pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film 5 Dead On The Crimson Canvas

5 DEAD ON THE CRIMSON CANVAS

FICHE | CRITIQUE(S) | PHOTOS (13) | NEWS | DVDS (1) | VIDEOS
Réalisé par Joseph Parda
Ecrit par Joseph Parda
Année : 1996
Pays : USA
Durée : 96 min
Divers : NTSC Region 1
Note du rédacteur : 7 / 10

L'HISTOIRE

La mort et le démembrement sont les obsessions de l'artiste rêveur Richard Streeb et ses peintures macabres font sensation. Jusqu'à cette nuit sombre, où la réalité a imité l'art, lorsqu'une personne vêtue de noir décide de montrer à Richard le goût brutal et sanglant de son attirance pour le morbide.
Mais alors que le corps de Richard a disparu, tout le monde est devenu suspect, y compris son propre frère, Bill, qui commence à mener sa propre enquête.
A travers un labyrinthe de pervers, de prostituées et de psychopathes, Bill se retrouve bientôt face à face avec le mystérieux tueur. Mais la folie ne s'arrête pas là...

LA CRITIQUE

Le Giallo, qui a connu ses heures de gloires il y a quelques années avec les réalisations de Mario Bava, Dario Argento et consorts, est un genre cinématographique qui se fait de plus en plus rare de nos jours, surtout dans l'univers du film amateur.
Pourtant, un an avant de tourner "GUILTY PLEASURES" (déjà critiqué sur Oh My Gore !), Joseph Prada tente d'imiter ses homologues italiens avec "5 DEAD ON THE CRIMSON CANVAS", une petite production américaine.
A ses cotés, on retrouve le célèbre Joe Zaso dans l'un de ses tout premiers rôles, ainsi que Liz Haverty qui retravaillera avec lui sur "GUILTY PLEASURES".

Richard Streeb est un peintre qui couche sur la toile ses plus macabres pensées, et cela a fait de lui un homme riche. Il vit avec sa femme Gloria dans un luxueux hôtel particulier, mais un soir, après le dîner, il est poignardé à mort sous les yeux de son épouse.
Alors que l'enquête piétine, Bill, le frère de Richard, est bien décidé à démasquer le tueur...

"5 DEAD ON THE CRIMSON CANVAS", qui a part ailleurs gagné le FANTAFESTIVAL en 1996 (remporter un prix en Italie avec un Giallo est quand même une belle reconnaissance), est plus qu'un simple hommage. En conservant les codes qui ont fait de ce genre l'un des plus populaires dans les années 60-70, Joseph Prada nous livre un film de haute qualité, au suspens haletant, avec des effets gores assez réalistes.
Jouant avec sa caméra à la manière des grands maîtres italiens, le réalisateur nous démontre ici l'étendue de son talent, malgré la mauvaise qualité de l'image (due à un tournage en super 8), et quelques scènes aux dialogues interminables.

Un film hommage à l'age d'or du cinéma italien, qui n'est certes pas spectaculaire mais qui rempli son contrat à merveille.
Note de : 7 sur 10
Publiée le
5 Dead On The Crimson Canvas
5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas5 Dead On The Crimson Canvas

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Aucun commentaire pour l'instant.
Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
4 + 5 = ?

Cette page a été vue 5004 fois.