pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Antre De La Folie, L'

ANTRE DE LA FOLIE, L'

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (12) | NEWS | DVDS | VIDEOS
Titre original : In The Mouth Of Madness
Réalisé par John Carpenter
Ecrit par Michael De Luca
Année : 1994
Pays : USA
Durée : 95 min
Note du rédacteur : 10 / 10

L'HISTOIRE

John Trent est enquêteur pour les assurances. Il est chargé par Jackson Harglow, le directeur de la maison d'édition Arcane, de retrouver Sutter Cane, un écrivain à succès ayant mystérieusement disparu. Durant ses investigations, John se rend compte que le monde d'épouvante apparemment fictif créé par Sutter Cane serait en fait bien réel.

LA CRITIQUE

Il serait un doux euphémisme de dire que des films de cet acabit, on n'en trouve pas à tous les coins de rue. Thriller horrifique d'une perversité dédaléenne, effrayant et sinueux à l'image du personnage joué par Jürgen Prochnow, "L'ANTRE DE LA FOLIE" instaure un procédé novateur dans la carrière de Carpenter pour faire régner la peur. Cette dernière ne résulte plus d'un vulgaire boogeyman invincible ("HALLOWEEN"), d'un objet maléfique se retournant contre l'usager ("CHRISTINE"), ni même d'une incernable entité extraterrestre ("THE THING"); elle se diffuse grâce au mystère, à l'incertitude, puis à l'omnipotence sournoise et dangereuse d'un artiste à sensations. Pas étonnant que l'œuvre de Lovecraft ait titillé à ce moment-là la curiosité de Big John, qui exploitera d'ailleurs un concept similaire dans son premier épisode de "MASTERS OF HORROR", le prodigieux "CIGARETTE BURNS", modifiant certaines bases du thème mais conservant le même canevas narratif.
"L'ANTRE DE LA FOLIE" raconte ainsi le tortueux parcours de John Trent, un détective chargé par un éditeur de retrouver la trace d'un écrivain d'épouvante à succès ayant curieusement disparu. Roué, sûr de lui, habitué à déceler en un clin d'œil les supercheries de clients profiteurs au sein de la compagnie d'assurance pour laquelle il travaille, Trent ne se laisse de prime abord guère impressionner par les rumeurs douteuses qui entourent l'univers de l'écrivain, y compris sa plume en elle-même. Il finit par se persuader de l'existence d'Hobb's End, un endroit isolé représentant le lieu-clé des romans du mystérieux auteur, ce qui lui fait entreprendre un voyage en automobile avec l'assistance de la secrétaire principale de la maison d'édition, admiratrice de premier ordre de ce rival de Stephen King et superstitieuse à ses heures. Arrivé à bon port, le duo d'enquêteur va rapidement être victime de drôles d'événements, que Trent n'hésite pas au départ à mettre sur le compte d'une vaste supercherie orchestrée par la maison d'édition dans le but de trahir la rationalité de son caractère. C'est le début d'une inextricable descente aux enfers qui va peu à peu plonger le détective dans la folie pure.

Mettant généralement son savoir-faire au service de scénarii soit puérils, soit d'une grande linéarité, Carpenter bénéficie pour l'occasion d'un script solide, vaguement inspiré de Lovecraft, qu'il adapte à une intrigue captivante et particulièrement bien ficelée. Le cinéaste semble par ailleurs signer là son plus beau travail de réalisation: la mise en scène, d'une rare fluidité, magnifiée par la présence du format scope, détient quantité de plans qui pourraient bien renvoyer la plupart des homologues de Big John au stade de vulgaires apprentis. Certes, les innovations visuelles d'"HALLOWEEN" sont désormais révolues, mais le cinéaste se surpasse ici en matière de perfection technique, optant pour une rigueur formelle absolue, chose que l'on a du mal à discerner dans ses derniers métrages, "GHOSTS OF MARS" en tête de référence.

