pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Hideaways

HIDEAWAYS

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (10) | NEWS (2) | DVDS | VIDEOS (9)
Titre original : Hideaways
Réalisé par Agnès Merlet
Ecrit par Nick Murphy
Année : 2011
Pays : Ireland
Durée : 95 min
Note du rédacteur : 4.5 / 10

L'HISTOIRE

Dans la famille Furlong, l'aîné de chaque génération est doté d'un pouvoir extraordinaire, pour le meilleur ou pour le pire. James, le dernier de cette lignée, orphelin de mère, découvre la nature du sien lors d'un accident qui cause la mort de son père et de sa grand-mère. Hanté par ce mal mystérieux, il se retire au plus profond de la forêt pour ne plus nuire à ses proches.
Quelques années plus tard, Mae, une adolescente en révolte et atteinte d'un mal soit disant incurable, se réfugie elle aussi dans la forêt, et rencontre James. Ils tombent amoureux. Leur amour va révéler une force inattendue de la « malédiction » de James...

LA CRITIQUE

Connue notamment pour son film "DOROTHY", la réalisatrice française Agnès Merlet nous livre à présent "HIDEAWAYS", une histoire d'amour entre deux adolescents qu'à priori tout opposait. Empreint d'une aura fantastique, le film prend des allures de conte de fée moderne, s'inspirant largement des codes et symboliques des histoires populaires de notre enfance. A la croisée de « La Belle et La Bête », « La Princesse et Le Crapaud » ou encore « Blanche Neige » et « Le Petit Poucet », James et Mae font échos aux représentations typiques des personnages de héros maudits et de prince/princesse, chacun portant son propre fardeau : pour l'un, un pouvoir dangereux hérité généalogiquement, pour l'autre, un mal incurable...

Si la résonance particulière que revêt la maladie de la jeune Mae pour la réalisatrice - qui a perdu son frère dans les mêmes circonstances - ne laisse pas insensible, le film en revanche risquait bien de sombrer dans le sentimentalisme, avec une romance à l'eau de rose ainsi qu'un happy-end assez prévisible. Et en effet, l'Amour triomphant étant le cœur du récit - à la fois antidote et symbole de vie, de renaissance et d'espoir, on n'échappera pas à la mièvrerie inhérente à ce type d'idylle adolescente.
Les acteurs participent d'ailleurs allègrement à cet état de fait. Sans se montrer foncièrement mauvais, leur interprétation est auréolée d'une naïveté agaçante, alors que les thèmes du passage à l'âge adulte, de la fin de l'innocence ou encore de la maladie sont propices à véhiculer des émotions bien plus troubles, plus tortueuses.

De la même manière, le ton mielleux du film fait qu'il semble constamment s'adresser à un public « fleur bleue », qu'il verse dans l'humour (lorsque les symptômes saugrenus des hommes de la famille Furlong sont dépeints au début du film) ou dans la tragédie (la majorité du temps).
Les malheurs de James font parfois penser à une version masculine de Princesse Sarah : condamnant à mort tout ce qu'il touche, le jeune homme est chassé par son père, puis contraint de vivre en paria dans les bois après un épisode dramatique dans un orphelinat. On ne comprend d'ailleurs pas toujours très bien toute l'étendue, ni les limites, de son pouvoir, et son isolement de 10 années parait en outre peu crédible vu la facilité avec laquelle Mae atterrit dans sa cabane...

Malgré cela, il faut bien avouer qu'"HIDEAWAYS" demeure esthétiquement soigné et pourvu d'une certaine poésie. Mais malheureusement toutes les bonnes idées du film peinent à fonctionner devant le caractère consensuel du récit ainsi que son manque de profondeur et d'onirisme...
Note de : 4.5 sur 10
Publiée le
Hideaways
HideawaysHideawaysHideawaysHideaways

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
guida44 - 23/11/2011 à 06:37
# 1

Le film a l'air sympa,je pense aller le voir ,j'espere de ne pas etre decue

Sa note: 8/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 5 = ?

Cette page a été vue 2838 fois.