pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Shark In Venice

SHARK IN VENICE

Titre original : Shark In Venice
Réalisé par Danny Lerner
Année : 2008
Pays : USA
Durée : 88 min
Note du rédacteur : 3.5 / 10

L'HISTOIRE

Le célèbre archéologue David Franks mène les recherches pour retrouver son père, récemment disparu à Venise. Alors qu'il plonge dans les canaux, il est pris en chasse par un requin tueur qui l'oblige à se réfugier dans une grotte. Remonté sur la terre ferme, il est capturé par la mafia locale qui menace de tuer sa petite amie s'il ne retrouve pas le trésor des Médicis enfoui dans ces fameuses grottes. Une course contre la montre s'engage alors pour Franck qui va devoir retourner dans les profondeurs et faire face aux dangereux monstres marins...

LA CRITIQUE

Plus prolifique en tant que producteur, Danny Lerner réalise aussi des longs métrages de seconde zone, oscillants entre film d'action et film de bébêtes, avec une préférence toute particulière pour les requins.
Et en effet "SHARK IN VENICE" est juste le troisième de sa filmo à évoquer la créature marine, après "RAGING SHARKS" et "SHARK ZONE", aux titres assez révélateurs de leur potentielle qualité cinématographique...

Un petit flashback médiéval, dont la véracité historique paraît un peu douteuse, arrive à point nommé pour introduire la quête du professeur Franks, dont le récent décès éveille la curiosité de son fils, interprété par un Stephen Baldwin bouffi et mono-expressif, qui se rend aussitôt sur les lieux du drame.
Ces spéculations sur le trésor de la famille Médicis attirent la convoitise de la mafia locale, menée par le machiavélique Clemenza, qui donnera fatalement lieu à un certain nombre de clichés (mauvais accents italiens, looks stéréotypés, policiers corrompus...).

Si l'idée de faire de la plongée sous marine dans une ville à canaux comme Venise pouvait sembler saugrenue (et pourtant !), y ajouter une bande de requins devait sûrement apparaitre comme une évidence en suivant la même logique.
Evidemment "SHARK IN VENICE" n'est pas tourné en Italie mais en Bulgarie, et des plans de Venise – qui semblent sortis d'une brochure touristique – sont mélangés à de vilaines incrustes sur fonds verts et à d'ostensibles décors d'une ville fantasmée, à l'eau tellement claire qu'on en oublierait presque la pollution maritime !

Côté requins, rien de bien folichon, les agressions animales passant même relativement inaperçues auprès des autorités (qui sont heureusement parfaitement bilingues). Vraisemblablement empruntées à divers reportages animaliers, les images du poisson carnassier sont systématiquement dissociées de celles des victimes, à peine charcutées.
Cette production Nu Image aurait pu être fun, malheureusement on s'ennuie ferme et les quelques séquences (involontairement ?) drôles par leurs aspects techniques lamentables ne sont finalement pas suffisamment nombreuses pour en faire un sympathique nanar à mâter entre potes.
Note de : 3.5 sur 10
Publiée le
Shark In Venice
Shark In VeniceShark In VeniceShark In VeniceShark In Venice

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 2 = ?

Cette page a été vue 2909 fois.