pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Burning Moon, The

BURNING MOON, THE

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (6) | NEWS (1) | DVDS | VIDEOS
Titre original : The Burning Moon
Réalisé par Olaf Ittenbach
Ecrit par Olaf Ittenbach
Année : 1992
Pays : Allemagne
Durée : 97 min
Note du rédacteur : 8 / 10

L'HISTOIRE

Peter, un délinquant aimant la violence doit garder sa petite sœur Annette mais au lieu de lui lire de belles histoires il la terrorise en lui racontant des histoires de zombies.

LA CRITIQUE

Olaf Ittenbach est aussi bien connu pour être un professionnel des effets spéciaux (il a dernièrement travaillé sur "BLOODRAYNE", d'Uwe Boll) que pour son talent a réaliser des films totalement fous ("PREMUTOS", "CHAIN REACTION", en sont de beaux exemples). Heureusement pour nous, "THE BURNING MOON", son second film, réunit ces deux ingrédients en quantité plus qu'abondante.

Tellement abondante en effet, que le film fut saisi par la police et interdit en Allemagne lors de sa sortie en 1992 et qu'Olaf Ittenbach a dû répondre de son œuvre devant la justice. C'est donc par l'intermédiaire d'Uncut Movies, bien entendu, qu'il nous est possible de le voir aujourd'hui.

Le film est donc composé de deux sketchs. Le premier nous raconte la malchance d'une jeune fille confrontée à l'amour (Julia's Love) et le deuxième nous montre un curé un peu taré obsédé par la pureté, qui transgresse pas mal de commandements.
Les acteurs, tous sans exception, possèdent le même talent qu'une tomate farcie et leur jeu est absolument ridicule.
Leurs réactions sont on ne peut plus étranges : par exemple, lorsque Julia s'aperçoit qu'elle est sortie avec un fou schizophrène (ce dont nous, on se doute au bout de dix minutes de sketch), que croyez-vous qu'elle fait ? Elle rentre chez elle et elle s'assoit sur son lit.
Les dialogues sont très recherchés: "Arrache-lui les dents"; "Arrache-lui les couilles".
De plus les faux raccords ne manquent pas et les doublages d'objets heurtant le sol ou de portes se refermant sont extraordinairement approximatifs (voir inexistants à certaines reprises).
Les caméras filment souvent des éléments sans aucune importance et l'action ne se déroule pas toujours bien au milieu de l'écran.
Vous l'aurez donc compris, nous ne sommes pas là pour nous extasier devant le savoir-faire scénaristique d'Ittenbach, mais bien devant les litres de sang déversés (que l'on attend tout de même 40 minutes). Et sur ce point, tout le monde s'accordera à dire que le réal' a fait fort : une sorte de montée dans la violence s'opère. On commence simplement par des mains coupées, pour finir dans une sorte d'enfer (qui ressemble étrangement à une cave et qui rappelle par là le final de "PREMUTOS"), un antre de la souffrance où aucun plan immonde ne nous est épargné pendant 10 minutes sans interruption. Même les estomacs les plus endurcis seront secoués.

"THE BURNING MOON" est devenu un classique pour ses passages choquants et malsains, son gore à outrance et son immoralité à toute épreuve. Et même si certaines scènes paraissent ennuyeuses et inutiles, c'est un film à voir absolument.
Note de : 8 sur 10
Publiée le
Burning Moon, The
Burning Moon, TheBurning Moon, TheBurning Moon, TheBurning Moon, The

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
bernardbernard - 18/01/2011 à 20:24
# 2

tres bien

jaimelaviande - 14/01/2011 à 09:43
# 1

D'accord avec la chronique. Ceci dit les défauts évoqués sont à prendre en compte sous peine d'être quand même pas mal déçu. C'est trop lent, trop long, filmé n'importe comment (mais bon pas de moyens...) et la fin du film même très généreuse en gore, perd beaucoup d'impacte à cause de cette image qui fait vraiment trop amateur.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 1 = ?

Cette page a été vue 3863 fois.