pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Apocalypto

APOCALYPTO

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (20) | NEWS | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : Apocalypto
Réalisé par Mel Gibson
Année : 2007
Pays : USA
Durée : 140 min
Note du rédacteur : 9 / 10

L'HISTOIRE

Dans les temps turbulents précédant la chute de la légendaire civilisation Maya. Jeune père porteur de grandes espérances, chef de son petit village, Patte de Jaguar vit une existence idyllique brusquement perturbée par une violente invasion. Capturé et emmené lors d'un périlleux voyage à travers la jungle pour être offert en sacrifice aux Dieux de la Cité Maya, il découvre un monde régi par la peur et l'oppression, dans lequel une fin déchirante l'attend inéluctablement. Poussé par l'amour qu'il porte à sa femme, à sa famille et à son peuple, il devra affronter ses plus grandes peurs en une tentative désespérée pour retourner chez lui et tenter de sauver ce qui lui tient le plus à cœur.

LA CRITIQUE

Triste fait mais la nostalgie de toute une époque bénite par des films d'aventures exotiques est une denrée rare de nos jours... C'est dans le plus grand secret que le célèbre acteur/réalisateur Mel Gibson a réalisé "APOCALYPTO" en 2006. Suite au buzz engendré par son film très controversé "LA PASSION DU CHRIST", le cinéaste nous revient avec une histoire ambitieuse qui émerveille...
N'en déplaise aux nombreux détracteurs, Mel Gibson est un cinéaste talentueux. Bien qu'il nous avait vraiment peu convaincu avec sa vision crue et éprouvante de la passion du Christ, ce cinéaste perpétue à construire avec ce troisième film une œuvre cohérente mais surtout originale dans le paysage cinématographique américain actuel. Pour son quatrième film, Mel Gibson explore à nouveau une époque lointaine, une constante dans son cinéma, et nous projette violemment au cœur du déclin d'une civilisation païenne.
Tandis que la civilisation Maya vit son apogée et multiplie les sacrifices pour retrouver grandeur et prospérité, les habitants d'un paisible village de chasseurs sont capturés afin d'être offerts aux dieux. L'un d'entre eux, Patte de jaguar, parvient à échapper à ses ravisseurs et doit dorénavant fuir pour éviter son cruel destin. En employant la caméra haute définition Genesis de Panasonic pour son traitement de l'image et en filmant l'action au plus près de ses interprètes, Mel Gibson livre une peinture âpre et toujours aussi crue du monde. "APOCALYPTO" est en effet une œuvre violente et sans concession. Comme c'est le cas dans ses précédents films, le cinéaste trahit à nouveau son obsession pour les parcours personnels douloureux. Au regard de l'ensemble de sa filmographie, les héros de Mel Gibson sont toujours des martyrs livrés à la vindicte publique : un professeur défiguré victime de la rumeur durant l'été 68 dans "L'HOMME SANS VISAGE", un rebel écossais victime du joug anglais à la fin du XIIIe siècle dans "BRAVEHEART", un messie condamné à mort pour blasphème et usurpation sous la pression de la foule dans "LA PASSION DU CHRIST".
En y regardant de plus près, nous pouvons nous rendre compte que dans le rôle d'un personnage de fiction, Mel Gibson ne s'épargne rien non plus : torture électrique dans "L'ARME FATALE", physique torturé dans "THE MILLION DOLLARS HOTEL", torture physique dans "PAYBACK", torture psychologique dans Ce que veulent les femmes, etc.
Les personnages d'"APOCALYPTO" ne sont donc pas épargnés par ce cinéaste fasciné par le statut de martyr. Victimes d'une civilisation violente et assoiffée de sang, le peuple de Patte de jaguar subira donc, au bout d'un quart d'heure, viols collectifs, meurtres gratuits et rapts.
Le ton est donné ! Beaucoup reproche d'ailleurs à Mel Gibson un penchant affirmé pour le gore. Nous voyons plutôt dans son œuvre des univers certes violents, mais surtout réalistes.
Le corps souffre continuellement dans son univers et "APOCALYTPO" ne fait pas exception à la règle. Le film est avant tout le récit de la transformation physique et psychique d'un jeune homme : Patte de jaguar. Blessé, poussé à bout par l'imminence de la mort, galvanisé par la force de l'amour pour sa compagne, le jeune martyr réussit contre toute attente à changer la trajectoire de son destin en réussissant à faire faux bond à ses bourreaux. La deuxième moitié du film s'attarde donc sur la longue chasse à l'homme orchestrée contre lui. Une course poursuite haletante où la proie se mute en chasseur, l'homme en animal. Paré progressivement des attributs physiques du fauve dont il porte le nom, Patte de jaguar peut donc faire face à une dizaine de ses ravisseurs, les plus violents d'entre eux.
Le récit parait classique voire simpliste mais gagne férocement en efficacité. La chasse à l'homme est ainsi très éprouvante grâce au cadrage ultra serré et surtout grâce à la solidité de l'interprétation.
À des années lumières du rôle de l'indien paisible qu'il incarnait dans "LE NOUVEAU MONDE" de Terrence Malick, Raoul Trujillo incarne ici Zéro Loup, un terrifiant et imposant chef guerrier Maya. À ses cotés Gerardo Taracena, dans le rôle de œil du milieu, campe un guerrier malfaisant et assoiffé de sang. Accompagné d'une dizaine de massifs guerriers, tous sont aux trousses de Patte de Jaguar, le jeune chasseur incarné avec conviction par Rudy Youngblood, et porteur de toute la vindicte de son peuple malmené durant la première partie du film.
En nous épargnant enfin les ralentis obscènes qui plombaient la mise en scène de "LA PASSION DU CHRIST". Le cinéaste réalise avec "APOCALYPTO" un film impressionnant et une réussite aussi bien technique qu'artistique.
Note de : 9 sur 10
Publiée le
Apocalypto
ApocalyptoApocalyptoApocalyptoApocalyptoApocalypto

