pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film Abnormal Beauty

ABNORMAL BEAUTY

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (14) | NEWS | DVDS (1) | VIDEOS
Titre original : Sei Mong Se Jun
Réalisé par Oxide Pang
Année : 2004
Pays : Hong Kong
Durée : 98 min
Divers : NTSC

DVD provided by : Sensasian
Note du rédacteur : 4 / 10

L'HISTOIRE

Jiney est étudiante en photographie. Un jour, elle est témoin d'un accident de voiture meurtrier et prend des photos de la scène. Elle ressent une telle satisfaction, qu'elle devient obsédée par l'idée de photographier la mort...

LA CRITIQUE

Les frères Pang à qui l'on doit notamment "THE EYE", "THE EYE 2", ou encore "BANGKOK HAUNTED", récidivent avec ce "AB-NORMAL BEAUTY", mais cette fois, c'est Oxide Pang seul qui est en charge de la réalisation, Danny se contentant de participer à la production aux côtés de son frère.

La première partie du film raconte l'histoire d'une jeune photographe qui se découvre une fascination malsaine pour la mort. Alors qu'elle est témoin du décès d'une femme dans un accident de voiture, Jiney se sent irrésistiblement attirée par l'image de cet instant, qu'elle immortalise par une série de photos. L'excitation que cela lui procure la pousse à en vouloir toujours plus. Ainsi, elle ne cesse de photographier des scènes plus morbides les unes que les autres, qu'elle finit par mettre elle-même en scène, tout cela sous l'œil inquiet de son amie Jas et de son amoureux éconduit, Anson.
Toujours dans un registre proche du fantastique, le film glisse peu à peu vers le thriller horrifique, quand dans la seconde partie, Jiney devient la cible d'un mystérieux psychopathe adepte de suff movies. Elle se retrouve alors victime de son propre "jeu"...

Que dire de "AB-NORMAL BEAUTY"... En deux mots : voilà un long métrage qui privilégie allègrement la forme au fond ! Effectivement, on ne peut reprocher à Oxide Pang d'avoir apporté un soin tout particulier aux images, et visuellement les décors, les couleurs et les prises de vues sont assez réussis, donnant même un petit côté clip très tape à l'œil, qui ne fait malheureusement que masquer les imperfections d'un film au scénario bancal. Décousu et mal structuré, celui-ci mélange avec maladresses les scènes sanglantes et les souvenirs d'enfance traumatisants de Jiney, réveillés par cette obsession exacerbée pour le morbide. Certaines pistes auraient pu être mieux exploitées au lieu de virer de bord avec cette histoire de snuff movies complètement superflue.
Les sœurs Wong (du duo 2R), plus à l'aise dans leur vrai métier de chanteuses Pop, jouent horriblement mal leurs rôles respectifs, en particulier Race, peu crédible dans sa quête macabre.

En définitive, même si le clan Pang n'a jamais vraiment excellé dans la réalisation, il nous avait tout de même habitué à un peu mieux. Ceux qui s'attendaient à un film choc seront passablement désappointés. Au lieu de cela, "AB-NORMAL BEAUTY" est bourré de prétentions, en plus de se montrer vide et fade. Quelle déception !
Note de : 4 sur 10
Publiée le
Abnormal Beauty
Abnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal BeautyAbnormal Beauty

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
chr rapeur - 09/09/2008 à 00:00
# 2

dadoucheka tu di que le cinema asiatique n'arrive pas a la cheville de celui des americains c'es normal car les asiatique sont tres loin en avant c'est a dir la cheville il l'on deja passer depuis longtemps et il l'on meme fracturer donc merci de corriger l'erreur que tu as faite dans ton message

Sa note: 10/10
Dadoucheka - 12/06/2008 à 15:05
# 1

C'ets vrai que le suspence prend aux tripes, même si les films asiatiques n'arrivent pas à la cheville des grosses productions américaines.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 1 = ?

Cette page a été vue 8733 fois.