pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Frankenweenie

FRANKENWEENIE

Titre original : Frankenweenie
Réalisé par Tim Burton
Année : 2012
Pays : USA
Durée : 87 min
Note du rédacteur : 8.5 / 10

L'HISTOIRE

Après la mort soudaine de Sparky, son chien adoré, le jeune Victor fait appel au pouvoir de la science afin de ramener à la vie celui qui était aussi son meilleur ami. Il lui apporte au passage quelques modifications de son cru... Victor va tenter de cacher la créature qu'il a fabriquée mais lorsque Sparky s'échappe, ses copains de classe, ses professeurs et la ville tout entière vont apprendre que vouloir mettre la vie en laisse peut avoir quelques monstrueuses conséquences...

LA CRITIQUE

En 1984, Tim Burton réalisait un court métrage en noir et blanc intitulé "FRANKENWEENIE", mettant en scène un jeune garçon qui ramenait son chien à la vie. De cette même base (qui n'est pas sans rappeler le "Simetierre" de Stephen King), il nous offre aujourd'hui la version longue et animée qu'il aurait aimé faire à l'époque, et dans laquelle il s'est littéralement lâché pour rendre hommage aux classiques de l'horreur qu'il affectionne tant.

C'est à travers son héros aux allures d'"EDOUARD AUX MAINS D'ARGENT", que Tim Burton injecte une touche autobiographique à son récit. Animé par la même passion du cinéma (il tourne ses propres films amateurs en super 8), Victor partage également une relation privilégiée avec son chien, comme celle que le réalisateur raconte avoir vécue durant son enfance. Inconsolable lorsque son adorable Sparky meurt après avoir été percuté par une voiture, le jeune garçon parvient à ressusciter son bull terrier grâce aux cours de son professeur de sciences et mentor, qui a hérité des traits de Vincent Price !

A l'instar du récent et rafraichissant "PARANORMAN" des studios Laika, "FRANKENWEENIE" 2012 regorge de références au cinéma d'épouvante, essentiellement des années 30/40. Les noms des protagonistes ainsi que leur physionomie bien identifiable célèbrent avec humour les figures emblématiques de la littérature fantastique ainsi que les Universal Monsters et bien sûr le personnage de Frankenstein, mais c'est du côté des animaux du film que l'on sera le plus gâtés !
De la chienne choucroutée transformée en fiancée de Frankensparky à la galerie de créatures d'outre tombe résultant des expériences hasardeuses des camarades de classe de Victor, les mutations générées se montrent particulièrement savoureuses, avec notamment d'amusants clins d'œil aux Kaiju Eiga (le "GAMERA" façon Tim Burton vaut son pesant de cacahuètes !), à "DRACULA", "LA MOMIE", "LE LOUP GAROU" ou encore aux "GREMLINS"...

Réalisé en stop motion comme l'avaient été "L'ETRANGE NOEL DE MR JACK" et "LES NOCES FUNEBRES", "FRANKENWEENIE" est techniquement très réussi. Tourné en noir et blanc à l'image du projet original, le film donne vie aux marionnettes imaginées par Tim Burton dans les décors d'une banlieue résidentielle américaine des 70's similaire à celle d'"EDOUARD AUX MAINS D'ARGENT". Un travail fastidieux pour un résultat impressionnant à l'écran, à la fois drôle et émouvant, qui porte la marque si reconnaissable du réalisateur.
Note de : 8.5 sur 10
Publiée le
Frankenweenie
FrankenweenieFrankenweenieFrankenweenieFrankenweenie

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 2 = ?

Cette page a été vue 1960 fois.