pixel
Retour à l'accueil > Critiques >

Critique du film 17ème Gamescom de Cologne

17EME GAMESCOM DE COLOGNE

Année : 2009
Pays : Cologne, Allemagne
Note du rédacteur : 10 / 10

LA CRITIQUE

Le Gamescom de Cologne se met au fantastique !

En reportage sur le salon du jeux vidéo Gamescom, nous avons eu l'occasion « d'approcher » quelques uns des jeux qui feront frissonner les joueurs d'ici quelques mois. C'est en effet dans de domaine des jeux d'horreur que le jeux vidéo s'illustre ces derniers temps.
Dans certains cas, les sensations vécues se rapprochent de celles que l'on ressent dans les meilleurs productions cinématographiques du genre...A condition d'apprécier le jeux, cela tombe sous le sens !
Les quatre « titres » qui vont être présentés ont été dévoilés durant le salon du Jeux Vidéo de Cologne. Afin d'obtenir un « dossier » homogène, nous avons choisi des « soft » exclusivement produits pour la console de jeux Wii. Le paradoxe entre l'image « gentillette » de la console Nintendo et la violence des ces jeux nous semblait quelque peu intéressante à exploiter. Car au delà des jeux familiaux, enfantins ou « badgés » Nintendo (Zelda, Mario...), la Wii possède elle aussi, son côté obscur...
Nous allons essayer d'y plonger aujourd'hui !


Le Rail-shooter, un concept simple mais grisant !

Les deux premiers titres appartiennent à une catégorie de jeux de plus en plus populaire, le « Rail-Shooter » (jeux de tir sur rail). Dans le cas présent, nous pourrions les rebaptiser « Horror-Rail-Shooter »...
Après le très bon "HOUSE OF THE DEAD OVERKILL" (Sega), Capcom et Electronic Arts remettent le couvert avec des licences qui leurs sont propres.
Le concept des ces jeux pourrait s'apparenter à celui présent dans certains films d'horreurs (je pense particulièrement aux productions des années 1970-1980). Un scénario un peu « léger » car l'intérêt n'est pas vraiment à ce niveau là. C'est pourquoi nous ne nous attarderont pas sur cet aspect dans ce « sujet ».
Le « rail-shooter » se veut surtout un genre captivant, ne laissant que peu de temps de réflexion au joueur. Votre survie dépendra de votre capacité à tirer sur tout ce qui bouge dans un temps record. Les émotions s'enchainent ainsi à une vitesse déconcertante et au rythme des décapitations d'aliens et autres Zombies...Coup de projecteur !

"RESIDENT EVIL DARKSIDE CHRONICLES" : Le plus efficace !

RE Darkside reprend la trame de "RESIDENT EVIL 2" et "RE CODE VERONICA" avec Leon S.Kennedy et Claire Redfield en « Guest Stars ». Par rapport au précédent opus de la série, « Umbrella Chronicles », on peut dire que les développeurs ont très bien travaillé ! Visuellement, la Wii rend une excellente copie ! Les bâtiments sont parfaitement modélisés et les rendus de ciels comblent le joueur de bonheur. Quand aux « fameux » Zombies, le réalisme (si je puis dire...) de leurs animations rend le tout particulièrement jouissif de même que le rendu de leurs visages en putréfaction. On peut réellement parler de film interactif d'autant que les effets de lumières sont de très grande qualité. L'animation fluide et rapide permet d'apporter un dynamisme de jeux vraiment crucial dans ce type de production. Les phases d'action s'enchaînent à une vitesse démoniaque : Zombies se ruant sur vous ou chiens enragés, on ne sera pas trop de deux pour éliminer ce véritable « fléau ». Deux, car le jeux propose un mode coopération qui décuple encore le plaisir de jeux. La compatibilité avec le Wii Zapper (Sorte de pistolet) permet également d'atteindre un degré d'immersion jamais vu dans ce type de production.
Malgré tout, quelques répits vous seront accordés durant des scènes un peu plus lentes (Comme une longue ruelle sombre) qui permettront également d'écouter les dialogues entre nos deux héros. De quoi récupérer également des munitions ou renforcer votre « arsenal ». Côté bande-son, une fois encore c'est le carton plein. La musique « flippante » de la série est toujours de la partie et les hurlements des créatures toujours aussi angoissants. Le bruit des détonations, tir de mitraillettes et de chair qui explose sous l'effet des balles ajoutent une vraie atmosphère stressante à l'ensemble de « l'aventure »...Un pure moment de jeux vidéo !
Le déplacement de la caméra apporte probablement beaucoup à cet aspect réaliste qui se dégage de Resident Evil. On imagine aisément un caméraman « virtuel » réagissant immédiatement au moindre bruit émanant du décors. Le rendu est génial, original et apporte du rythme...et des émotions fortes au joueur. Une nouvelle fois, l'aspect « ciné-movie » est omniprésent. Au final, malgré son concept « basique », "THE DARKSIDE CHRONICLES" parvient à nous tenir en haleine constamment dans un univers ultra-réaliste et convainquant. Reste à attendre le 27 Novembre pour un verdict définitif !

