pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Massacre Des Morts Vivants, Le

MASSACRE DES MORTS VIVANTS, LE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (19) | NEWS (1) | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : Non Si Deve Profanare Il Sonno Dei Morti
Réalisé par Jorge Grau
Année : 1980
Pays : Spain
Durée : 95 min
Note du rédacteur : 8.5 / 10

L'HISTOIRE

L'inquiétante course contre l'échec et la mort de deux jeunes gens ayant découvert que les radiations d'une machine destinée à neutraliser les insectes nuisibles de terres agricoles dans une petite bourgade anglo-saxonne provoquent la résurrection des morts du coin....

LA CRITIQUE

À la suite du succès inattendu de "LA NUIT DES MORTS-VIVANTS", bande fauchée et tournée en noir/blanc qui acquit en quelque temps l'aura d'un véritable film de genre culte, plusieurs démarquages tenteront de renouer avec ces fructueuses recettes en exploitant la veine créée par Romero. "LE MASSACRE DES MORTS-VIVANTS" se classe indubitablement dans la catégorie des plus réussis d'entre eux. Cette production italo-hispanique mise en scène par le trop méconnu Jorge Grau, cinéaste ibérique dont la filmographie ne s'est de loin guère limitée au cinéma d'horreur et/ou d'exploitation — on parle entre autres de certaines œuvres forts intéressantes et marquées par un regard d'une grande acuité sur l'Espagne — dépasse même très vite le simple concept du « bis » en s'appropriant un style, une ambiance, une couleur tout à fait personnels et atypiques. Grau ne déroge certes pas aux notions de base établies par Romero, à savoir un détonnant mélange de violence graphique et de critique sociale ainsi qu'une volonté d‘épurement stylistique, mais les points communs entre les deux films respectifs s'arrêtent là. Et c'est tant mieux, d'ailleurs.

"LE MASSACRE DES MORTS-VIVANTS" relate l'inquiétante course contre l'échec et la mort de deux jeunes gens ayant découvert que les radiations d'une machine destinée à neutraliser les insectes nuisibles de terres agricoles dans une petite bourgade anglo-saxonne provoquent la résurrection des morts du coin. Ceux-ci, qui se présentent tels des zombies assoiffés de chair et de sang, débutent leur carnage avant même que les forces de l'ordre et la population ne s'en aperçoivent. Malgré tous leurs efforts, les deux personnages ne parviendront pas à mettre un terme à cette « graine de fléau » et seront stoppés par un antipathique inspecteur de police qui voit en eux les coupables des meurtres commis par les morts-vivants.

À partir de ce scénario très intéressant, Grau développe une toile de fond sociale aussi évidente que particulièrement incisive et audacieuse. Les altercations entre le policier (Arthur Kennedy) et George (Ray Lovelock) traduisent de manière ostensible la haine d'une génération rigoriste vouée envers une certaine jeunesse doucement baba-cool et plus libre d'esprit. Ce conflit de mœurs conduira à un final pessimiste et lourd de sens, où les zombies ne se révéleront guère être les véritables méchants de l'histoire. Époque oblige, il y a une forte connotation écologiste dans le contenu du métrage, probablement un brin naïve aujourd'hui, mais qui ne nuit pas à l'efficacité du propos pour autant. L'aspect engagé du "LE MASSACRE DES MORTS-VIVANTS" ne mord heureusement pas la peau à sa dimension horrifique et le film fait également des étincelles en terme d'atmosphère et de scènes-chocs. Jorge Grau instaure un climat glauque et malsain à son œuvre, décuplé par la crédibilité des zombies — affreux macchabées ambulants au maquillage restreint mais au souffle rauque et au regard fiévreux —, l'austérité des décors et la froideur implacable de la mise en scène.

Quelques effets Gore relativement osés en regard de l'époque flatteront les amateurs: éviscérations, arrachage de sein, pieu planté dans une gorge, coup de hache dans la tête, le tout filmé sans timidité ou tentative de suggestion. Réalisés par le très bon Giannetto de Rossi (celui-ci signera les meilleurs scènes Gore chez Fulci quelques années plus tard et aura tout au long de sa carrière collaboré avec quelques réalisateurs majeurs du cinéma italien tels que Luchino Visconti), les trucages pourront de nos jours apparaître quelque peu frustes, techniquement parlant, mais ils n'en gardent pas moins un impact sûr dans leur hardiesse et leur cruauté.

Inutile de tergiverser plus longtemps, "LE MASSACRE DES MORTS-VIVANTS" est de la trempe d'un zombie movie de Jacques Tourneur, George A Romero ou encore Lucio Fulci. Grand film d'ambiance mâtiné de satire sociale pas piquée des vers, ce petit ovni trop peu reconnu dans le cinéma de genre — et plus particulièrement d'horreur, où il aurait parfaitement sa place parmi certains cadors — se doit d'être (re)découvert avec tout le respect qu'il mérite. Un excellent cru.
Note de : 8.5 sur 10
Publiée le
Massacre Des Morts Vivants, Le
Massacre Des Morts Vivants, LeMassacre Des Morts Vivants, LeMassacre Des Morts Vivants, LeMassacre Des Morts Vivants, LeMassacre Des Morts Vivants, LeMassacre Des Morts Vivants, Le

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
KilljoyKilljoy - 22/08/2007 à 19:44
# 1

tout est dit dans cette excellente critique de sir gore... Quant au film, il est tout simplement fantastique et à (re)découvrir impérativement !

Sa note: 9/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 5 = ?

Cette page a été vue 2785 fois.