pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Hunters, The

HUNTERS, THE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (15) | NEWS (2) | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : The Hunters
Réalisé par Chris Briant
Ecrit par Michael Lehman
Année : 2011
Pays : France | Luxembourg | Belgium
Durée : 105 min
Note du rédacteur : 5 / 10

L'HISTOIRE

Noël. C'est leur dernière semaine. En ville, six personnes courent vers un destin tragique. Le dernier jour les réunit par hasard dans un lieu isolé : le Fort... La réalité s'écroule et tourne au cauchemar...

LA CRITIQUE

Présenté en clôture du dernier festival de Gérardmer, "THE HUNTERS" est à l'évidence une déception. La faute en partie due à un récit trop éclaté qui manque sa cible et ne laisse au spectateur que le bref aperçu d'un hypothétique polar gonflé aux amphétamines. Si l'intrigue principale se dessine autour d'une chasse à l'homme organisé à des fins exutoires, l'action se perd peu à peu entre une histoire d'amour peu convaincante, une enquête policière aux allures de mauvais feuilleton et un règlement de compte final laborieux.
Reste la très bonne idée d'organiser le récit autour d'un décor grandiose (Le Fort Queuleu à Metz) et avec l'intention d'en faire un personnage à part entière. Néanmoins malgré une inspiration palpable, Chris Briant ne parvient pas à exploiter tout le potentiel dramatique du Fort. L'architecture est sous-exploitée, l'espace n'est jamais rendu dans sa complexité et reste le plus souvent subordonné à des contraintes narratives maladroites.

Les premières minutes du film nous plongent au cœur de l'action, un homme mal en point, au bord de l'évanouissement, semble être poursuivi. Ces quelques plans montés en parallèle avec les images souvenirs d'une bande de chasseurs redneck et joviale revoie à l'imagerie d'un cinéma des années soixante-dix traumatisant entre Boorman, Peckinpah et Hooper.
Peu à peu se dessine donc la trame d'une chasse à l'homme lorgnant davantage du coté des préoccupations anthropologiques abordées dans "LA CHASSE DU COMPTE ZAROFF" (1933) que de l'actionneur réalisé par John Woo. Puis le récit évolue et semble se réorienter vers une fiction à la "HOSTEL" où le contexte social dans lequel évoluent les différents protagonistes prend une grande importance. Néanmoins encore une fois, et à l'image du film, cette piste est ouverte sans véritablement aboutir. Peu à peu, et à mesure des promesses non tenues, l'addition s'alourdit et laisse place à un fort sentiment déceptif après projection.

Si les différents caractères sont plutôt bien construits, allant jusqu'à déjouer certains archétypes, leurs rencontres hasardeuses lors du final annoncé et attendu ne convainc pas et semble même surprendre jusqu'au réalisateur qui laisse alors échapper ce qu'il était parvenu à bâtir. Le Saint, personnage charismatique et central du récit, prend la position de victime sans véritablement y croire, piégé au sein du Fort Goben par un twist scénaristique plus que douteux. Les chasseurs, visiblement fatigués de courir après leur gibier, un comble, préfèrent jouer les tortionnaires et se voient attribuer une proie qu'ils n'ont visiblement pas choisie. La faute encore une fois à une réalisation soumise à sa propre narration.

Par manque de confiance ou contrainte extérieure, Chirs Briant n'applique pas jusqu'au bout sa propre intention de réalisation. Ainsi le Fort Goben, pesant jusqu'alors sur les destins de l'ensemble des protagonistes se voit doublé dans son statut réunificateur par une révélation aux allures de déjà vu : L'inspecteur principal de police, supérieur en chef de Le Saint est aussi à la tête des bourreaux; ô surprise ! "THE HUNTERS" finit, avec cette ultime révélation, de tomber du côté de la banale enquête policière.

Note de : 5 sur 10
Publiée le
Hunters, The
Hunters, TheHunters, TheHunters, TheHunters, The

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
cyro - 18/02/2011 à 20:13
# 5

j'ai vu ce film à Gerardmer et franchement j'ai cherché la blague...et non y 'en avait pas ! Chris BRIANT (Etienne Huet) prend clairement les gens pour des cons mais ne s'en rend pas compte tellement il croit en son talent ! De plus en lisant le générique quel ne fut pas ma surprise en voyant au scénario M.Lehman le réalisateur USA de True blood ! et ben non ! Tout comme son frêre le scénariste a pris un nom à l'américaine mais ne s'est pas rencardé pour savoir si ce nom était déjà pris ou alors c'est volontaire et une fois de plus on nous ment !
Enfin pour toutes ces raisons et tant d'autres n allait pas voir cette daube !

Gérard - 15/02/2011 à 09:51
# 4

Ce que le cinéma fait par ceux qui se regardent le nombril fait de pire !

[url] />

Paty - 15/02/2011 à 09:49
# 3

Sfx, effets spéciaux, cascades à la ramasse. Chris briant beau gosse incompétent et imbu qui est le seul encore à espérer avoir du talent.

Gilles - 08/02/2011 à 00:04
# 2

Franchement quand on lis cette critique [url] on est en droit de se demandé si le commentaire précédant n'est pas un peu corrompu :)

Deadline - 26/01/2011 à 14:03
# 1

Vous pouvez d'ores et déjà voir le teaser sur Internet.
Ce Thriller-Horror est inspiré de Seven et du Silence des Agneaux, je vous laisse donc imaginer quel superbe cocktail nous a concocté Chris BRIANT pour cette super réalisation, nous nous attendons à un film de genre à l'Américaine avec notamment une bande originale exceptionelle composée par Mark Snow ( X Files entre autre )...

Je vous laisse donc dès à présent découvrir le teaser du film sur le site officiel : [url] /> ( Ne pas zapper l'intro, c'est le teaser ! )

Sa note: 10/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
5 + 6 = ?

Cette page a été vue 3727 fois.