"DEAD SPACE EXTRATION" : Changement radical de décors !
Oui, car avec "DEAD SPACE" sur Wii, nous voilà au beau milieu de nulle part, dans l'espace et à bord d'un vaisseau pour le moins « habité ».
Pour les connaisseurs de la série, le joueur intègre un groupe de survivants de la colonie minière ou sont apparus les très « glamour » Nécromorphes...
Voilà qui met l'eau à la bouche !
D'entrée, on remarque le contraste avec "RE DARKSIDE CHRONICLES". Les couleurs, tout d'abord, qui illustrent parfaitement ce que pourrait être le « logis » de ces créatures venues d'ailleurs « type » Aliens. On retrouve d'ailleurs un « petit quelque chose » venant du film dont Sigourney Weaver était la principale protagoniste. On quitte également l'univers des zombies pour quelque chose d'encore plus primaire, mais aussi, plus bestiale. Les premiers opposants s'apparentent à des monstres rampants, sortes de « mix » entre insectes être humains...vraiment repoussant ! Comme dans "RESIDENT EVIL", le mode coopération vraiment plaisant a été intégré. Difficile de dire si il s'agissait d'un choix délibéré d'Electronic Arts mais la version à la quelle nous avons jouée semblait proposer un challenge particulièrement élevé, y compris à deux joueurs. Compte -tenu du nombre d'adversaires et, surtout, de la difficulté à s'en débarrasser, la présence d'un amis « humain » est carrément la bienvenue. Plutôt un bon point, donc.
Graphiquement, on a vu mieux mais le style si propre à la série "DEAD SPACE" est bien présent.
« Extraction » reste très joli pour un jeux Wii.
Après un temps d'adaptation oculaire du à ce « camaïeu » de couleurs à la fois ternes et criardes, on entre dans la bataille avec rythme. Les Aliens se jettent sur vous à une vitesse phénoménale et montrent une pugnacité justifiant la pleine attention du joueur. Heureusement, l'arsenal proposé permet de lutter quasiment à armes égales. Outre les « bons gros guns » futuristes, on a particulièrement apprécié les disques rotatifs, diablement efficaces. Il ne sera d'ailleurs pas rare d'arracher, un à un, tous les membres d'un ennemi avant de l'achever finalement d'une balle dans la tête...c'est gore ! L'objectif semble donc atteint... Un mode spécial vous permettra également de « figer » momentanément l'un de vos ennemis afin de prendre le temps de vous livrer à tout un tas de petites tortures honteuses ayant pour but ultime de lui enlever la vie.
Les développeurs semblent avoir voulu jouer avec l'aspect le plus cruel résidant en chacun de nous. Chacun pourra décider du supplice à infliger aux créatures rencontrées, de quoi satisfaire tout le monde. Servi par un Gameplay très bien pensé, "DEAD SPACE EXTRACTION" s'affirme comme un concurrent sérieux à son petit homologue de chez Capcom ("RESIDENT EVIL"), bien que proposant un univers complètement différent. Une fois encore, le concept est simple mais fort bien utilisé. E.A parvient même à amener quelques idées « rafraichissantes » dans un genre de jeux de plus en plus difficile à renouveler.
Rendez-vous le 3 Octobre 2009 pour un test plus poussé.


Survival-Horror, esprits fragiles, s'abstenir !

Lorsque l'on parle de Survival Horror, difficile de ne pas penser à la série des "RESIDENT EVIL" (RE 0 à RE 5). Les deux jeux dont nous allons parler sont cependant assez différents du concept de ce dernier.
Le premier nous transport dans une monde assez proche « visuellement » de son homologue mais avec un principe de jeux complètement différent.
Le second n'est lui,réellement comparable à aucun jeux existant, tant ses environnements et son scénario le place dans la catégorie « ovni-vidéo-ludique ».
Nos deux « stars » du jours conservent malgré tout quelque chose d'important en commun : Un aspect psychologique particulièrement étudié et poussé.
Clairement, le but sera de décontenancer le joueur en lui infligeant les pires supplices mentaux...Action !

