pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Mama

MAMA

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (29) | NEWS (2) | DVDS | VIDEOS (5)
Titre original : Mama
Réalisé par Andres Muschietti
Année : 2013
Pays : Spain | Canada
Durée : 100 min
Note du rédacteur : 5 / 10

L'HISTOIRE

Deux petites filles ont disparu dans les bois le jour où leurs parents ont été tués. Quand elles sont sauvées, des années plus tard, et qu'elles commencent une nouvelle vie, elles découvrent que quelqu'un ou quelque chose cherche encore à les border pendant la nuit.
5 ans auparavant les 2 sœurs, Victoria et Lilly, disparaissaient de leur banlieue sans laisser de trace. Depuis lors, leur oncle Lucas et sa petite amie, Annabel, les cherchent comme des fous. Mais, lorsque les enfants sont retrouvées vivantes dans une cabane délabrée, le couple se demande si elles sont les seules à s'inviter chez eux. Tandis qu'Annabel tente de les initier à une vie normale, elle est de plus en plus convaincue d'une présence maléfique dans leur maison. Les 2 sœurs souffrent-elles d'un réel traumatisme, ou y a–t-il un fantôme qui leur rend visite ? Comment ont-elles pu survivre seules pendant toutes ces années ?

LA CRITIQUE

Adaptation d'un court-métrage réalisé par Andres Muschietti en 2008, "MAMA" a déjà raflé plusieurs prix à Gérardmer, en plus de son succès au box-office américain.
Au même titre que "L'ORPHELINAT", "LES YEUX DE JULIA" ou encore "DON'T BE AFRAID OF THE DARK", ce premier long-métrage du réalisateur argentin est produit par Guillermo Del Toro, toujours disposé à mettre le pied à l'étrier à de jeunes talents.
Une belle carte de visite en somme. Pour autant, le résultat peine à convaincre pleinement...

Sous ses séduisants atours de conte fantastique invoquant aussi bien le thème de l'enfance que celui de la maternité (tiens donc...), "MAMA" ne repose finalement que sur une histoire de fantôme ultra conventionnelle, ne parvenant guère à exploiter les rares pistes intéressantes distillées ça et là.
Ce constat paraît assez évident d'entrée de jeu, lors d'une introduction aussi redondante qu'expéditive, qui aurait peut-être dû n'exister que sous une forme simplifiée à défaut de réellement étoffer les enjeux à suivre. D'une part, les circonstances du drame familial qui se joue dès les premières minutes resteront désespérément floues (on parle pourtant d'un homme qui prend la fuite après avoir tué son épouse ainsi que ses collègues de travail, et qui tente par la même occasion d'assassiner ses propres enfants !). D'autre part, on peut légitimement s'interroger sur la crédibilité de ces cinq années pendant lesquelles les deux fillettes (âgées alors de 1 et 3 ans) ont vécu dans le dénuement le plus total, se nourrissant – vraisemblablement – exclusivement de cerises...
La mort violente du père ne semble, en outre, n'avoir aucun réel impact sur la suite des évènements, pas plus que la ressemblance gémellaire de Lucas avec son frère décédé (occasionnant bien une ligne de dialogue, sans malheureusement faire l'objet d'un traitement plus approfondi).

Plutôt que de miser sur l'ambigüité et d'instaurer le doute, "MAMA" préfèrera suivre un chemin tout tracé en se concentrant sur les femmes du récit, aussi bien la mère de substitution dénuée de toute fibre maternelle incarnée par Jessica Chastain ("TAKE SHELTER", "THE TREE OF LIFE"...) que le spectre qui ne trouvera le repos qu'en récupérant sa progéniture. Mais là encore, aucune profondeur n'émerge des relations qui se développent entre les protagonistes, parfois bien maladroitement caractérisées par des témoignages d'affection totalement intempestifs.
Si l'on fait abstraction des maladresses, des incohérences scénaristiques, de la ribambelle de lieux communs ainsi que des faux raccords qui se voient comme le nez au milieu de la figure, il faut bien avouer que "MAMA" recèle d'indéniables qualités esthétiques, dans une ambiance typiquement espagnole. Néanmoins, beaucoup de promesses non tenues, trop d'idées inutiles à l'intrigue et des scènes frôlant le ridicule (notamment une figure fantomatique flottante et désarticulée du plus mauvais goût) témoignent d'une volonté de bien faire mal canalisée.
Note de : 5 sur 10
Publiée le
Mama
MamaMamaMamaMamaMamaMama

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 5 = ?

Cette page a été vue 2272 fois.