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Nic la niqueNic la nique - 12/07/2011 à 05:14
# 10

C'est le meilleur film de Gibson jusqu'ici, bien cru et bien gore, surement un peu exagéré niveau historique mais qui s'en soucie?
Visuellement c'est magnifique, le scénario est prenant et bien rythmé.
Caviar.

Sa note: 8/10
Horlod - 03/02/2010 à 10:19
# 9

Un fresque métaphorique sur la décadence d'une glorieuse civilisation. Quoi qu'on en dise, Mel Gibson, c'est du grand art.

Sa note: 7/10
marvin - 12/09/2009 à 12:55
# 8

Très bon film, un rythme prenant, des décors et des cotstumes vraiment bien chiadés.A voir!

lirandellirandel - 24/06/2009 à 09:53
# 7

du grand art qans aucun doute,le directeur de la photo est un maitre,la réalisateur suis le chemin d'un eastwood avec brio.les acteurs jouent si naturelement qu'ils nous enmènent
rapidement avec eux,quant à l'histoire elle est menée tambour batant dans une pousuite infernale filmée avec maestria,reste l'incoutournable denouement qui sucite la polémique,
néanmoins elle à l"avantage de ne pas laisser indifférent et laisse au final le spectateur à panser ce qu'il veut..pour ma part j'y ai vu l'envers d'un décor pas toujours glorieux d'une civilisation que l'on à tendence à surestimé par effet de mode et d'un autre coté la notre qui ne fera pas mieux ,les derniers instants du film nous laisse sobrement face à l'histoire....
un film haletant à ne pas manquer et à voir abolument!

Sa note: 8/10
voodoo childvoodoo child - 09/06/2009 à 02:32
# 6

un tres bon film avec des images magnifique...

Sa note: 8/10
echo - 27/06/2008 à 16:30
# 5

beau mais con
historiquement hazardeux et largement inspiré d'un mauvais tome de tintin (les maya connaissaient les cycles lunaires mieux que quiconque).
ideologiquement dangereux: que signifie le film? que les "sauvages" sont des bouchers et que les conquistadors vont rattraper le coup?
bizarre bizarre
belle photo numerique sinon
de bons effets gores

minidouminidou - 27/05/2008 à 22:16
# 4



Il est exellent !

Vraiment un film à ne pas manquer


8.5/10

marvin - 30/03/2008 à 16:23
# 3

Ca c'est the film qui te tient en haleine du début jusqu'a la fin. Petit bémol , avec cette scène d'intro où ce pauvre gar ce fait tourner en ridicule avec un vieil humour de ricain au sujet de sa pseudo stérilité et la belle mere qui lui geule dessus et tout le village qui rigole...
Bref, a part ca ,ca reste un bon film avec de sacrés décors , des costumes magnifiques et des bons effets gores.

Sa note: 8/10
cendrillon is deadcendrillon is dead - 04/01/2008 à 12:32
# 2

Très bon en effet.

Sa note: 8/10
gama08gama08 - 04/01/2008 à 11:05
# 1

LE chef-d'oeuvre de Mel Gibson... A ne manquer sous aucuns prétextes pour les fans de survival. Du grand cinéma.

Sa note: 9/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 2 = ?

Cette page a été vue 3185 fois.