pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Murderer, The

MURDERER, THE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (8) | NEWS (1) | DVDS | VIDEOS (2)
Titre original : Hwanghae
Réalisé par Na Hong-jin
Ecrit par Na Hong-jin
Année : 2010
Pays : Corée du Sud
Durée : 157 min
Note du rédacteur : 6 / 10

L'HISTOIRE

Yanji, ville chinoise de la Préfecture de Yanbian, coincée entre la Corée du Nord et la Russie, où vivent quelques 800 000 Sino-coréens surnommés les «Joseon-Jok.» 50% de cette population vit d'activités illégales. Gu-nam, chauffeur de taxi, y mène une vie misérable. Depuis six mois, il est sans nouvelles de sa femme, partie en Corée du Sud pour chercher du travail. Myun, un parrain local, lui propose de l'aider à passer en Corée pour retrouver sa femme et même de rembourser ses dettes de jeu. En contrepartie il devra simplement... y assassiner un inconnu. Mais rien ne se passera comme prévu...

LA CRITIQUE

Après un "THE CHASER" très remarqué et couronné par plusieurs prix, le réalisateur coréen revient avec un deuxième film (co-produit par la Fox, qui envisage bien entendu une suite et un remake), qui n'est pas sans rappeler son prédécesseur...
Et effectivement, quand on assistait il y a trois ans à la confrontation pleine de tensions entre un ex-policier et un tueur psychopathe, "THE MURDERER" tourne sensiblement autour du même type de « duel », cette fois entre un chauffeur de taxi criblé de dettes, mandaté pour tuer un homme, et le commanditaire du meurtre, un truand hargneux à la bonhommie trompeuse, tous deux campés par le même duo d'acteurs (Ha Jung-woo et Kim Yun-seok).
Si Na Hong-jin use ici d'un propos social en guise toile de fond, ça ne rend malheureusement pas le film plus enthousiasmant pour autant... Car, tout comme "THE CHASER", "THE MURDERER" (aussi connu sous le titre plus pertinent – mais moins vendeur – "THE YELLOW SEA") ne propose rien de fondamentalement nouveau.

A travers le portrait de deux hommes, c'est tout le contexte social de la ville chinoise de Yanji, située entre la Corée du Nord et la Russie, qui est mis en exergue. Des tripots enfumés où l'on joue (et s'endette) au Mah-Jong jusqu'au sordide et bruyant marché aux chiens qui comptent quelques centaines d'animaux aussi désœuvrés que leurs propriétaires, le quotidien misérable de la population «Joseon-Jok.» fait peine à voir, et explique combien les motivations des deux héros justifient le déchainement de violence que l'on s'apprête à voir à l'écran.
La tension monte crescendo à mesure que se déroulent les quatre chapitres qui divisent le film, en particulier à partir du moment où Gu-nam sera l'objet d'une véritable chasse à l'homme. Courses-poursuites spectaculaires, règlements de comptes sanglants à la hache, au couteau ou – plus exotique – à coup d'os, la sauvagerie de certaines scènes est désamorcée par quelques touches d'humour noir bienvenues.

L'intrique, pleine de rebondissements (trop peut-être ?), est plutôt bien ficelée, les scènes d'action ne manquent pas... et malgré tout on finit par s'ennuyer...
Évidemment, avec une durée de presque deux heures et demie, il est nécessaire d'avoir de solides arguments pour garder le spectateur en haleine. Même si c'est le cas la plupart du temps ici, non seulement le film est inutilement long, mais on a constamment une impression de déjà vu si l'on s'intéresse un tant soit peu au cinéma coréen contemporain.
Note de : 6 sur 10
Publiée le
Murderer, The
Murderer, TheMurderer, TheMurderer, TheMurderer, The

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 3 = ?

Cette page a été vue 2224 fois.