurs très réussis), il perd rapidement tout intérêt.
Alors que le spectateur s'ennuie déjà devant des flashbacks qui n'apportent rien à l'intrigue, sinon monter quelle pourriture est le héros, la quête menée par ses amis pour le retrouver ne fait pas monter le suspens, et le soufflé retombe pour agoniser sur un final "mouais okay" décevant.

Kevin Smith a mûri, ou a vieilli, c'est selon. Il semble que le réalisateur indépendant ait deux facettes. D'un coté, l'adulescent génial, créateur à l'imagination débordante et à l'humour inné, de l'autre, l'adulte et père de famille, déterminé à prouver qu'il est capable d'innover. Malgré "TUSK" et ses précédents films, Kevin Smith dispose d'un réel talent comme réalisateur et scénariste. Il faut donc espérer que les deux prochains volets de la trilogie seront meilleurs. Enfin, que les fans du View Askewniverse se réjouissent, car plusieurs rumeurs laissent entendre que "CLERKS 3" pourrait enfin voir le jour...
Note de : 3.5 sur 10
Publiée le
Tusk
TuskTuskTuskTuskTuskTusk

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 5 = ?

Cette page a été vue 2457 fois.