pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Outrage

OUTRAGE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (11) | NEWS (1) | DVDS | VIDEOS
Titre original : Autoreiji
Réalisé par Takeshi Kitano
Ecrit par Takeshi Kitano
Année : 2010
Pays : Japon
Durée : 109 min
Note du rédacteur : 7.5 / 10

L'HISTOIRE

Dans une lutte impitoyable pour le pouvoir, plusieurs clans yakuza se disputent la bienveillance du Parrain. Les caïds montent dans l'organisation à coups de complots et de fausses allégeances. Otomo, yakuza de longue date, a vu évoluer ses pairs : des tatouages élaborés et des phalanges sectionnées, ils sont passés à la haute finance. Leur combat pour arriver au sommet, ou du moins pour survivre, est sans fin dans un monde corrompu où règnent trahison et vengeance. Un monde où les héros n'existent pas...

LA CRITIQUE

Takeshi Kitano n'avait pas réalisé de film de Yakuza depuis "ANIKI MON FRERE" en 2000, après les chefs d'œuvres qui ont fait sa réputation, "HANA-BI", "JUGATSU", "SONATINE", "VIOLENT COP"...
Aujourd'hui, le réalisateur déjanté renoue avec le genre, avec "OUTRAGE", en plein cœur de la mafia japonaise et des rivalités entre clans, occasionnant luttes de pouvoir, trahisons et coups foireux.

Sans surprise, la violence y est très présente, mais toujours avec un humour noir décalé devenu la marque de fabrique du réalisateur. Entre gunfights sanglants et règlements de compte absurdes qui rappellent allègrement les chamailleries d'une cour de récré, on retrouve bien là son goût immodéré pour les jeux enfantins - thème récurrent dans la carrière de Kitano - surtout lorsqu'il s'agit de les transposer dans un monde adulte et brutal comme celui des gangs, à l'instar par exemple de "SONATINE" et ses caïds qui se mettent au vert ou de "KIKUJIRO" et ses deux motards retombés en enfance.

Takeshi Kitano désacralise ainsi le code d'honneur des Yakuzas (Outrage) et toutes les valeurs et traditions qui pourraient encore rendre cet univers machiste fascinant ou attirant.
Dans ce jeu de chaises musicales aux innombrables personnages, chaque protagoniste est tourné en ridicule à un moment ou à un autre, retournant sa veste au gré de ses ambitions au sein de l'organisation Sanno-kai, en usant de manœuvres douteuses pour parvenir à ses fins.
Ici, les insultes fusent autant que les balles et les scènes gores, d'un sadisme jouissif, revêtent un aspect plutôt léger, mixture entre comédie et barbarie, comme cette intervention dans un cabinet de dentiste ou encore cette auto-amputation de phalanges qui tourne au vinaigre...

En somme, la confusion entre les membres des clans Murase, Otomo et Iketomo ne fait que souligner l'aspect tentaculaire d'une organisation en perpétuelle évolution, mais également le caractère burlesque de ce microcosme qui bafoue ses propres règles par égo et par vengeance, ou tout simplement par amusement, à l'image du Big Boss Sekuichi qui semble se délecter en jouant à la guerre de gangs avec ses propres pions.

A noter que la bande son d'"OUTRAGE" n'est pour une fois pas signée par son fidèle compositeur Joe Hisaichi, mais par Keiichi Suzuki, avec lequel Kitano avait déjà travaillé sur "ZATOICHI".
Une suite est actuellement en préparation pour une sortie prévue pour 2011 au Japon...
Note de : 7.5 sur 10
Publiée le
Outrage
OutrageOutrageOutrageOutrage

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 3 = ?

Cette page a été vue 2515 fois.