pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film TimberFalls

TIMBERFALLS

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (6) | NEWS (1) | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : Timberfalls
Réalisé par Tony Giglio
Ecrit par Daniel Kay
Année : 2007
Pays : USA
Durée : 100 min
Note du rédacteur : 2 / 10

L'HISTOIRE

Le week-end à la montagne d'un jeune couple se transforme en descentes aux enfers lorsqu'ils deviennent les jouets d'une bande de dégénérés locaux.

LA CRITIQUE

Tony Giglio sort du Chaos. Pas à proprement parler (on ne l'a jamais vu dans une émission de TF1) : son dernier film s'intitule "CHAOS" (avec Tatane Statham). On pourrait comprendre qu'après cela, l'envie lui prenne de structurer son film suivant, et pour le coup, "TIMBER FALLS" est un modèle de structure : deux parties distinctes cousues sur pléthore de séquences 'empruntées' (jolie litote) aux classiques du survival. Alors oui, là, ce n'est plus une question de structure, mais bien de rapiéçage, le pourquoi du ratage complet qu'est "TIMBERFALLS".

Cela débute par un pré-générique qui lorgne sans scrupule du côté de "SAW" et "DETOUR MORTEL". Cela continue avec un week-end bucolique dans l'esprit de "DELIVRANCE", ou plus proche de nous, "EDEN LAKE" (dont le visuel de l'affiche est repris à des fins mercantiles) : des amoureux de la ville pris à parti par des bouseux locaux. La nature est hostile et révèle la nature profonde de l'homme. Intéressant pour qui n'a pas vu le chef-d'oeuvre de Boorman ou la perle de Lieberman, "SURVIVANCE". Au lieu de continuer sur cette voie et risquer un semblant de cohérence, le réalisateur change encore une fois son fusil d'épaule et dirige son intrigue vers un simili "BLAIR WITCH PROJECT" où viennent se mélanger les précédentes références dans une bouillie filmique sans identité. C'est là qu'entre en jeu un twist de pacotille qui fait basculer le film dans une seconde partie grand-guignolesque.

Le patchwork initial d'images est relégué aux oubliettes pour ne laisser la place qu'à un modèle et non des moindres : "MASSACRE A LA TRONCONNEUSE". Giglio reprend certains motifs (le père grotesque, la maison labyrinthe, le boogeyman débilos) et se contente uniquement de remplacer les motivations des meurtriers, l'occasion d'une attaque poussiéreuse contre la religion qui, au mieux, soutirera quelques rires narquois. Rythmiquement parlant, cette deuxième partie est bien trop répétitive, reprenant inlassablement le même décor, les mêmes personnages, les mêmes buts, en ne variant que la forme de la torture infligée aux victimes. Un huis-clos - puisque c'est de cela qu'il s'agit - nécessite talent, inventivité, originalité, ce dont Giglio semble désespérément dépourvu. Il n'y a qu'à se rappeler le Tobe Hooper pour sonder le gouffre qui le sépare de "TIMBERFALLS".

Dans un ultime sursaut, Giglio met le paquet sur le gore (chose à laquelle nous n'avions pas eu droit jusqu'ici) pour réveiller le spectateur usé par son inventaire détaillé des pompages à l'oeuvre. Sans aucune personnalité, sans la cohésion nécessaire à un enfilage de saynètes vues et revues ailleurs, "TIMBERFALLS" s'avère un sous-produit calibré pour le marché de la vidéo, prêt à sucer la roue de ses illustres sources d'inspiration. Luc Besson étant derrière tout ça via sa boîte de prod', on n'est pas étonné de cet arrivisme commercial.

Et dire que le final (à la souviens-toi l'été dernier ?) laisse envisager une suite...
Note de : 2 sur 10
Publiée le
TimberFalls
TimberFallsTimberFallsTimberFallsTimberFallsTimberFalls

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
CannibalorCannibalor - 06/03/2010 à 15:56
# 4

Hum j'ai pas capté la fin... Le mec est pas censé être mort?? C'est le genre de film sympa cinq minutes, mais qui tombe facilement dans l'ennui mortel... 15,99, c'est du vol là...

Sa note: 1/10
Tib - 18/08/2009 à 00:27
# 3

Je viens tout juste de terminer le futur cultissime "Timber Falls", qui vaut bien la quatrième de couverture... parce qu’il est ainsi facilement repérable aux chiottes.

J’avoue, ça commençait super bien : du sang, une course poursuite, une serpette à deux lames (au passage, très utile pour se couper les ongles… j’en veux une pour Noël) et un saut désespéré(/ant) sans élastique… mais voilà… ce ne sont que les cinq premières minutes...

Après, on tombe rapidement dans le cliché : la blondasse et son copain beau gosse qui partent en randonnée (avec un flingue… car c’est dangereux…), une petite altercation avec trois abrutis locaux en plein préliminaires… bon déjà, là, la nana est tarée de continuer… surtout en décidant d’abandonner le flingue (« j’ai vu trop de morts »…).
Puis, on sombre dans le graveleux : des suppôts de Jésus, un coupage de doigt (merci Darwin), une flagellation (mais j’ai quand même préféré celle de la « La Passion du Christ ») et des tortionnaires qui perdent – un peu – les pédales et la maîtrise de la situation (peut-être à cause du tord-boyaux multi-usages).

Ensuite, me direz-vous, une infirmière (oui, Monsieur le Réalisateur, quand on donne un détail de cette importance en début de film, on se doit de l’utiliser…) qui laisse son mec pisser le sang alors qu’elle pourrait lui faire un garrot… faudrait lui interdire d’exercer! Laisser sa tortionnaire sans connaissance alors qu’on sait très bien qu’elle va se relever pour les buter (quand même, ça fait deux fois! Fallait s’y attendre !!)… ahhhhhhhh OK… j’ai compris pourquoi la blonde au casting!
Et cerise sur le gâteau : comme on ne sait pas comment finir ce somptueux scénario, je vous propose un "tadammm" « Un an plus tard »… et on termine par le cliché-roi : « tout va bien, tout le monde est sauvé, mais le méchant est encore là à se tailler les ongles derrière la fenêtre du bébé ».

En conclusion, « ça tranche » avec les bons films, « ça torture » moins qu’1h36 de «Plus Belle la Vie » et « ça hurle » quand on a acheté le DVD…
« Bon Dieu », pourvu que « Timber Falls » n’enfante pas d’une suite…

Sa note: 2/10
vincethecrockvincethecrock - 12/08/2009 à 11:55
# 2

Ben merde, ça m'a donné envie de le voir cette critique ! UN très mauvais film de temps en temps, ça fait du bien, ça permet de rehausser le reste et d'encore plus apprécier les bons...

SUSPIRIA - 11/08/2009 à 06:55
# 1

Vu hier soir, arreté au bout d'1 heure et 3 minutes, pas pour moi les télé-films d'M6 !
Une arnaque qui ne sert à rien et pourrait ne plaire peut-etre qu'aux ménagères de moins de 50 ans.

Sa note: 1/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
5 + 6 = ?

Cette page a été vue 3710 fois.