pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Trois Visages De La Peur, Les

TROIS VISAGES DE LA PEUR, LES

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (15) | NEWS | DVDS | VIDEOS
Titre original : I Tre Volti Della Paura
Réalisé par Mario Bava
Ecrit par Mario Bava
Année : 1963
Pays : Italy
Durée : 105 min
Note du rédacteur : 10 / 10

L'HISTOIRE

Film à sketchs (3 au total)
"Le téléphone"
L'héroïne incarnée par Michèle Mercier est très séduisante et vit seule dans un appartement cossu, elle va se retrouver au centre d'une machination par le biais d'un objet des plus anodins, à savoir son téléphone... Des sonneries intempestives avec au bout du fil une voix étrange qui lui profère des menaces, jusqu'à ce que cela atteigne son paroxysme où cette fois la pauvre fille va comprendre que sa vie est réellement en danger... Son "amie" Rosy est au centre de ce complot, lui faisant croire que son ex petit ami sorti de prison va venir la trucider chez elle ! La fin de cette saynète révèle une surprise de taille, que je ne vous dévoilerais bien sûr pas...
"La goutte d'eau"
Une infirmière à domicile rentre chez elle après le travail et croit pouvoir passer une bonne soirée tranquille...Jusqu'à un appel d'une pauvre femme désemparée lui demandant en urgence de venir chez elle après le décès brutal et intempestif d'une personne âgée, dans des conditions pour le moins troublantes...
La femme se rend sur place pour habiller et faire la toilette de la morte avant son transfert au funérarium...Pendant que la gouvernante a le dos tourné, l'infirmière dérobe une bague que la morte avait sur le doigt... Bien mal lui en prend car une malédiction pèse sur ce bijou et une fois rentrée chez elle, la femme sera victime de visions terribles et cauchemardesques mettant en scène la morte menaçante, le tout rythmé par "une goutte d'eau" qui ne cesse de couler du robinet de sa baignoire... Le décès sera constaté par la police peu de temps après sous forme de "strangulation" mais les conditions réelles de la mort resteront troubles... car la malédiction passera par une tierce personne qui s'est emparée de nouveau de la fameuse bague, une fin "diabolique" en somme
"Les Wurdalaks"
Au début du siècle, dans le froid et le blizzard de l'Est européen, vivent des villageois terrés dans leur demeure, et méfiants de chaque venue d'étrangers car on suppose que des vampires appelés "wurdalaks" errent dans cette contrée.
L'arrivée du grand père (Boris Karloff, hallucinant) dans la maisonnée va jeter le trouble et la discorde au sein des protagonistes, et après un meurtre d'une rare violence, la fuite de Zdenka (la fille) et de son petit ami ne suffira pas à dissoudre la tension palpable due à la malédiction de ces wurdalaks. L'ultime refuge sera une cabane abandonnée dans la forêt, hélas Zdenka ne pourra échapper à son hérédité et bientôt les affres de la mort se rappelleront à elle, sous forme de vampirisme... Elle ne discerne plus la réalité et cela se termine en bain de sang...

LA CRITIQUE

Réalisateur très populaire en Italie et longtemps ignoré chez nous, Mario Bava est un artisan du cinéma fantastique qui obtint sa reconnaissance et son statut de cinéaste "culte" bien après sa mort.
"LES TROIS VISAGES DE LA PEUR" est une pièce maîtresse de sa carrière, l'un de ses films les plus axés "gothiques" et sans conteste une réussite visuelle et narrative. Découpé en trois sketchs, "LES TROIS VISAGES DE LA PEUR" va crescendo dans la frayeur qu'il provoque, encore intacte de nos jours.
Le sketch d'ouverture "le téléphone" joue habilement avec nos nerfs et ce, sans aucun artifice ni moyens exagérés...Les décors sont apurés et hyper importants en même temps et chaque détail a une importance considérable, accélérant l'angoisse jusqu'au final incroyable et sévèrement pervers pour l'époque... Michèle Mercier, à peine remise de son statut "sex symbol" avec la série des "ANGELIQUE, MARQUISE DES ANGES", dévoile une sensualité bouillonnante et hors normes et on ne peut qu'être "envoûté" devant sa composition hypnotique inversement proportionnelle au caractère glauque du scénario.
Le deuxième sketch (pour beaucoup le meilleur et le plus abouti) est un modèle du cinéma fantastique, un morceau de terreur brut de décoffrage qui ne ménage pas le spectateur mais au contraire, le déstabilise face à des situations stressantes et imprévues... Les maquillages de la morte sont très réalistes et Mario Bava innove pour l'époque en "osant" à chaque minute par un petit détail qui se rajoute, inexorablement, dans l'angoisse suscitée par cette histoire invraisemblable mais qui, par le talent de Bava, peut nous paraître possible...
La saynète qui clôt le film, à savoir "Les Wurdalaks", reste certainement la plus "gothique" des trois... Avec Boris Karloff (que l'on retrouve en introduction du film, avant le premier sketch) très à l'aise dans son personnage ; Bava renouvelle le mythe du vampirisme en décodant les bases du film de vampires pour y instaurer le style "bavaïen" qui fait sa marque de fabrique... Et ça marche !!! Encore une fois les décors sont ultra soignés, et les paysages nocturnes sont exploités avec un lyrisme et un talent rares dans le cinéma de cette époque. La beauté des actrices s'ajoute à un esthétisme exacerbé, créant ainsi une plastique picturale proche de la perfection pour ce film...
Je vous conseille vivement de regarder ce film rare qui demeure un grand moment de cinéma gothique fantastique italien, un grand moment de cinéma tout court, et l'un des meilleurs films tournés par Bava.
Note de : 10 sur 10
Publiée le
Trois Visages De La Peur, Les
Trois Visages De La Peur, LesTrois Visages De La Peur, LesTrois Visages De La Peur, LesTrois Visages De La Peur, LesTrois Visages De La Peur, LesTrois Visages De La Peur, Les

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
renaud#renard - 05/06/2009 à 16:49
# 2

g jamais vu mai ca a laire bien!!!!

KilljoyKilljoy - 22/12/2007 à 21:45
# 1

il sort en février 2008 en zone 2 ! précipitez vous !

Sa note: 10/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 6 = ?

Cette page a été vue 5476 fois.