pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Scrapbook

SCRAPBOOK

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (11) | NEWS | DVDS | VIDEOS
Titre original : Scrapbook
Réalisé par Eric Stanze
Ecrit par Tommy Biondo
Année : 1999
Pays : USA
Durée : 90 min
Note du rédacteur : 9 / 10

L'HISTOIRE

Léonard est un tueur en série cruel et pervers qui relate ses exploits meurtriers dans un journal intime illustré de trophées macabres. Ce dangereux tueur psychopathe obliges ses victimes à écrire dans son recueil afin qu'elles expriment leur souffrance et leur terreur avant de les massacrer sans la moindre pitié.

Clara vient d'être kidnappée par Léonard et va subir comme les précédentes victimes de ce tueur sanguinaire un véritable calvaire. Elle sera battue, humiliée, violée, torturée et devra bien sûr décrire sa lente agonie dans le journal intime de Léonard. Aucune fuite ne semble possible pour Clara qui découvre peu à peu que la maison de son bourreau n'est qu'un horrible mausolée jonché de débris humains et de cadavres en putréfaction...

LA CRITIQUE

Le réalisme poussé à l'extrême. Voilà qui pourrais très bien résumer ce film. Bien qu'il traite d'un sujet qui à été maintes et maintes fois abordé, "SCRAPBOOK" arrive à être original et novateur grâce au traitement particulier dont il fait l'objet.
Eric Stanze s'attache à décrire les relations entre Léonard et Clara, entre un tueur en série et sa victime. Les deux acteurs sont vraiment excellents, ils nous livrent chacun une interprétation d'un réalisme exceptionnel. Tommy Biondo, également scénariste du film, arrive à rendre parfaitement bien un tueur ultra réaliste, il n'a pas l'apparence d'un monstre, il est comme tout le monde, comme dans la vraie vie. On très loin des tueurs "de cinéma" comme Jason, Michael Myers ou autres... Emily Haack est, elle aussi, très douée, et n'hésite pas à s'investir totalement dans son rôle, surtout dans les scènes les plus extrêmes...
Afin d'augmenter la sincérité du jeu de ses acteurs, le réalisateur n'hésite pas à les laisser improviser à partir du scénario, mais aussi, les acteurs eux-mêmes se débattaient vraiment lors des scènes violentes, quitte à se faire quelques écorchures !

En plus d'une excellente interprétation, le film bénéficie d'une atmosphère très réaliste et vraiment malsaine. Quasiment toute l'histoire se déroule dans la maison de Léonard et ses alentours, en plus du sentiment claustrophobique et étouffant que dégage cette unité de lieu, les décors ont été tout particulièrement soignés dans le but précis de faire un film vraiment malsain : Ainsi, à l'instar des décors de films comme "MASSACRE A LA TRONCONNEUSE" et "HENRY, PORTRAIT OF A SERIAL KILLER", ceux de "SCRAPBOOK" sont sales, répugnants même, de la nourriture avariée traîne sur les tables, des pans entiers de papier peint loqueteux se détachent, le sol est crasseux et mal entretenu. Aux alentours de la maison on découvre des cadavres à peine enterrés, des ossements et des restes en putréfaction : on avait rarement vu aussi glauque !
C'est dans cet environnement malsain que vit Léonard. Eric Stanze travaille beaucoup son personnage, il nous montre ses pulsions, ses obsessions, ses motivations secrètes et aussi sa vulnérabilité. Le Scrapbook du titre est en fait son album souvenir, son tableau de chasse, sa vie. Plus qu'un simple journal, celui-ci contient de la souffrance : la souffrance des victimes vue au travers de photos, d'impressions écrites par les femmes que Léonard kidnappe et tue. Toutes les relations entre Clara et le tueur tournent autour de ce cahier. Elle apprend à connaître le tueur, en même temps qu'elle découvre quel sera son sort futur. Le film nous présente ce face à face, ce rapport de force qui s'accentuera jusqu'à basculer brutalement vers une conclusion aussi étonnante qu'impressionnante.

Plus haut, je citais "HENRY" et "MASSACRE A LA TRONCONNEUSE" comme éléments de comparaisons, mais là où ces deux films se caractérisaient par une absence d'effets gore et de scènes chocs, laissant l'imagination du spectateur faire le reste, "SCRAPBOOK" nous montre tout cette fois-ci. Et ce dès la première scène, très choquante, qui nous met tout de suite dans le bain : la caméra suit Léonard enfant, attiré dans sa chambre par sa sœur à moitié nue, apparemment pour essayer d'avoir une relation incestueuse avec lui, mais ce qui pouvait ressembler à un peu de sexe gratuit tourne rapidement au cauchemar lorsque le père surprend les deux coupables, il traîne Léonard vers une autre chambre et le sodomise.
Cette scène, à cause de son incroyable brutalité et de sa soudaineté, restera longtemps gravée dans la mémoire des spectateurs. Et pourtant le pire est à venir, avec les viols répétés, les humiliations sexuelles (à la limite de scènes hard) et les mutilations douloureuses que subira Clara.
La réalisation est calculée au millimètre prêt pour rendre ces scènes très désagréables et malsaines.

"SCRAPBOOK" est le 7ème film de son réalisateur, et malgré le petit budget, l'attachement et le professionnalisme de toute l'équipe ont réussi à faire de "SCRAPBOOK" un film incroyablement réaliste, à la fois fascinant et dérangeant. L'interprétation soignée, les décors réalistes, les dialogues intenses et les scènes choquantes sont autans de qualités pour ce film hors du commun.
Note de : 9 sur 10
Publiée le
Scrapbook
ScrapbookScrapbookScrapbookScrapbookScrapbookScrapbook

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
CannibalorCannibalor - 01/11/2010 à 10:04
# 6

C'est nul.

CannibalorCannibalor - 14/05/2010 à 07:34
# 5

Est - ce que c'est pire que Snuff 102???

goriest - 08/07/2009 à 00:40
# 4

j'ai rarement vu quelques chose d'aussi dérangeant apart august underground mordum, mais dans ce cas ci c'est autre chose, le film est original et très bien ficelé ! le jeu d'acteur est trooooooo dérangeant, jamais j'aurais accepter que mon acteur gifle mon actrice, pour ne nommé que cet exemple là...

la photographie et certains plans scéquences dont la scène d'intro laisse vraiment à désirer.

y'a certain trucs vraiment trop pénible à regarder.

c'est mal filmé.

bref .

Sa note: 6/10
rudy angel - 22/01/2009 à 16:36
# 3

Franchement c trop nul, ne perdez pas votre temps devant a moins d'aimer le gore fauché...

Philippe M - 25/07/2008 à 01:52
# 2

Jai pas trouver que sa crainiais tens que sa. Mais la fin aurais pu etre legerement plus brutal. Niveau psychologique c'est toff , une fille qui se fais violer c'est jamais cool a voire, encore moin à repetition avec des shit encore plus violente.

Jy donne un bon 7/10

Sa note: 7/10
ArgentoCorpseArgentoCorpse - 25/11/2007 à 00:50
# 1

ça craint

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 3 = ?

Cette page a été vue 16870 fois.