pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Army Of The Dead

ARMY OF THE DEAD

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (7) | NEWS (1) | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : Army Of The Dead
Réalisé par Joseph Conti
Année : 2008
Pays : USA
Durée : 90 min
Note du rédacteur : 0 / 10

L'HISTOIRE

Dans 1590, Coronado a dépêché une division de mille hommes pour trouver la ville légendaire d'or, El Dorado. Ces hommes ne sont jamais revenus. En fouillant des grottes de péninsule de Baja dans le cadre d'une expédition archéologique, un professeur d'université et ses étudiants innocemment lâchent un long juron dormant. Ils se trouvent bientôt dans une vie ou une bataille mortelle avec une armée de guerriers squelettiques, les restants non morts des conquistadors de Coronado.

LA CRITIQUE

Il m'arrive parfois d'avoir des questionnements débiles... Du style, si les distributeurs Français ont traduit le titre du film de Zack Snyder "DAWN OF THE DEAD" (textuellement : "L'Aube des Morts") par "L'Armée des Morts", comment vont-ils traduire "ARMY OF THE DEAD" (textuellement : "L'armée des Morts") ??? Enfin bref... Quoiqu'il en soit, "ARMY OF THE DEAD" est le film de Joseph Conti qui nous intéresse aujourd'hui.

Comme "ARMY OF THE DEAD" est une série Z absolument cheap et d'une absurdité totale (ce qui ne veut pas dire qu'il est totalement pourri), je vous laisse savourer la traduction du résumé, effectué sur un site bien connu qui propose un traducteur en ligne...
Dans 1590, Coronado a dépêché une division de mille hommes pour trouver la ville légendaire d'or, El Dorado. Ces hommes ne sont jamais revenus. En fouillant des grottes de péninsule de Baja dans le cadre d'une expédition archéologique, un professeur d'université et ses étudiants innocemment lâchent un long juron dormant. Ils se trouvent bientôt dans une vie ou une bataille mortelle avec une armée de guerriers squelettiques, les restants non morts des conquistadors de Coronado.

Voilà, voilà, voilà (hum)...

La jaquette du film, représentant un squelette de conquistador (casque en pointe à l'appui) avec des yeux rouges à la "TERMINATOR" et armé d'un énorme fusil à pompe (squelette ensuite dupliqué à l'identique et à l'infini (le graphiste ayant quand même pris soin de retourner façon miroir UN SEUL squelette, histoire de nous montrer qu'on ne la lui fait pas) est plutôt sympa et elle contient l'accroche suivante : "Never trust a skeleton with a machine gun...". Tout un programme...

Passé une scène de pré-générique se passant en 1590 et qui montre des conquistadores se faire massacrer par des squelettes dans une grotte en carton, le tout en ombre chinoise, histoire de ne pas dévoiler tout de suite les squelettes (ou pour raisons budgétaires, allez savoir), nous entrons dans l'anti- vif du sujet avec une exposition qui va durer une bonne cinquantaine de minutes, la première attaque de squelettes n'arrivant qu'à la 49ème minute de film. On a déjà vu, à l'instar du "WOLF CREEK" de Greg McLean, des films capables de nous captiver durant de très longues expositions. Toutefois, sans un bon scénario, sans de bons dialogues et sans un casting solide capable d'interpréter des personnages bien caractérisés auxquels nous attacher, le tout emballé par une mise en scène qui ne se veut jamais cinématographique (direction artistique inexistante, lumière et image affreuses, cadrage sans ampleur, découpage fainéant...) le film nous emmène scène après scène dans d'interminables visites d'un désert (en Volkswagen Coccinelle convertie tout-terrain, jaune poussin, s'il vous plaît !!!) qui nous semble identique même quand l'action change de lieu. Disons que c'est plutôt ennuy... enfin chiant quoi.

La première attaque n'est qu'une pluie de flèches enflammées, et les squelettes apparaissent enfin, sans yeux rouges, ni fusil à pompe évidemment : déception, je voulais justement voir des squelettes décharger leur calibre 12 dans d'homériques gun fights Z et je n'y aurais pas droit, ce jusqu'au générique final. En ne tenant pas ses promesses, le film vient de perdre mon adhésion, et ce n'est pas quand il va virer au film de siège foireux que les choses vont s'améliorer. Les protagonistes qui meurent comme des mouches sans qu'on ne s'émeuve finissent par trouver un vieux bunker au milieu de nulle part, et s'y réfugient en essayant tant bien que mal de repousser les assauts pathétiques de l'armée des morts du titre, constituée d'un seul squelette en images de synthèse dupliqué à l'infini.
Le film nous achève d'un final débile que la nullité intégrale m'encourage à dévoiler ici, vous me remercierez de vous avoir évité de perdre 90 minutes de votre existence [spoiler donc]. Le couple de héros enroule un câble électrique autour d'une antenne de relais radio et allume un groupe électrogène en plastique (le groupe électrogène se met à bouger dans tous les sens, agité - à n'en point douter - par des techniciens hors champ, pour nous montrer que le moteur diesel en mouvement : seul moment vraiment drôle du film de par son aspect Z bien navet). L'armée de squelettes s'approche, le héros sort affronter leur leader, en le défiant d'un "espèce de lâche" du plus bel effet, dans un combat à l'épée d'une nullité abyssale à tel point que c'est même pas fun. La fille balance le jus dans l'antenne, tous les squelettes sont électrocutés, sauf le héros. Des squelettes réduits en poussière, ressurgit une dernière fois le meneur de cette armée des morts, qui lui ne l'est donc toujours pas... Rampant sans jambes tel le Terminator poursuivant Sarah Connor à la fin du premier opus de James Cameron, il sera une seconde fois (la bonne cette fois) électrocuté et réduit en cendres pour de bon. "Plus de surprises de ce goût là, ok ?" lâchera donc le héros à la fille qui lui répondra "ok" dans un fondu au noir tout laid. Nos héros s'éloigneront ensuite à bord d'une jeep dans le désert et je n'aurai même pas le droit à une main de squelette sortant du sable ou un truc de ce genre...

Joseph Conti (qui travaille par ailleurs comme technicien d'effets spéciaux sur des gros films américains) emballe un film laid et paradoxalement pourvu d'effets spéciaux d'un amateurisme affligeant, dont la nullité est tellement basse qu'il n'en est même pas un nanar agréable, mais un vrai navet inutile. Comme beaucoup de série Z qui voient le jour en DVD, le film a beau être prometteur sur la jaquette et le papier, il ne tient au final aucun de ses engagements, même pas celui d'être drôle ou un tant soit peu fun...
Note de : 0 sur 10
Publiée le
Army Of The Dead
Army Of The DeadArmy Of The DeadArmy Of The DeadArmy Of The Dead

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
lirandellirandel - 05/11/2010 à 16:43
# 1

très bonne critique.

moins 2 /20

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 4 = ?

Cette page a été vue 4027 fois.