pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Rosemary’s Killer

ROSEMARY'S KILLER

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (11) | NEWS | DVDS | VIDEOS
Titre original : The Prowler
Réalisé par Joseph Zito
Année : 1981
Pays : USA
Durée : 89 min
Note du rédacteur : 6.5 / 10

L'HISTOIRE

Alors que la seconde guerre mondiale fait rage, la jeune Rosemary envoie une lettre à son fiancé mobilisé lui annonçant qu'elle le quitte. Mais alors que le conflit prend fin, elle et son nouveau petit ami sont assassinés à coups de fourche lors du bal de fin d'année. Le coupable, un homme en tenue de G.I. reste introuvable.
30 ans plus tard, de nouvelles étudiantes se préparent pour le bal de fin d'année, sans se douter que le tueur de Rosemary rôde toujours...

LA CRITIQUE

"ROSEMARY'S KILLER" est le premier méfait de Joseph Zito, lequel commettra par la suite "VENDREDI 13 : CHAPITRE FINAL" ainsi que des nanars mettant en scène l'inénarrable Chuck Norris... En somme rien de très glorieux pour ce réalisateur qui restera attaché aux séries B tout au long de sa carrière. Pas étonnant donc de constater que ce "ROSEMARY'S KILLER" n'est qu'un slasher de plus, relativement banal qui plus est.
En effet le film suit à la lettre les codes du slasher sans renouveler grand chose. L'action se déroule sur un campus universitaire peuplé d'adolescents grivois et de jeunes filles en shorts, le scénario est minime (qui a dit « inexistant » ?) et ne sert que de prétexte à des scènes de nudité et à des meurtres sauvages... Le scénario est même si étriqué que le film se contente finalement d'aller à l'essentiel, à savoir montrer du sang et des seins, sans même prendre la peine d'ébaucher une quelconque intrigue ou d'étoffer le maigre enjeu narratif. L'identité du tueur sera révélée à la hâte et dans l'indifférence générale, et les maigres efforts des acteurs pour faire exister leurs personnages sont totalement vains. Quant à la mise en scène, elle se révèle particulièrement médiocre dans la gestion de ses effets et le film se montre particulièrement avare en suspense.

Sans doute conscient de la platitude de sa mise en scène et voulant donner au public ce qu'il voulait, Joseph Zito prend alors le parti de foncer à l'essentiel, négligeant tous les aspects du film hormis les meurtres. Il n'hésite pas à étirer ces scènes et à prolonger l'agonie de ces victimes. Ainsi ses plans explicites font preuve d'un sadisme et d'une complaisance jubilatoire et bienvenue dans ce type de film. Et pour ne rien gâcher les effets spéciaux sont signés Tom Savini. Ce dernier est loin d'usurper sa réputation de meilleur maquilleur gore tant ses effets spéciaux sont sanglants et techniquement irréprochables.
Les meurtres nombreux et variés viennent donc rythmer ce film qui en avait bien besoin, pour le plus grand plaisir des amateurs du genre.

Bref, en fin de compte "ROSEMARY'S KILLER" se distingue plus des autres slashers par la variété et le nombre de ses exécutions que par la qualité de son scénario ou de sa mise en scène. Mais malgré ces nombreux défauts, le film reste une curiosité à découvrir, ne serait-ce que pour les superbes scènes de meurtres qui ravirons les fans d'horreur made in 80' !!
Note de : 6.5 sur 10
Publiée le
Rosemary’s Killer
Rosemary’s KillerRosemary’s KillerRosemary’s KillerRosemary’s Killer

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
cendrillon is deadcendrillon is dead - 22/12/2007 à 02:36
# 1

The Prowler où la grande déception... dans le genre cycle de Slasher, ce film pu plaire en son temps mais aujourd'hui (30 ans après) semble dépasser (Images abominables, scénario sur une page, casting de 3ème zone)

Faut en avoir envie quoi!
Dans le genre, il y'a en MIEUX Mortelle Saint Valentin ou l'excellent CARNAGE (The Burning).

Fin bref, vous m'avez compris!

Sa note: 2/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 3 = ?

Cette page a été vue 1973 fois.