pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Je Suis Une Légende

JE SUIS UNE LEGENDE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (44) | NEWS (6) | DVDS | VIDEOS
Titre original : I Am Legend
Réalisé par Francis Lawrence
Année : 2007
Pays : USA
Durée : 140 min
Note du rédacteur : 7 / 10

L'HISTOIRE

Robert Neville était un savant de haut niveau et de réputation mondiale, mais il en aurait fallu plus pour stopper les ravages de cet incurable et terrifiant virus d'origine humaine. Mystérieusement immunisé contre le mal, Neville est aujourd'hui le dernier homme à hanter les ruines de New York. Peut-être le dernier homme sur Terre...
Depuis trois ans, il diffuse chaque jour des messages radio dans le fol espoir de trouver d'autres survivants. Nul n'a encore répondu. Mais Neville n'est pas seul. Des mutants, victimes de cette peste moderne - on les appelle les "Infectés" - rôdent dans les ténèbres... observent ses moindres gestes, guettent sa première erreur. Devenu l'ultime espoir de l'humanité, Neville se consacre tout entier à sa mission : venir à bout du virus, en annuler les terribles effets en se servant de son propre sang. Ses innombrables ennemis lui en laisseront-ils le temps ? Le compte à rebours touche à sa fin...

LA CRITIQUE

"JE SUIS UNE LEGENDE" devient l'énième adaptation de la nouvelle de Richard Matheson à mettre en vedette ce légendaire « dernier homme sur Terre » qui, oh miracle, ne perd pas espoir de sauver l'humanité. Le désarroi du personnage principal de "LES FILS DE L'HOMME", à ce compte-là, était bien plus crédible. Le moral inébranlable et les muscles bien en évidence de Will Smith – qui va se permettre de réciter quelques lignes de "SHREK", comme quoi tout va vraiment bien – sont au centre de cette aventure souvent palpitante mais malheureusement un peu maladroite.
Trois ans après l'apparition d'un virus qui a forcé l'évacuation de la ville, Robert Neville vit seul à New York où il tente de trouver un remède pour freiner l'épidémie. Un vaccin pour ce virus dévastateur qui transforme les humains en créatures sanguinaires terrées dans l'obscurité. Peut être que la solution se trouve dans son sang inexplicablement immunisé ? Toujours est-il qu'il est à la recherche désespérément d'un quelconque survivant, il parcourt la ville avec son chien pendant la journée. Mais le soir venu, il se réfugie dans son laboratoire pour se protéger des monstres qui prennent possession des rues.
Le réalisateur Francis Lawrence, qui avait prouvé avec "CONSTANTINE" qu'il possède un œil aiguisé et un flair rare d'utilisation de la couleur, force à nouveau cette constatation. Tout l'univers chromatique de "JE SUIS UNE LEGENDE" est magnifique, de la lumière du coucher de soleil à la couleur de peau des zombies, tout vibre des mêmes tons terreux, ce qui permet un abandon admiratif auquel s'ajoute cette vision féerique d'un New York déserté. Le climat de fin du monde particulièrement prenant qui règne dans le film n'est pas du tout étranger à ce travail visuel fascinant.
La faute ? Oui, il y'en a une. Le personnage stéréotypé à l'extrême de Will Smith. Surtout dans ces plans indigestes où le réalisateur admire sa sculpture au déprimant des buildings abandonnés. Son interprétation générale est fade. Son rôle est sous exploité, et c'est sans doute ce qui porte défaut au film. On assiste au stéréotype bancal de l'américain (toujours au top de sa forme, sauveur du monde) avec la bonne morale hollywoodienne malgré ce cas extrême. Sans pour autant perturbé le film, Smith est beaucoup plus efficace lors des scènes avec son chien. Si la première partie du film se rapporte d'avantage à la science-fiction et à la psychologie, la seconde tombe dans la facilité du film d'action classique qui met en vedette, au fond, l'adrénaline d'un bon vieux combat viril.
Dommage que le film se termine si grossièrement, à la va-vite, alors que de nombreuses questions restent en suspens. L'intervention in extremis d'une salvatrice croyante est un revirement dramatique trop prévisible, trop classique, pour ce qui était jusque là un one man show plus qu'efficace, d'autant que les monstres sont d'une frayeur redoutable, on retiendra la très bonne composition musicale de James Newton Howard ("KING KONG", "LE SIXIEME SENS").
"JE SUIS UNE LEGENDE" rappelle tout de même que si jamais Will Smith est effectivement le dernier homme sur Terre, peu de femmes s'en plaindront. Ah, et puis l'humanité aura peut-être une chance de survivre tellement il est beau, intelligent, débrouillard, fier, déterminé, un demi-dieu quoi...
Note de : 7 sur 10
Publiée le
Je Suis Une Légende
Je Suis Une LégendeJe Suis Une LégendeJe Suis Une LégendeJe Suis Une Légende

[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/users3/o/ohmygore/www/displayreviews.php on line 299: include(/inc_commentsfr.php) [function.include]: failed to open stream: No such file or directory
[phpBB Debug] PHP Warning: in file /home/users3/o/ohmygore/www/displayreviews.php on line 299: include() [function.include]: Failed opening '/inc_commentsfr.php' for inclusion (include_path='.:/home/temporaire/upload:/usr/local/lib/php/:/usr/local/lib/ZFramework')

Cette page a été vue 2312 fois.