pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Serpent Rouge (BD)

SERPENT ROUGE (BD)

Note du rédacteur : 8.5 / 10

L'HISTOIRE

Une maison tellement immense que personne n'en connait les réelles dimensions, ni même n'en a visité toutes les pièces, un dédale délabré encerclé par une forêt impénétrable : tel est le décor oppressant de "SERPENT ROUGE".
Dernier né d'une famille visiblement perturbée à la suite de moult liaisons consanguines et visiblement le plus équilibré de habitants du manoir, un jeune garçon va un jour pénétrer au coeur de la demeure, libérant par mégarde les démons qui l'habitent.

LA CRITIQUE

Si certains d'entre vous connaissent le nom d'Hideshi Hino, c'est vraisemblablement comme étant le réalisateur de "GUINEA PIG : FLOWERS OF FLESH AND BLOOD"> (et initiateur du projet Guinea pig), mais celui ci est avant tout un mangaka... et l'un des plus déjantés ! Mais bien que jouissant depuis de nombreuses années d'une certaine notoriété au pays du soleil levant, il n'avait pour l'instant pas eut l'honneur d'une traduction en langue française. C'est chose faite grâce aux jeunes éditions IMHO, qui s'imposent de plus en plus comme les spécialistes de la manga déviante.

Que cela soit bien clair, "SERPENT ROUGE" (comme la plupart de ses autres BD) n'a que peu à voir avec "GUINEA PIG". En effet, la bande dessinée n'est pas le cinéma et elle ne peut pas prétendre au réalisme qui rendait "FLOWERS OF FLESH AND BLOOD" si malsain. Ici, le malaise vient au contraire du parti pris fantastique et fantasque de l'auteur, qui introduit dans le récit une dimension onirique et absurde.

Le résultat n'en est pas moins malsain et dérangeant. La couleur est annoncée dès les premières pages, l'ombre de la folie plane sur ce livre hors norme. Que ce soit le graphisme torturé et expressif ou le scénario pétri de perversion, "SERPENT ROUGE" est un choc. Proposant une galerie baroque de personnages tous plus étranges les uns que les autres, touchés par la dégénérescence (physique ou mentale), parmi laquelle le personnage principal se sent isolé, tout comme il est prisonnier de la maison.
Car s'il est une constante dans l'oeuvre de Hino, ce sont ces microcosmes : la maison sans autre horizon que le mur d'un abattoir dans "PANORAMA DE L'ENFER" (chez IMHO), le cirque de "LAUGHING BALL" (in Comics underground Japan, chez Blast books) ou encore la décharge de "HELL BABY" (chez Blast books). Que ceux-ci finissent par s'ouvrir sur le reste du monde (et y apporter la mort comme dans "HELL BABY") ou qu'au contraire ils restent irrémédiablement fermés sur eux même, ils fonctionnent comme des laboratoires isolés du monde extérieur rationnel, permettant l'intrusion du fantastique et demeurant comme l'image déformée de notre réalité dans un miroir (celui qui protège la demeure des démons ?).

Premièrement acteur, le jeune narrateur va bientôt devenir spectateur, sans aucune prise sur les évènements qu'il a déclenché. "SERPENT ROUGE" peut être vu comme une allégorie du refuge dans l'intériorisation face à une réalité insupportable. Refuge bien illusoire, menant bien vite à la maladie mentale, pour finir en une boucle inextricable (le récit est un morlaque), une prison mentale tout aussi efficace que la prison physique qu'était la maison.

Fortement symbolique, "SERPENT ROUGE" est difficile à cerner, d'autant plus que le lecteur, confronté à la folie du narrateur ne peut que douter de la réalité de se qu'il lit. Fantasme ? Réalité déformée ? On referme le livre dans l'expectation. Une seconde lecture s'impose, encore plus jouissive.

Petit chef d'oeuvre de perversion et d'étrangeté, "SERPENT ROUGE" est un indispensable de la BD fantastique horrifique, sans commune mesure avec tout ce que vous avez pu lire jusqu'à aujourd'hui.

PS : Du même auteur et chez le même éditeur, est sorti en même temps "PANORAMA DE L'ENFER", peut être moins intéressant tout en étant plus emblématique de l'auteur. Il se présente sous la forme d'un recueil composé de treize poèmes macabres, décrivant l'univers d'un peintre obsédé par le sang et les figures de mort.
Tout autant indispensable.
Note de : 8.5 sur 10
Publiée le
Serpent Rouge (BD)
Serpent Rouge (BD)Serpent Rouge (BD)Serpent Rouge (BD)Serpent Rouge (BD)Serpent Rouge (BD)

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Sharita Termeer - 07/08/2014 à 09:46
# 3

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Sharita Termeer - 07/08/2014 à 07:05
# 2

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Sharita Termeer - 01/08/2014 à 14:46
# 1

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 5 = ?

Cette page a été vue 5459 fois.