"SILENT HILL" revient...
Konami avait tout prévu lors de cette édition 2009 du Gamescom.
Ainsi, pour jouer à "SILENT HILL SHATTERED MEMORIES", nous avons été invités à pénétrer dans une « petite cabane pré-fabriquée » directement inspirée des maisons hantées bien connues dans les fêtes foraines. C'est donc dans une semi-obscurité et après avoir intégré l'un des quatre « box » présents que nous avons pu « enfin » essayer ce « Remake » du premier "SILENT HILL" sorti à l'époque sur console Playstation.
Casque audio sur les oreilles, nous voilà manette en main, prêts à en découdre.
Visuellement, le tout a subi un profond lifting afin de proposer des graphismes dignes du support choisi.
Côté action, pas de hordes de zombies se jetant sur vous dès les premières minutes....du moins pour l'instant! On commence l'aventure doucement, pour permettre au joueur (incarnant Harry Mason), de prendre ses marques et s'habituer aux commandes. On se retrouve donc dans une petite ville sous la neige, avec pour seul équipement, une lampe torche et un téléphone portable. Maniaques de la gâchette, ce jeux n'est pas pour vous !
Passé cette phase de découverte relativement pacifique (phase durant laquelle vous découvrirez que prendre une photo peut vous permettre de découvrir un « poltergeist » invisible à l'œil nu), vous pourrez enfin vous confronter à ces chers créatures que l'on aime temps dans ce type de jeux : Les Morts-vivants !
C'est à ce moment là que le joueur non-averti vivra son premier moment d'angoisse...On a beau chercher dans ses poches (ou son inventaire...), pas une seule arme à feu ou arme blanche à l'horizon ! Aucun d'éléments de décors pouvant être utilisé comme projectile non plus...
Non, dans "SHATTERED MEMORIES", il va vous falloir fuir !
Second problème, les Zombies courent plus vite que vous (fallait le savoir...). Enfin, Ultime problématique, ils ne se « baladent » jamais seuls, préférant évoluer « en famille »...
Dès lors, peu de possibilités si ce n'est celle de prendre la première porte se présentant à nous pour courir au travers de la pièce (sombre qui plus est) ainsi découverte puis à nouveau se ruer vers la porte suivante...ainsi de suite pendant parfois de nombreuses minutes. A vrai dire, on a le sentiment de se retrouver dans l'un des ces cauchemars sans fin que nous avons probablement tous déjà fait.
Malgré tout, pas de lassitude à l'horizon. On reste bien trop occupé à essayer sauver notre peau pour penser à quoique ce soit d'autre. Et si par malheur l'un d'entre eux nous attrape, il sera toujours possible de donner un coup (en suivant la direction indiquée à l'écran) via un mouvement sec du couple wiimote/nunchuk.
Mais attention car au bout de trois ou quatre confrontations physiques, notre héros s'écroulera définitivement...
Ces phases de « course » sont particulièrement stressantes car l'on se sent tout d'abord oppressé, puis frustré de ne pouvoir choisir sa direction autrement que pas pure réflexe instinctif. Le fait de pouvoir regarder derrière nous durant la poursuite ajoute encore au caractère stressant de ces phases. La bande-son aidant (Musique accélérée et cris des zombies), on se met réellement à transpirer. Complètement perdu, on en vient même à espérer que quelqu'un intervienne pour nous sortir de cette mauvaise passe (comme c'est parfois le cas dans certains jeux)... oui, mais, dans "SHATTERED MEMORIES", personne ne viendra jamais vous aider !
Seule alternative : persévérer pour finalement trouver une sortie à ce labyrinthe sans fin, sous peine de servir de déjeuner (ou diner...) à une famille Zombies !
L'aspect le plus troublant du « soft » réside dans le fait que, après une partie, on ne sait plus vraiment ce qui s'est passé réellement durant la poursuite. On a l'impression d'avoir ressenti, ou vu les ombres des assaillants mais on ne peut jurer de rien. A se demander si une partie des sensations vécues ne venaient pas directement de notre cerveau qui, complètement perdu et poussé dans ses derniers retranchements aurait fini par envoyer de fausses informations...vraiment flippant !
Quand on sait, en plus, que la ville de Silent Hill évolue en fonction des directions et des décisions prises par le joueur (ex : un bar au lieu d'un restaurant en fonction des joueurs), on se rend compte à quel point le jeux de Konami nous plonge dans univers peut être plus angoissant encore que celui du cinéma. Chaque action du joueur influencera le déroulement du scénario et du jeux tout entier.
Un jeux « évolutif » en somme et qui s'adapterait d'une certaine façon au « psychique » du joueur.
Oui, là, ça devient vraiment flippant ! Ce sera donc à vous de prendre les décisions et d'en subir les conséquences.
Un des « grands » jeux de cette fin d'année sur Wii. Sortie prévue pour Novembre 2009.