Pourtant, la vraie force de "L'ANTRE DE LA FOLIE" ne réside point tant dans ses prouesses filmiques, mais en premier lieu dans son atmosphère démentielle, confinant à l'hystérie totale dans la seconde moitié du récit, et qui suscite un malaise sourd et indicible. Carpenter limite les scènes d'exposition et laisse planer le doute, l'irrésolu. Cette sensation se densifie lorsque le spectateur se demande si, à l'instar de "L'ECHELLE DE JACOB" d'Adrian Lyne, ce qui arrive au personnage principal tient bien de la réalité ou se veut alors tout simplement le fruit d'une défaillance psychique dont il fait les frais. Sam Neill prouve qu'il vaut nettement mieux que les rôles simplistes qui lui furent généralement attribués, limitant les capacités de son jeu d'acteur. Une interprétation maîtrisée et tout en nuances, qui atteint son apogée lors d'une crise de rire finale à vous glacer le sang.

En association avec Jim Lang, Big John s'occupe comme à l'accoutumée de la bande-son, livrant un mélange explosif de rock à la AC/DC, de thèmes au tempo rapide et de compositions plus standard. Les aficionados du maître savent pertinemment que la musique s'octroie une importance difficilement négligeable dans ses œuvres, et la règle n'est ici guère dérogée; plus qu'essentielle, la bande originale de "L'ANTRE DE LA FOLIE" sert parfois même de vecteur rythmique à la narration du film, faisant en ce sens écho au style de "THE THING", "HALLOWEEN", "FOG" et les autres. Parcimonieux, souvent délaissés au profit d'un plus grand développement du suspense et de la suggestion, les effets spéciaux du trio KNB (à savoir Robert Kurtzman, Gregory Nicotero et Howard Berger) n'en demeurent pas moins d'une redoutable efficacité: monstres en animatronics des plus effrayants, représentation géante d'une faille textuelle, porte mouvante et autres extravagances biscornues balisent cet univers morbide et surnaturel dirigé par l'écrivain Sutter Cane.

Outre le fait qu'elle se veuille l'œuvre la plus surprenante de son auteur, "L'ANTRE DE LA FOLIE" en est également la plus magistrale, sans le moindre doute possible. Un film d'horreur profondément dingue, passionnant et audacieux, qui joue sur les limites du rationnel et de l'irrationnel pour distiller l'effroi et ne manque par ailleurs pas d'humour. Marquant.
Note de : 10 sur 10
Publiée le
Antre De La Folie, L'
Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'Antre De La Folie, L'

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Nic la niqueNic la nique - 12/07/2011 à 05:10
# 7

Une perle de notre ami Carpenter, les acteurs sont excellents et l'histoire est géniale, je me le remate de temps a autre et pour moi c'est une petite légende que ce film.

Sa note: 7/10
hyde - 02/03/2010 à 11:01
# 6

super film d'horreur bien flipan une fois encore carpenter fait de l'apocalypse comme dans the thing et prince des tenebres la musique du debut et genial

Sa note: 10/10
voodoo childvoodoo child - 09/06/2009 à 02:24
# 5

vraiment pas mal
angoissant a souhait et un scenario bien tordu...

Sa note: 8/10
echo - 27/06/2008 à 15:52
# 4

magnifique, psychotique, lovecraftien, paranoiaque

gama08gama08 - 05/01/2008 à 16:37
# 3

Encore un des chefs d'oeuvres de Carpenter... Beau, flippant et inoubliable.

Sa note: 10/10
purpleangels - 05/11/2007 à 20:15
# 2

bon film a voir

Sa note: 8/10
dave - 29/07/2007 à 22:28
# 1

bonjours je me nomme dave jai 21 ans et je vous ecrit pour un renseignement si possible stp moi je sui un colectionneur de film dhorreur et je voudrai avoir un site qui me dit si mes film son vrm tous horreur car je trouve quil ne fon vraiment pas peur svp recriver

Sa note: 9/10
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
6 + 5 = ?

Cette page a été vue 4785 fois.