pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Dard Divorce

DARD DIVORCE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (8) | NEWS (1) | DVDS | VIDEOS
Titre original : Dard Divorce
Réalisé par Olaf Ittenbach
Ecrit par Olaf Ittenbach
Année : 2007
Pays : Allemagne
Durée : 82 min
Note du rédacteur : 6 / 10

L'HISTOIRE

Récemment divorcée, Nathalie attend le retour de ses enfants dont son mari Tim avait la garde pendant le week-end. Alors qu'elle commence sérieusement à s'inquiéter, Tim arrive seul, grièvement blessé après avoir été impliqué dans une affaire de trafic de drogue. Les enfants sont aux mains des ravisseurs. C'est du moins ce que pense Nathalie...

LA CRITIQUE

Olaf Ittenbach nous revient en assez bonne et ça fait plaisir aux mirettes. L'ogre du gore sans concession parvient à conserver sa fougue toute personnelle et puise ce qui a bien fonctionné dans ses précédents films.
On se souvient de "THE BURNING MOON" en 1992 ou de "PREMUTOS" en 1997, dont la brutalité avait établi sa future notoriété de réalisateur ravagé et hors norme.
Cet ancien technicien dentaire (ça ne s'invente pas) participait déjà aux effets spéciaux de "BLOODRAYNE" d'un certain Uwe Boll en 2005. Il vient confirmer ici sa propension à travailler le chicot dans un style jouissif et toujours aussi décomplexé.

Ce "DARD DIVORCE" s'inscrit dans une filmographie orientée + de 18. Doté d'un budget d'environ 400.000 euros (pas si mal pour ce genre de film), on se demande bien où est passé tout cet argent. Non pas dans le script, puisque c'est le réalisateur qui s'en est chargé, ni dans le cachet des acteurs, espérons-le...
Si l'histoire proposée ici n'a rien d'extraordinaire, elle a au moins le mérite d'avoir été soigneusement écrite, une énigme venant éveiller la curiosité du spectateur assez longtemps pour le tenir en haleine jusque la fin.
Au centre du récit, une héroïne divorcée mère de deux enfants qui essaiera d'échapper à ses tortionnaires, dont les différentes personnalités sont intelligemment filmées. On pourra découvrir l'arsenal choisi pour atteindre la terreur : tronçonneuse, couteaux, pinces, marteaux, guns, pelle... une liste éloquente entre les mains d'un tel réalisateur, assurant à l'amateur de viscères d'être rassasié.

Dès le début, on ne peut que constater le manque d'expérience de l'actrice incarnant l'héroïne (à laquelle le réalisateur a prêté son nom, sans que ce soit ici un gage de qualité), qui ne parvient ni à oublier la caméra, ni à rester constante dans son jeu. Mais l'amateurisme se ressent également chez la plupart des autres acteurs, à part le tortionnaire principal, qui arrive à tirer son épingle du jeu.
Toujours sur le fil du rasoir, Olaf Ittenbach parvient, malgré des lacunes répétitives, à sauver son navire du désastre, par son histoire mais aussi par sa faculté à se faire plaisir avant toute considération financière.

Si l'atmosphère claustrophobe du film assume son côté radical et violent, il contient cependant des séquences bien plus frivoles et « tarantinesque », comme celle où l'ex-mari de l'héroïne joue avec de l'eau bouillante dans une cuisine, l'occasion d'utiliser de la sauce pour les scènes gores assez piquantes !
Le film flirte parfois avec l'humour sans jamais vraiment l'assumer, comme lorsqu'un cuisinier à l'arrière d'une voiture en fuite tente de rapatrier ses boyaux à l'intérieur de son ventre, là où le père Lloyd Kaufman aurait sans doute fait mouche ! Mais l'approche des deux hommes est bien trop différente, l'un ne badine pas avec la méchanceté tandis que l'autre s'en amuse.
La violence dépeinte par le réalisateur est brute et parvient même à rendre la plus grande partie de ce huis-clos un tantinet pesant. La musique n'aère pas suffisamment l'ensemble et d'ailleurs les choix musicaux ne sont, la plupart du temps, que des séquences d'une pauvreté assez navrante, nous balançant même les sempiternels coups de synthés rétros si chers au cinéma des 80's, ainsi que des passages vocaux en sourdine que la post-production n'a malheureusement pas pu rattraper.

Le réalisateur nous avait habitués à un montage des plus sauvages depuis ses débuts, et c'est cette touche toute personnelle dotée d'un final cut qui donne encore aujourd'hui son côté intéressant.
Trop timide dans la finalisation artistique, généreux dans sa radicalisation de la violence, intéressant par un script se rapprochant du thriller... le film divise.
Olaf Ittenbach aurait gagné à porter plus d'attention au casting et à la musique.
Au final, il partagera sans doute de manière radicale les spectateurs, on aime ou pas. Néanmoins le métrage tient la route et comptera les amateurs avertis.
Note de : 6 sur 10
Publiée le
Dard Divorce
Dard DivorceDard DivorceDard DivorceDard Divorce

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
CannibalorCannibalor - 12/10/2011 à 14:47
# 4

Le meilleur Ittenbach depuis longtemps! On ne retiendra pas, c'est vrai, le jeu de Martina Ittenbach, mais en revanche, on retiendra les scènes extraordinairement gore qui parsément le métrage. L'histoire est d'ailleurs plutôt bien construite et assure son lot de suspense! Très bon!

Sa note: 8/10
vinniezero - 21/05/2011 à 02:00
# 3

j'avais adoré premutos,et donc je me suis jeté sur dard divorce comme un enfant borgne sur une balle de ping pong(vous voyez pas l'image?....tant pis) et resultat...82 minutes perdu à jamais,je songe meme ecrire a olaf pour lui demandé de me les rendre ...bref je vais etre clair a mon sens ce film est une merde gangraineuse

Sa note: 3/10
lirandel - 03/02/2011 à 15:14
# 2

C"est bien toi qui en avait parler le premier , d'ailleurs sans toi je serai passé à coté je ne sais combien de temps.

ma gratitude pour ce gros poisson.

bonne pêche man

SAN1TARIUMSAN1TARIUM - 31/01/2011 à 08:54
# 1

Haaaaa lirandel,tu ne pouvais que d'écrire ce film mieux que moi (mais sa reste moi le premier qui en a parler sur le forum ;) Je suis tout à fait d'accord avec toi .Ce film sé pénible,les acteurs,le montage,la musique MAIIIIIIIS.....Olaf réussit encore un fois a faire un film remplie de point négatif mais parsemé point positif qui sauvent le film.En même temp,Olaf nous montre la réalitée sordide dans laquelle nous vivons.Dommage,le film aurait pue être meilleur,mais ses Olaf et il nous offre se que nous recherchons du gros gore de psychopathe.

Sa note: 4/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
1 + 1 = ?

Cette page a été vue 14460 fois.