pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Memento Mori

MEMENTO MORI

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (11) | NEWS | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : Yeogo Goedam Ii
Réalisé par Tae-Yong Kim, Kyu-Dong Min
Année : 1999
Pays : South Korea
Durée : 98 min
Note du rédacteur : 9 / 10

L'HISTOIRE

Min-ah se retrouve en possession d'un journal intime et devient très vite fascinée par sa lecture, lorsqu'elle découvre au fil des pages, que deux de ses camarades qu'elles prenait pour de simples amies, entretiennent en réalité une romance au sein de leur école. Quand l'une des deux jeunes filles est retrouvée morte, apparemment victime d'un suicide, les rumeurs se propagent et Min-ah commence à ressentir une étrange présence... Le lycée tranquille va se transformer en un lieu morbide, comme si les mots inscrits dans le journal, "memento mori" ("souviens-toi des morts"), devenaient réalité...

LA CRITIQUE

Second opus de la série des "YEOGO GOEDAM", un an après l'excellent "WHISPERING CORRIDORS" de Park Ki-Hyung, "MEMENTO MORI" n'est pas vraiment le suite directe de son prédécesseur, mais plutôt une sorte de variation sur un thème commun, à savoir les rapports profonds et ambigus de deux jeunes adolescentes par-delà la mort, ce qui sera également le fil conducteur du "WISHING STAIRS" de Jae-Yeon Yun, le troisième volet de la série sorti en 2003, et nettement en dessous des deux autres épisodes.

Ce premier film écrit et réalisé par le duo Tae-Yong Kim / Kyu-Dong Min plante une fois de plus le décor dans l'univers strict et conformiste des lycées coréens non mixtes, nous plongeant dans une histoire d'amour étrange et dramatique entre Hyo-sin et Shi-eun, deux lycéennes qui vivront pendant un temps une relation passionnée, que découvrira peu à peu Min-ah en lisant le journal intime écrit par les jeunes filles. La première, marginale et mystérieuse, se suicidera pour avoir été éconduite par la seconde, qui, elle, ne supportera pas la liaison qu'entretient son amante avec l'un de leurs professeurs... et c'est à partir de ce moment que le film basculera dans une dimension un peu plus surnaturelle, allant plus loin que les traditionnels films de fantômes à priori du même genre.

Et c'est aussi en cela que "MEMENTO MORI" s'éloigne de "WHISPERING CORRIDORS", offrant au spectateur un métrage plus tragique et complexe que réellement fantastique, le tout en osant se frotter à un sujet encore sensible en Corée, l'homosexualité, ici très joliment traitée. Homosexualité, mais également adolescence et suicide, trois thèmes qui jouent sur la confusion et les ambiguïtés, et qui dénoncent subtilement au passage des problèmes de société persistants en Corée... La découverte page à page de ce journal, nous transportera, aux côtés de Min-ah, dans un voyage fascinant à travers les souvenirs et les secrets du couple, qui hanteront l'école jusqu'à la fin...

Un premier long-métrage plein de poésie et de mystère, magnifiquement interprété et subtilement réalisé, qui plaira peut-être moins aux amateurs d'horreur qu'aux fans de films asiatiques à la Wong Kar Wai. Un chef d'œuvre intemporel, onirique et envoûtant qui a reçu un excellent accueil à sa sortie en Corée, ainsi que le prix de la meilleure photographie au Festival du film de Slamdance en 2001.
Note de : 9 sur 10
Publiée le
Memento Mori
Memento MoriMemento MoriMemento MoriMemento MoriMemento Mori

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Nic la niqueNic la nique - 11/07/2011 à 02:07
# 1

Super film rien a dire, le film d'horreur japonais réussi par excellence, tous les acteurs sont excellent,le scénario est bon, que demande le peuple?

Sa note: 7/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
5 + 6 = ?

Cette page a été vue 4078 fois.