pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film One Eyed Monster

ONE EYED MONSTER

Titre original : One-eyed Monster
Réalisé par Adam Fields
Ecrit par Adam, Jordan Fields
Année : 2008
Pays : USA
Durée : 84 min
Note du rédacteur : 4.5 / 10

L'HISTOIRE

Une équipe de tournage de films pornographiques se rend dans un chalet montagneux pour une nouvelle production. Tout semble bien se dérouler, jusqu'à ce qu'une étrange force de l'espace, prenne possession de la célèbre star du "X" Ron Jeremy, ou plutôt de son sexe. Celui-ci pris d'une vie autonome va s'en prendre au reste de l'équipe, éliminant les mâles et tentant de faire subir les derniers outrages aux femelles environnantes. Comment vaincre ce "Monstre à un œil"?

LA CRITIQUE

Une idée délirante digne d'un film Troma, qui avait déjà édité en DVD "KILLER CONDOM/KONDOM DES GRAUENS" : "La Capote Tueuse", mais sans le coté trash ni le courage d'aller jusqu'au bout de son concept. C'est un peu la meilleure façon de désigner ce petit budget, qui reste éminemment sympathique, avec son casting de vieilles gloires du "Hard" (Ron étant toujours actif de nos jours) et un humour potache agréable mais qui peine à convaincre sur l'ensemble. En effet quelques bons dialogues épars et une ou deux scènes drôles émaillant le récit, ne suffisent pas à soutenir tout un métrage. Pire, le refus de montrer la bête tant attendue et le manque de gore et de sexe d'une entreprise avec un tel sujet, nous fait regretter le manque de "couilles" des scénaristes. Un comble tout de même pour une histoire de "Bite Tueuse".
On peut voir dans tout ça divers hommages aux classiques de la S.F des années cinquante à nos jours avec ce groupe reclus dans une cabane et assiégé par un monstre, refrain connu du genre, mais rien ne vient ici confirmer cette hypothèse.

On se consolera donc un peu avec la présence de notre bon vieux Ron Jeremy (sorte de Rocco Sifredi aux USA en version moche et poilue, ce qui facilite l'identification de l'Américain moyen), qui au final fera un passage éclair puisque c'est ensuite son pénis habité par l'entité extra terrestre qui sera la vedette, laissant derrière lui son corps sans vie, ce qui revient moins cher il faut le dire, mais gâche aussi la possibilité d'un Ron cherchant à récupérer son engin de travail, ce qui aurait pu être franchement plus fun.
Faut-il voir là une métaphore sur l'acteur masculin de "X", dépossédé de son corps et de son visage, réduit uniquement à un sexe dans l'univers du porno au profit de la Star féminine? Si telle était l'intention des auteurs, ce dont je doute, cette piste reste assez inexploitée. On retrouve également Veronica Hart, une autre star du porno U.S, ainsi que cette vieille ganache de Charles Napier à la gueule bien connue des amateurs de Bis, en passant des films de Russ Meyer jusqu'au "SILENCE DES AGNEAUX" et que l'on a plaisir à retrouver, même dans un rôle inutile.

On regrette donc le manque d'audace, qui fait cruellement défaut à cette minuscule série "B" aux confins du "Z", qui reste distrayante et honnêtement filmée, mais dont l'hésitation entre la parodie et le véritable film d'horreur (la dernière demi heure étant dénuée de gags et tournée comme telle) nous laisse le cul entre deux chaises avec l'impression que tout le film ne reposait que sur l'idée de départ et trois ou quatre bons mots.
Un film qui ne restera pas dans les annales, et c'est tant mieux finalement (je sais c'est facile, mais c'était trop tentant).
Note de : 4.5 sur 10
Publiée le
One Eyed Monster
One Eyed MonsterOne Eyed MonsterOne Eyed MonsterOne Eyed Monster

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 3 = ?

Cette page a été vue 5153 fois.