pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Spectre du Professeur Hitchcock, Le

SPECTRE DU PROFESSEUR HITCHCOCK, LE

Titre original : Lo Spettro
Réalisé par Riccardo Freda
Année : 1963
Pays : Italie
Durée : 97 min
Note du rédacteur : 6.5 / 10

L'HISTOIRE

Le professeur Hichcock, passionné de sciences occultes, vit dans une vieille maison isolée, en compagnie de sa jeune épouse, Margaret, et de sa gouvernante Catherine. Gravement malade et paralysé, il nécessite les soins constants de son confrère, le docteur Charles Livingstone, qui expérimente sur lui une nouvelle thérapie. Margaret est la maîtresse de Charles, et les deux amants n'attendent qu'une chose : la mort d'Hichcock...

LA CRITIQUE

Tout juste un an après "L'EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOCK", Riccardo Freda (toujours sous le pseudonyme anglo-saxon de Robert Hampton) livrait "LE SPECTRE DU PROFESSEUR HICHCOCK" avec une histoire analogue d'apparitions fantomatiques et de vengeance, desservie de surcroît par quelques uns des acteurs officiant déjà dans le film initial !
Mais contrairement aux apparences, cette œuvre n'est pas la suite des aventures malheureuses de la jeune épouse du chirurgien nécrophile, mais plutôt une variation sur le même thème.

Ainsi, nous retrouvons bien Barbara Steele, mais cette fois dans un rôle beaucoup moins innocent de femme adultère et cupide. Il est d'ailleurs assez amusant de comparer ses deux interprétations aux antipodes, dans des décors et un contexte similaire : l'intrigue se déroule également dans un vieux manoir, un jeune médecin gravite autour du couple, sans compter la présence complice de la gouvernante, interprétée d'ailleurs par la même actrice, à savoir la flippante Harriet White.
A la place des loisirs morbides du premier Docteur Hichcock, celui du "SPECTRE DU PROFESSEUR HICHCOCK" s'adonne au spiritisme, obsédé par sa propre mort, qu'il tente de repousser par la prise d'un traitement mis au point par ses propres soins.

Seulement, la première incohérence – et non des moindres – survient rapidement, dès lors que les tentatives de suicide de ce dernier entrent en contradiction avec son désir de guérison (à moins que ce ne soit une ruse pour piéger les deux amants ?), mais également avec son futur assassinat, commandité par sa femme et perpétré par le médecin, qui avaient donc l'occasion à maintes reprises de laisser les choses se faire...
Hormis cela, on ne s'ennuie pas devant cette histoire de vengeance d'outre-tombe qui réserve son lot de rebondissements. Malgré tout, l'image se montre nettement moins chiadée que chez son « prédécesseur », souvent sombre et beaucoup moins contrastée.

Esthétiquement, donc, le film de Riccardo Freda est un poil décevant mais dispose néanmoins de la même qualité de décors (certes moins variés) – dans un style gothique proche de ceux de la Hammer – et d'une intrigue prenante, pleine de mystère et de cynisme.
Note de : 6.5 sur 10
Publiée le
Spectre du Professeur Hitchcock, Le
Spectre du Professeur Hitchcock, LeSpectre du Professeur Hitchcock, LeSpectre du Professeur Hitchcock, LeSpectre du Professeur Hitchcock, Le

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
5 + 3 = ?

Cette page a été vue 1955 fois.