pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Maléfique

MALEFIQUE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (4) | NEWS | DVDS | VIDEOS
Titre original : Maléfique
Réalisé par Eric Valette
Année : 2002
Pays : France
Durée : 90 min
Note du rédacteur : 8.5 / 10

L'HISTOIRE

Quatre détenus partagent la même cellule. Ils découvrent un jour, derrière une pierre descellée, le journal d'un prisonnier enfermé au début du siècle. Ce recueil contient des formules magiques qui permettraient de s'évader...

LA CRITIQUE

"MALEFIQUE" est une excellente et réelle surprise dans le paysage cinématographique français. Il apporte une véritable bouffée de fraîcheur au cinéma de genre hexagonal, bien mal en point ces derniers temps, il faut bien l'avouer. Terrible huis clos, le film nous présente quatre personnages tordus et marginaux : Marcus est un transsexuel en cours de métamorphose qui s'entraîne tous les jours pour escalader le mur d'enceinte.

Pâquerette est un attardé mental qui dévore tout ce qui l'intrigue. Il est fasciné par l'infirmerie et n'hésitera pas à s'auto-mutiler pour y accéder (on retrouve ici l'idée du prisonnier qui s'évade "par petits bouts" ). Ensuite il y a Lasalle, un intellectuel qui n'ose plus ouvrir de livres car il les juge responsables de la folie meurtrière qui l'a poussé à démembrer sa femme. Enfin Carrère, chef d'entreprise véreux, obsédé par l'idée de revoir son fils, se rajoutera à cette misérable et étrange micro société. Pour parvenir à leurs fins, tous ces personnages sont prêts à emprunter tous les chemins, incompris les plus tortueux.
Les quatre acteurs principaux excellent dans leurs rôles respectifs. Ils nous livrent une interprétation effrayante sans jamais verser dans l'excès.
Le scénario est très malin et retors, presque pervers. Il se plait à faire évoluer ses personnages de manière subtile et à nous surprendre efficacement, sans toutefois abuser des retournements de situations. L'espace confiné des lieux est très bien utilisé, et finalement, malgré un rythme assez lent, on ne s'ennuie jamais. Ensuite la mise en scène d'Eric Valette est d'une grande fluidité. La réalisation fait oublier l'exiguïté de la cellule et instaure une esthétique froide et une atmosphère très particulière. Le spectateur est tout de suite plongé dans cette ambiance à la fois oppressante et singulièrement envoûtante.

Malgré un budget très réduit, l'équipe soigne ses effets spéciaux qui restent très impressionnants. On aura ainsi droit à quelques scènes sanglantes très réussies, notamment une scène mémorable où on verra les membres d'un homme se tordre lentement dans des craquements d'os particulièrement douloureux.
Enfin le métrage pose un regard très pessimiste sur l'être humain, qui nous est ici présenté comme un être violent, calculateur, égoïste, esclave de ses envies. Le film pose la question de la quête du bonheur et la fin, magnifique et ambiguë, n'apportera peut être pas la réponse à laquelle on pouvait s'attendre.

Bref, "MALEFIQUE" est une excellente série B qui jongle parfaitement entre des effets sanglants très graphiques et une atmosphère réellement étouffante et pourtant fascinante. Mais bien plus qu'un énième film d'horreur idiot, le métrage est également une métaphore subtile et morbide sur la quête obsessionnelle du bonheur. Une réussite.

Présenté en compétition officielle lors du 10ème Festival Fantastic'Arts de Gérardmer en janvier 2003, "MALEFIQUE" est reparti avec le Prix du jury, partagé avec "THE GATHERING" de Brian Gilbert.
Note de : 8.5 sur 10
Publiée le
Maléfique
MaléfiqueMaléfiqueMaléfique

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
barbietuerick - 07/01/2013 à 06:01
# 2

et les compratiotes,pourquoi ne pas faire un film aussi couillue de temps en t:je sais c la merde en france pr faire ce genre de petit chef d'oeuvre...dommage

echo - 25/07/2008 à 13:34
# 1

tres glauque et tres sanglant
par contre, impossible de se rappeler de l'histoire tant elle est tordue.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 5 = ?

Cette page a été vue 4953 fois.