"CURSED MOUNTAIN" : Des Tibétains pas si « zen » que ça...
Le petit dernier de notre sélection est certainement le plus original d'entre tous. Compte tenu qu'il s'agit (contrairement aux trois autres) d'une toute nouvelle licence (de l'éditeur Koch Média), un petit point « scénario » s'impose. L'histoire tourne autour de deux frères dans les années 1980. Le premier, parti à la recherche de reliques liées à la culture tibétaine, disparaît mystérieusement dans la célèbre et non moins dangereuse chaine de montagne de l'Himalaya.
Le second, volant à son secours avec la ferme intention de le ramener en vie.
L'aventure vous proposera de passer par divers environnements comme un Temple Tibétain, un village d'altitude ou encore, le sommet de la montagne, portant le nom de Cho Oyu, Mont culminant à plus de 8000 mètres d'altitude.
Comme chacun le sait, l'altitude et le froid finissent pas agir sur les capacités cérébrales du cerveau humain. C'est en partant de cette idée que les développeurs ont bâti le concept de "CURSED MOUNTAIN".
Parallèlement à votre ascension progressive, le héros rencontrera également des ennemis de plus en
plus « agressifs ».
Les ennemis, parlons-en, puisque certains d'entre eux sont des esprits prisonniers d'un « entre deux mondes » et de plus en plus « énervés » de n'avoir pu rejoindre la lumière céleste. Moines tibétains, aventuriers pris dans une avalanche ou victimes d'un crash aérien, tous seront là pour vous rendre la vie dure.
Une fois encore, il faudra oublier les armes à feu, muni de vos piolets d'escalade qui vous permettront, entre autre, d'escalader des parois rocheuses. Malgré cela, il sera possible de combattre avec des « pouvoirs » qu'il faudra découvrir au fil de l'aventure.
Plus le manque d'oxygène se fera ressentir, plus vous aurez tendance à « délirer » et donc, voir des « choses » de plus en plus troublantes. La bande-son très... « couleur locale » (Chants de moines Tibétains), accentue ce sentiment d'inconnue et d'angoisse déjà très présent.
Pour le joueur, il sera quelque fois difficile de savoir si ces « visions spectrales » sortent tout droit d'un cerveau manquant cruellement d'oxygénation ou d'un monde parallèle visible (et donc réel) qu'à une certaine altitude...Peu de gens s'étant aventurés à de telles hauteurs, difficile de savoir avec exactitude ce qu'il s'y passe, mentalement et physiquement.
Car c'est dans le monde « Bardo » (sorte de purgatoire, frontière entre le réel/irréel) que les événements commenceront à devenir dangereux pour votre vie...ou votre santé mentale, c'est selon ! Interviewé sur la question, le chef de projet, Filipp Martin expliquait souhaiter proposer aux joueurs une aventure permettant de ressentir des émotions particulières connues dans certains films. On parle ici de films comme "SIXIEME SENS" ou "FIGHT CLUB", deux productions cinématographiques jouant sur l'aspect psychologique et/ou surnaturel, sachant que les deux pourraient être liés.
Pour donner encore plus d'émotions au joueur, il a souhaité y ajouter une histoire de légendes paranormales, du plus bel effet, il est vrai !
Au final, avec son côté recherche assez développé, ses phases d'escalade et ses nombreux environnements/monde parallèles, "CURSED MOUNTAIN" est d'une richesse exceptionnelle !
Un jeux qui devrait proposer des émotions digne des plus grandes œuvres cinématographiques du genre, malgré des graphismes « bons, sans plus ». Encore un titre incontournable pour les amateurs de sensations fortes. Confirmation d'ici peu, avec le Test complet.
Sortie le 27 Aout 2009.

C'est terminé pour ce premier dossier consacré aux Jeux d'horreur/épouvante sur Wii. On vous dit à très bientôt pour les Tests complets de ces deux jeux, l'interview de Martin Filipp ("CURSED MOUNTAIN") et pour un nouveau dossier consacré à quatre autres jeux « d'horreur » ("DONT THE GRUDGE" et "THE CALLING").

Sujet réalisé par J.Barthet, journaliste indépendant - http://nintendoreporter.e-monsite.com/
Note de : 10 sur 10
Publiée le
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne
17ème Gamescom de Cologne

- VOS COMMENTAIRES (ancienne version pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook) -

Attention, vous laissez des commentaires sur le film et non sur la critique ou le site.
Tout commentaire injurieux, raciste ou déplacé sera supprimé par la rédaction.
Sharita Termeer - 07/08/2014 à 09:46
# 3

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Sharita Termeer - 07/08/2014 à 07:05
# 2

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Sharita Termeer - 01/08/2014 à 14:46
# 1

Properly just considered i'd say howdy. Terrific web site Ian.

Laissez votre commentaire
Nom / Pseudo :
Email :
Site Web :
Commentaire :
5 + 3 = ?

Cette page a été vue 1705 fois.