pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Bait

BAIT

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (23) | NEWS (2) | DVDS | VIDEOS (4)
Titre original : Bait
Réalisé par Kimble Rendall
Année : 2012
Pays : Australia | China
Durée : 93 min
Note du rédacteur : 3 / 10

L'HISTOIRE

Alors qu'un Tsunami vient de frapper une ville balnéaire, un groupe d'individus se retrouve piégé dans un supermarché inondé, devenu également le refuge et le terrain de chasse du plus dangereux des prédateurs !

LA CRITIQUE

On n'en a décidément pas fini avec le mythe des requins dévoreurs de chair humaine... Pour preuve, ce "BAIT" de Kimble Rendall (dont c'est le second long métrage, après son "CUT" avec Kylie Minogue), qui ne trouve rien de mieux que de conjuguer catastrophe naturelle et prédateurs marins sanguinaires, histoire d'innover un peu (ou du moins d'en donner l'illusion...).

Les pauvres Australiens n'ont vraiment pas de chance, car depuis "THE REEF", les requins n'ont plus rien à se mettre sous la dent et ils ont faim ! Heureusement pour eux, un tsumani déferlant par surprise sur la côte va leur donner l'occasion de se faire un petit festin – frôlant l'indigestion – dans un lieu pour le moins insolite : un supermarché, le jour d'une tentative de braquage qui plus est (des serpents prennent bien l'avion, alors pourquoi pas ?!) !
De prime abord, le concept est tellement idiot qu'il en devient séduisant. On espère tomber sur un divertissement décérébré type "PIRANHA 3D" qui pousserait la surenchère de gore à l'extrême dans un ton résolument comique. Hélas, il n'en est rien...

Entre les enjeux dramatiques qui animent les différents protagonistes – dont on se fiche éperdument et qui occasionnent de longues scènes de dialogues inutiles – et les actes de bravoure servis avec le plus grand sérieux par des personnages stéréotypés sous une musique emphatique, difficile d'adhérer pleinement à ce énième sharksploitation dans lequel officient Xavier Samuel ("TWILIGHT 3", "THE LOVED ONES"...) et la squelettique Sharni Vinson, qui devrait prendre exemple sur les squales gloutons.
Heureusement, on entre rapidement dans le vif du sujet avec une première attaque en bord de mer qui promet de joyeuses effusions d'hémoglobine. D'ailleurs, ce sera bien la seule chose que l'on pourra décemment retenir de ce naufrage cinématographique (attention : jeu de mots !), qui plonge le spectateur (et de deux !) à la fois dans la léthargie mais aussi dans l'espoir permanent d'un peu d'action.

Reste que les effets visuels, et notamment les requins, sont relativement crédibles, contrairement à certaines images purement numériques qui laissent davantage perplexe, alors que la 3D fait, comme souvent, office de gadget.
Si les quelques carcasses mutilées prisonnières des décombres et autres morceaux de corps déchiquetés flottant entre les rayons du magasin laissent plutôt un bon souvenir, cela ne sauve pourtant pas cette production trop "premier degré" qui sombre dans le mélo à la moindre occasion. Et dire qu'ils sont 6 à être crédités au scénario...

Note de : 3 sur 10
Publiée le
Bait
BaitBaitBaitBaitBait

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 5 = ?

Cette page a été vue 1916 fois.