pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Hostel chapitre 2

HOSTEL CHAPITRE 2

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (33) | NEWS | DVDS | VIDEOS (1)
Titre original : Hostel Part 2
Réalisé par Eli Roth
Ecrit par Eli Roth
Année : 2007
Pays : USA
Durée : 93 min
Note du rédacteur : 8.5 / 10

L'HISTOIRE

Alors qu'elles sont en vacances en Europe, Beth, Lorna et Whitney, trois jeunes Américaines, rencontrent une superbe femme. Celle-ci se propose de leur faire découvrir pour un week-end un établissement de cure où elles pourront se reposer et s'amuser. Attirées par cette offre, les trois jeunes femmes la suivent et tombent dans son piège. Livrées à de riches clients associant l'horreur au plaisir, les trois jeunes femmes vont vivre un cauchemar absolu...

LA CRITIQUE

Quand on voit "HOSTEL 2" pour la première fois, on se demande quand même quand est-ce que ça commence. On se demande aussi si ce qu'on a vu a un intérêt. Et puis, on se dit que "HOSTEL 2", c'est comme Hostel sauf que les gars ont chacun une paire de loches.

On pourrait se dire piégé par la publicité tapageuse et racoleuse de Roth et de son VRP Tarantino, et c'est vrai, mais le traquenard devrait nous faire réfléchir plutôt que nous décevoir plus que de raison. On avait annoncé le plus grand massacre, la plus grande débauche de tortures, jamais vus sur un écran pour "HOSTEL" ? On n'a rien eu de tout cela. On a annoncé pire encore pour "HOSTEL 2" ? A quoi fallait-il s'attendre ? à ce que cela soit effectif ? Bien sûr que non, car Roth ne fait pas, qu'on se le dise, dans l'équarrissage déshumanisé à la "SAW", alors que le public comme les critiques ont un peu vite réuni les deux «sagas» dans le même panier de têtes arrachées.

Cet Hostel, comme son nom l'indique (part 2), fait figure de second élément d'un diptyque qui fonctionne comme un miroir. Ici, nous aurons droit au reflet quasi inversé du premier opus : si la structure est sensiblement la même, la différence se fait au niveau des personnages, des filles au lieu de mecs. Je vous vois venir, point de vue innovation, on a vu mieux depuis l'invention de la machine à courber les bananes. Sauf que le public de ces films est principalement masculin, ce qui du coup met du plomb dans l'aile de l'identification aux héro(ïne)s. De victime consentante et finalement mal à l'aise, le spectateur ne peut plus que se mettre dans la peau des tortionnaires cette fois. D'ailleurs, la présentation de l'intimité des deux compères de tortures renforce cet état de fait.

Nouveau malaise donc, puisque l'on est soit mis à l'écart du projet - distanciation qui permet une meilleure réflexion autour du concept - soit dans les baskets de petits merdeux bourgeois de Pennsylvanie venus se venger d'une Bobonne castratrice sur de pauvres étudiantes même pas assez idiotes ou jolies pour qu'on puisse réellement souhaiter leur mort. Roth choisit ici de mettre en avant la Femme, suivant le petit bout de chemin tracé par le pygmalion Quentin, allant jusqu'à émasculer un des tortionnaires, et vraiment, j'en ai encore des suées qui me courent le long de l'échine.

Alors oui, on dira qu'on se fait grave chier jusqu'au premier meurtre (en soi, très joli, mais très dégueu), mais uniquement parce que le mâle en mal de sensations fortes ne s'attend pas à une réflexion sur les rapports entre les deux sexes dans un film estampillé «je-vais-t'étriper-pétasse-et-ça-fera-marrer-toute-la-salle». Roth avait renvoyé au Ricain moyen une image pas très flatteuse, il enfonce le clou en le renvoyant encore une fois à une autre forme d'animalité qui prend sa source dans la sexualité.

Les Hostel, c'est comme une boîte de Pandore : c'est moche, ça ne présente aucun intérêt a priori, mais une fois ouverte, elle recèle des secrets qui lui donnent toute sa saveur.
Note de : 8.5 sur 10
Publiée le
Hostel chapitre 2
Hostel chapitre 2Hostel chapitre 2Hostel chapitre 2Hostel chapitre 2Hostel chapitre 2

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
bugsy - 15/11/2009 à 20:55
# 3

mwa jai bien aimé mais le debut est assé long avant kil est de laction uper laction du zizi coupé hihihi muahahahahah

Sa note: 8/10
minidouminidou - 11/10/2009 à 21:46
# 2

PAS DU TOUT AIME !!

mais j'ai kiffé le petit clin d'oeil pour la comtesse bathory
super scène bien trash !!

tony ex - 25/07/2007 à 16:54
# 1

En plus de rendre brillament hommage au bis italien Eli roth signe une suite maline et jouisive qui èvite la redite. Dommage que la fin soit si soudaine et que le film ne soit pa plus long .

Sa note: 8/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 3 = ?

Cette page a été vue 1949 fois.