pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Cinema Of Death

CINEMA OF DEATH

Année : 2007
Pays : USA / Belgium / Fran
Durée : 83 min
Note du rédacteur : 6 / 10

L'HISTOIRE

CINEMA OF DEATH est un bien étrange dvd, qui compile 5 courts métrages de toutes dates et de tout horizons, qui ont cependant le point communs d'être des œuvres expérimentales qui tournent autour de la mort. Souvent extrêmes, parfois intéressants, ces courts ne sont pas à mettre entre toutes les mains, leur aspect expérimental et violent peut rebuter.

LA CRITIQUE

Le premier court de cette compilation est "ADORATION", réalisé par Olivier Smolders en 1987. Il se base sur l'histoire vraie d'un adolescent japonais qui a tué une jeune fille dans son appartement. Le film, tourné en noir et blanc, nous présente donc ce fait divers en une 15aine de minutes. La caméra reste toujours à l'intérieur de l'appartement du garçon, et le film est quasi muet. L'aspect se veut documentaire, puisque c'est l'un des deux acteurs du film qui manipule la caméra et la magnétophone destiné à enregistrer les quelques dialogues (des poèmes lus par la jeune fille). On le voit ainsi se saisir alternativement des appareils, et les coupes brutales dans le film correspondent aux passages ou l'acteur éteint la caméra. Le résultat est assez intéressant, puisqu'on a ainsi réellement l'impression de voir une vidéo tournée par le tueur. De même le cadavre de la jeune fille, qu'on aperçoit à la fin est particulièrement réaliste. L'histoire se finit par un acte de cannibalisme, ce qui permet au réalisateur de nous montrer son héros découper un membre de la jeune fille. L'effet spécial est là encore tout à fait correct. Toutefois, en dehors de cette fugace apparition de la violence, le court métrage est plutôt poussif et particulièrement inintéressant.

Ensuite vient "DYSLANDIA", de Brian M Viveros et Eriijk Ressler, réalisé aux Etats unis en 2005. Très différent du premier, ce court métrage de 29 minutes se contente de nous plonger dans une atmosphère étrange et hors du temps. La caméra observe une jeune fille étrange et constamment masquée sans nous donner d'indices sur le lieux ou l'époque où elle se trouve. Le film est entièrement muet, et la bande son n'est constituée que d'étranges bruits désaccordés et grinçants. L'image sépia, granuleuse et sale donne à ce court une atmosphère très particulière, pas si éloignée que ça de certains films de David Lynch. Le tout est assez surréaliste. Mais si formellement ce court est très réussi, l'absence totale de scénario cohérent et son rythme contemplatif pourront rebuter certains spectateurs...

Par contre, le plat de résistance de ce dvd est sans aucun doute le fameux "PIG" réalisé par Nico B. en 1999. ce film de 23 minutes met en scène Rozz Williams (chanteur de Christian Death et également auteur du scénario de "PIG") dans une intrigante et sinistre histoire de tueur en série. Entre rituel satanique et expérience sadomasochiste, l'intrigue détaille la relation entre un tueur masqué et sa victime consentante. A grand renfort d'images surréalistes et étranges, le réalisateur installe une ambiance lourde et inquiétante. La musique participe à la création de cet univers qui nous met mal à l'aise. Pour ne rien arranger, les sévices et tortures à base d'aiguilles et de rasoirs sont réellement effectués par les acteurs, ce qui fait lorgner le film vers les « snuff movies » à la sinistre réputation.
Mais le but ici n'est pas de choquer, ni de révulser le spectateur, au contraire l'auteur du court le conçoit comme une catharsis extrême. Il remplit ainsi son œuvre de passages symboliques et obscurs. Il n'est toutefois pas nécessaire de comprendre toutes ces paraboles parfois lourdingues pour apprécier le film, ses images étranges et son atmosphère sombre.

Inutile de s'attarder ensuite sur "HOLLYWOOD BABYLON", un hommage poussif à Kenneth Anger, de 4 minutes réalisé par le même Nico B en 2000. Danseur, adepte de Crowley, Kenneth Anger est l'auteur du livre Hollywood Babylon qui révèle la face cachée des star Hollywoodiennes.

Le dernier court métrage du dvd est "LE POEME" que réalise Bogdan Barkowski en 1986. L'histoire se résume en une autopsie réalisée exprès pour le tournage du court, par dessus laquelle est lu le poème d'Arthur Rimbaud Le Bateau Ivre. Le réalisateur aura beau s'en défendre dans l'interview en bonus, le procédé est plutôt racoleur et prétentieux. Assez inintéressant également, en dehors de ceux qui voudraient voir un vrai cadavre disséqué.

Le dvd "CINEMA OF DEATH" est surtout intéressant pour la présence de "PIG", court métrage extrême et sulfureux qui mérite d'être recommandé aux amateurs. Le reste est de qualité variable et ne mérite pas toujours qu'on s'y attarde.
Note de : 6 sur 10
Publiée le
Cinema Of Death
Cinema Of DeathCinema Of DeathCinema Of DeathCinema Of DeathCinema Of DeathCinema Of Death

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Sharita Termeer - 07/08/2014 à 09:46
# 3

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Sharita Termeer - 07/08/2014 à 07:05
# 2

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Sharita Termeer - 01/08/2014 à 14:46
# 1

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
5 + 1 = ?

Cette page a été vue 946 fois.