pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Dark Side

DARK SIDE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (9) | NEWS (1) | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : As Good As Dead
Réalisé par Jonathan Mossek
Année : 2008
Pays : USA
Durée : 88 min
Note du rédacteur : 3 / 10

L'HISTOIRE

Ethan Belfrage est accusé du meurtre du révérend Kalahan survenu neuf ans plus tôt. Séquestré par deux anciens membres de l'église, il est victime de nombreuses tortures physiques et psychologiques afin d'obtenir sa confession. Mais Ethan ne lâche rien, provoquant le désarroi d'Helen, la veuve du révérend, qui doute dès lors de sa culpabilité. Entre compassion et désir de vengeance, la tension au sein du groupe va vite devenir intenable.

LA CRITIQUE

Ethan, journaliste et photographe de profession, mène une vie ordinaire dans son intérieur typiquement newyorkais, entre la garde partagée de sa fille, les promenades de son chien et ses déboires avec son proprio. Un jour qu'il se sent observé, il se retrouve séquestré dans son propre appartement sous la menace d'un homme aux tatouages douteux, accompagné d'une femme défigurée et de son fils, tous animés par le même désir de vengeance.
Sous les accusations persistantes de ses agresseurs, Ethan nie toute implication dans le meurtre du chef spirituel d'un mouvement religieux extrémiste, avec une obstination déconcertante. A tel point que le doute s'installe au sein du groupe, semant la zizanie entre les ravisseurs.

Si l'intro du film laisse planer un certain mystère avec le sermon tendancieux d'un révérend dans une église décorée de symboles à la mode nazie, la suite se montrera assez décevante, se limitant à des scènes filmées à l'intérieur d'un appartement, ponctuées de flashbacks à propos de l'assassinat du prêcheur perpétré 10 ans auparavant.
Sous l'étiquette pompeuse d'un mix entre "SAW" et "AMERICAN PSYCHO", "DARK SIDE" ("AS GOOD AS DEAD" de son titre original, cherchez le rapport...) ne repose au final que sur une expédition punitive peu palpitante, dont les tortures - pour le moins soft et à peine dissuasives - ne se justifient que par les dires d'un présumé complice.

Un peu maigre comme scénario tout de même, d'autant que tout y est affreusement prévisible, à commencer par l'existence de la fillette, qui assure une monnaie d'échange inestimable pour ces fervents catholiques en quête de vérité. Consternantes également, les réactions de la victime, tantôt suppliant, tantôt insultant ses tortionnaires, qui de leur côté ne s'imaginent pas une seconde qu'un homme sous une telle pression pourrait avouer n'importe quel crime...
Nous passerons le cliché de la scène de petit déjeuner ou encore le faux raccord intervenant dès le début du film (lorsque la fille du héros enfile sa veste en jean, qui aura disparu sur le plan suivant, pour réapparaitre ensuite sur son dos), regrettant la sous-exploitation des activités de l'église en question au profit d'une tentative ratée de thriller psychologique tendances « torture porn » du pauvre, comme l'exige la vogue horrifique actuelle.

Malgré un casting séduisant réunissant Andie MacDowell, Cary Elwes, Frank Whaley et Matt Dallas, "DARK SIDE" rejoindra la longue liste des films sans intérêt, servi de surcroit avec une bande originale hyper conformiste qui ne fait qu'en renforcer le manque de personnalité.
Note de : 3 sur 10
Publiée le
Dark Side
Dark SideDark SideDark SideDark SideDark Side

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Da Godfather - 10/05/2010 à 02:36
# 1

"That's what I'm talking about" !

Sa note: 3/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
5 + 5 = ?

Cette page a été vue 4445 fois.