pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film American Nightmare 2 : Anarchy

AMERICAN NIGHTMARE 2 : ANARCHY

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (39) | NEWS (7) | DVDS | VIDEOS (6)
Titre original : The Purge: Anarchy
Réalisé par James DeMonaco
Ecrit par James DeMonaco
Année : 2014
Pays : USA | France
Durée : 103 min
Note du rédacteur : 4.5 / 10

L'HISTOIRE

Leo, un homme sombre et énigmatique, brigadier de police, est hanté par la disparition de son fils. S'armant d'un arsenal offensif et défensif, cet homme possédé est résolu à se purger de ses démons. Eva, une mère célibataire tentant tant bien que mal de joindre les deux bouts, et sa fille adolescente Cali vivent dans un quartier défavorisé et n'ont pas les moyens de s'offrir une bonne protection. Quand une poignée de «purgeurs» masqués pénètrent chez elles et les capturent, elles n'ont d'autre choix que de s'en remettre à leur libérateur fortuit, Leo. Au détriment de sa mission de vengeance «autorisée» contre celui qui a porté préjudice à sa famille, Leo, témoin de l'enlèvement d'Eva et Cali, ouvre le feu sur leurs agresseurs alors que Shane et Liz, un couple sur le point de se séparer, sont les victimes d'un acte de sabotage sur leur voiture à quelques minutes seulement du début de la Purge. Trouvant refuge dans le véhicule blindé que Leo a laissé ouvert pour porter secours à Eva et Cali, Shane et Liz s'allient alors à eux pour tenter de se défendre contre ceux qui ont la ferme intention d'exercer leur droit à la tuerie. Alors que ces cinq nouveaux alliés sont poursuivis à travers la ville, dans un sinistre jeu de «tue-moi ou je te tue» effaçant la frontière entre vengeance sponsorisée et justice humaine, tous sont amenés à remettre en question tout ce que leurs dirigeants leur ont toujours prôné.

LA CRITIQUE

Tout juste un an après l'énorme succès commercial d'"AMERICAN NIGHTMARE", le réalisateur/scénariste James DeMonaco signe le second opus de ce qui est voué à devenir une énième franchise estampillée Blumhouse Productions ("PARANORMAL ACTIVITY", "INSIDIOUS", "SINISTER"). Doté d'un budget plus conséquent que son prédécesseur, "AMERICAN NIGHTMARE 2", passe du home invasion en banlieue résidentielle à un genre de survival urbain aux relents Hosteliens, dont les héros, un groupe de cinq personnes, sont livrés à eux-mêmes en plein cœur d'une ville où la Purge bat son plein.

Changement de décor donc pour ce deuxième volet, qui n'est pas la suite du premier (même s'il se déroule dans la continuité de celui-ci), mais repose bien évidemment sur le même concept un peu gênant de "purge annuelle", vécue cette fois par la classe populaire, dont les plus défavorisés sont victimes d'une véritable politique d'épuration mandatée par les plus hautes sphères de l'État...
Bien que le postulat de ces films d'anticipation pose un certain nombre de questions morales et éthiques non dénuées d'intérêt, la série des "AMERICAN NIGHTMARE" se contente malheureusement du minimum syndical, vraisemblablement toujours à cours d'arguments pour proposer aux spectateurs une vraie réflexion sur notre société.

Par conséquent, la portée politique et sociale du film reste invariablement au point mort, le scénario s'appuyant sur une idée extrêmement ambigüe – limite fascisante – sans vraiment se donner la peine de la développer, sans nuancer son propos, ni témoigner d'une véritable volonté de dénoncer les futures et hypothétiques dérives d'un système qui se serait radicalisé...
"AMERICAN NIGHTMARE 2" expose par ailleurs une vision un peu simpliste de ce à quoi pourrait ressembler une nuit durant laquelle toute forme de crimes serait permise. Si la perspective du viol est timidement esquissée au début du film, les exactions se limitent davantage à de "simples" meurtres à l'arme à feu et à du divertissement morbide pour richards en mal de sensations fortes, qu'à des massacres, des tortures, des pillages... où tous les pires instincts de l'homme s'exprimeraient librement, et dans le chaos le plus total.

Si le manque de consistance du scénario n'est pas fait pour apporter de la crédibilité au film de James DeMonaco, on parvient néanmoins à se laisser embarquer dans cette course contre la montre, dont l'atmosphère n'est pas sans rappeler le cultissime "THE WARRIORS", avec ces bandes masquées se livrant à une sinistre chasse à l'homme nocturne à travers les rues de Los Angeles. Pour autant, ne soyons pas dupes, malgré d'efficaces moments de tensions, "AMERICAN NIGHTMARE 2" reste une production opportuniste à vocation purement commerciale.
Note de : 4.5 sur 10
Publiée le
American Nightmare 2 : Anarchy
American Nightmare 2 : AnarchyAmerican Nightmare 2 : AnarchyAmerican Nightmare 2 : AnarchyAmerican Nightmare 2 : AnarchyAmerican Nightmare 2 : AnarchyAmerican Nightmare 2 : AnarchyAmerican Nightmare 2 : Anarchy

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
TENEBRAE - 05/11/2014 à 13:14
# 1

L'approche futuriste est circonscrite et il est vrai que la portée sociale et politique est en anorexie.
Pour autant, je lui accorde le mérite de l'efficacité purement minimale mais attendue pour éviter de bailler au visionnage dasn l'action et le rythme .
Pour l'anticipation, elle est seulemnt reléguée à un contexte temporel sans le moindre décor futuriste ou effets visuels qui auraient pourtant leur véritable place... sauf une belle horloge style time square! Votre critique est sévère mais justifiée, car comme une verrue sur la face, une fois détectée on ne voit plus que ça !

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
2 + 6 = ?

Cette page a été vue 5827 fois.