Une Nuit en Enfer de Robert Rodriguez, 1996

-> Le gros Gore qui tache et les films dégueux à vomir

Une Nuit en Enfer de Robert Rodriguez, 1996

Messagepar BRUNO MATEI » 10 Juillet 2015, 06:15

Titre d'Origine: "From dusk till dawn"
Réalisateur: Robert Rodriguez
Année: 1996
Origine: U.S.A.
Durée: 1h48
Distribution: Quentin Tarantino, George Clooney, Harvey Keitel, Juliette Lewis, Ernest Liu, Salma Hayek, Cheech Marin, Danny Trejo, Tom Savini, Fred Williamson

Sortie salles France: 26 Juin 1996. U.S: 19 Janvier 1996

FILMOGRAPHIE: Robert Rodriguez est un réalisateur et musicien américain, d'origine mexicaine, né le 20 Juin 1968 à San Antonio, Texas, Etats-Unis. 1992: El Mariachi. 1993: Roadtracers (télé-film). 1995: Desperado. 1995: Groom Service (Four Rooms, segment: The Misbehavers). 1996: Une Nuit en Enfer. 1998: The Faculty. 2001: Spy Kids. 2002: Spy Kids 2. 2003: Spy Kids 3. 2003: Desperado 2. 2005: Sin City. 2005: Les Aventures de Shark Boy et Lava Girl. 2007: Planète Terror. 2009: Shorts. 2010: Machete (co-réalisé avec Ethan Maniquis). 2011: Spy Kids 4. 2013: Machete Kills. 2014: Sin City: j'ai tué pour elle. 2014: From dusk till Daw: The Series (épis 1,2 et 4).

Avertissement: Il est préférable de ne pas lire cette chronique pour ceux ignorant le retournement de situation de l'épicentre horrifique !

Fruit de l'association Rodriguez/Tarantino, Une Nuit en Enfer se présente comme un hommage référentiel aux films gores des années 80, particulièrement les classiques notoires Evil-Dead, Brain Dread ou Ré-animator ayant su combiner avec efficacité humour noir et horreur. Fort d'un concept aussi original qu'audacieux, Quentin Tarantino juxtapose dans le même métrage deux genres distincts, le polar ultra violent et le film d'horreur gore afin de surprendre le spectateur embarqué dans une virée meurtrière à l'aura exotique. La première partie s'attarde sur les exactions criminelles de deux éminents gangsters, les frères Gesko dont l'un s'avère un redoutable psychopathe à la gâchette facile. Dans un rôle aussi excentrique que cynique, Tarantino himself se prend un malin plaisir à se parodier dans sa fonction secondaire de criminel sans vergogne tributaire de ses pulsions sexuelles et sadiques. Le prélude débutant par leur braquage d'une épicerie annonce la couleur (sardonique) dans le spectacle imparti à ses gunfights chorégraphiés, sa violence volontairement grand-guignolesque et son humour débridé rehaussé de réparties percutantes (on reconnait bien la verve ciselée des dialogues de Tarantino attitré au poste de scénariste !).

Après leur prise d'otage tragique auprès d'une caissière, nos deux malfrats décident de s'en prendre à un veuf catholique propriétaire d'un camping-car et accompagné de ses deux chérubins. Une stratégie d'évasion afin de rejoindre la frontière mexicaine et d'attendre l'arrivée d'un auxiliaire au Titty Twister, un pub salace dont la clientèle est uniquement constituée de motards et camionneurs férus de fornication. Après quelques échauffourées musclés avec quelques marginaux irascibles et l'entracte d'une danse lascive chorégraphiée par une effeuilleuse (la plantureuse Salma Hayek se prête au jeu torride avec une élégance sulfureuse !), place au défouloir des règlements de compte d'un style nouveau. Le Titty Twister s'avérant finalement le repère d'un nid de vampires mexicains assoiffés de sang auprès de leur clientèle éméchée. Avec une inventivité vertigineuse dans les stratégies d'attaques et de défense que nos héros doivent rapidement négociés, et un sens débridé de leurs affrontements homériques contre des créatures hybrides (vampires reptiliens, créatures animalières et goules décaties !), Robert Rodriguez accumule les séquences horrifiques sur un rythme échevelé et parmi l'appui d'FX décomplexés (en dépit de certains effets grossiers en CGI). Renforcé des aimables caméos que forment Tom Savini et Fred Williamson, ces derniers s'en donnent à coeur joie pour prêter main forte à nos héros avec un sens de dérision burlesque. Qui plus est, avec une véritable ambition formelle, Rodriguez transfigure l'architecture gothique de l'antre mexicain du Titty Twister par le biais d'une flamboyante photo sépia, tout en exploitant habilement les recoins subsidiaires de couloirs et sous-sols caverneux. Le tout rythmé au son endiablé d'un rock mexicain oscillant avec le classicisme d'une musique funèbre.

Jouissif et trépidant, Une Nuit en Enfer transcende la forme d'une série B cartoonesque pour le bonheur des fantasticophiles ayant été bercés par les classiques gores de leur adolescence. Bougrement inventif pour les affrontements épiques maniés avec l'artillerie d'armes customisées, et motivé par la chaude complicité de comédiens en roue libre, ce train fantôme vertigineux se permet notamment de rendre hommage au cinéma fantastique mexicain imprégné de mysticisme (la rédemption du père mécréant et son influence spirituelle sur son groupe de survivants). Ce qui nous conduit au baroud d'honneur lorsque des goules faméliques arpentent scrupuleusement les couloirs étroits de la crypte pour y affronter nos rescapés, bien avant de nous dévoiler l'envers du décor du Titty Twister !
Avatar de l’utilisateur
BRUNO MATEI
Oh My Gore ! Fan
 
Messages: 1319
Inscription: 14 Novembre 2010, 10:25

Retourner vers Cinéma Gore, Trash & Splatter

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron