pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Intrus, Les

INTRUS, LES

Titre original : The Uninvited
Année : 2009
Pays : USA
Durée : 87 min
Note du rédacteur : 5 / 10

L'HISTOIRE

Après un séjour en clinique psychiatrique, Anna revient chez elle, décidée à éclaircir les étranges circonstances entourant la mort de sa mère. Pendant sa convalescence, son père est tombé amoureux de Rachel, l'ex-infirmière de la disparue, qui est venue vivre chez eux... Consternée, Anna bascule définitivement dans l'horreur lorsque le fantôme de sa mère lui apparaît, désignant Rachel d'un doigt vengeur. Face à leur père qui ne veut rien entendre, Anna et sa soeur Alex décident d'enquêter sur le mystérieux passé de Rachel. La sous-estimer serait la pire des erreurs...

LA CRITIQUE

Anna est internée en hôpital psychiatrique depuis la mort de sa mère plusieurs mois auparavant. De retour dans l'immense demeure familiale, elle y retrouve sa chère sœur Alex, mais aussi - et malheureusement - sa future belle mère Rachel, l'infirmière de la défunte qui s'est installée avec son père pendant son absence.
Alors que la jeune fille reprend tout doucement ses marques avec le souvenir omniprésent de sa maman malade isolée dans une dépendance de la maison, son retour est accompagné de terrifiantes visions nocturnes qui semblent l'inciter à découvrir les véritables circonstances de la nuit tragique de l'incendie. Les cauchemars et les apparitions fantomatiques se multipliant, Anna décide avec sa sœur de mener sa petite enquête afin de découvrir ce que cache la nouvelle compagne de leur père...

Remake du très envoûtant "TALES OF TWO SISTERS", "LES INTRUS" n'en possède néanmoins ni l'intensité, ni la finesse, ni la poésie, et encore moins les qualités esthétiques si minutieusement étudiées... Comme on pouvait s'y attendre, cette nouvelle version réadaptée, simplifiée et édulcorée pour le public américain montre une fois de plus l'inefficacité des scénaristes affectés à ce genre de tâche, s'octroyant ici la liberté de se débarrasser de supposés excédents psychologiques au profit d'un récit accessible et lucratif, dénué de l'atmosphère si particulière de l'original.
Un manque de prise de risque traduit notamment par les personnages des deux sœurs, volontairement « teenagerisés » pour coller aux codes actuels du film d'horreur américain et par conséquent permettre une certaine forme de voyeurisme lié à l'adolescence...
Ainsi le thème du passage à l'âge adulte, symbole déterminant dans "TALES OF TWO SISTERS", en est réduit à de simples flirts sur la plage et quelques lolitas en tenues légères, tandis que la singularité des décors et des couleurs de la maison a tout bonnement été occulté...
Si la schizophrénie d'Anna manque également de profondeur, c'est sans nul doute dans le but d'éviter toute forme d'ambiguïté sur les évènements, ce qui constituait pourtant le principal intérêt du film...

Interdisant toute réflexion aux spectateurs par son récit largement orienté, "LES INTRUS" se compromet en outre dans des dialogues aussi inutiles que les personnages supplémentaires, rajoutés vraisemblablement pour combler le vide abyssal du scénario.
C'est en visionnant ce long métrage des frères Guard, que l'ont apprécie davantage "TALES OF TWO SISTERS" pour ses efforts de narration et sa créativité. "LES INTRUS" se laissera suivre à condition d'en oublier tous les antécédents, chose qui semble avoir fonctionné pour le public ciblé, ignorant même jusqu'à l'existence de l'original...
Note de : 5 sur 10
Publiée le
Intrus, Les
Intrus, LesIntrus, LesIntrus, LesIntrus, Les

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
bugsy - 15/11/2009 à 13:45
# 1

bof

Sa note: 5/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 3 = ?

Cette page a été vue 2359 fois.