Combat Shock

-> Le gros Gore qui tache et les films dégueux à vomir

Messagepar Maniak » 16 Avril 2006, 14:56

user posted image
Franckie, vétéran du Vietnam, essaye de refaire surface dans une vie où il n'a plus sa place. Il voit son monde s'écrouler et parcourt les rues à la recherche d'un travail. Mais la ville est une jungle où Franckie ne tarde pas à perdre complètement pied...
user posted image

Un troma au ton très sérieux, exit l'humour et les tromettes, mais à la place on a une ambiance terriblement malsaine à la Taxi Driver. Le héros désesspéré parcours des rues glauques et sales, remplies de putes et de junkies en manque...
La première partie du film est peu être un peu longuette, mais cela permet de bien s'imprégner de l'atmosphère et ça décuple la puissance de l'atroce final, gore et traumatisant à souhait!

Très bon film, glauque et choquant! :woot:
Avatar de l’utilisateur
Maniak
Katana Orgy
 
Messages: 4755
Inscription: 17 Juin 2004, 12:02
Localisation: Vosges

Messagepar Sir Gore » 16 Avril 2006, 15:12

Mmmh, intéressant ! :)

À noter que le réalisateur en question de ce film devait se charger de mettre en scène la suite de Maniac (intitulée Maniac II - Mr. Robbie), qui, on le sait, n'a jamais vu le jour en raison du décès prématuré de l'immense Joe Spinell. :( :(

Il y a cependant quelques rushes de cette séquelle d'une valeur inestimable inclus dans les bonus du DVD de Maniac, couronnés par une scène de meurtre monstrueusement Gore. Ca donnait d'ores et déjà un truc très prometteur.

Mais ça, c'est une autre histoire...
Avatar de l’utilisateur
Sir Gore
fulciologue averti
 
Messages: 2585
Inscription: 24 Août 2005, 09:37

Messagepar Remy » 16 Avril 2006, 15:22

un tres bon film vraiment hardcore
Image
Avatar de l’utilisateur
Remy
Ego Ego sum Sacerdos Lucifer
 
Messages: 1881
Inscription: 05 Novembre 2003, 16:39
Localisation: crystal lake

Messagepar Killjoy » 16 Avril 2006, 16:41

ça a l'air hyper intéressant ça ! :)
Avatar de l’utilisateur
Killjoy
HorrorDetox
 
Messages: 15664
Inscription: 14 Novembre 2003, 13:15

Messagepar SUSPIRIA » 17 Avril 2006, 09:55

COMBAT SHOCK est un film bricolé avec 3 sous plus proche de la série Z que B et l'interprétation est très "amateuriste" mais s'en dégage une vraie atmosphère putride et bien crade, malsaine et glauque, filmé à la manière d'un documentaire sur les bas-fonds de New-York avec son lot de péquenos, travelos, dealers, SDF et paumés de toutes sortes. Quelques séquences sont très réussies comme le look du bébé monstre à la "Eraserhead", le shout de coke sur la plaie ou le final proprement déguelasse sans issue de secours. Les décors trashs sont bien mis en valeur avec le cours du récit et le héros principal s'en sort plutôt bien dans la peau d'un vétéran du vietnam complètement paumé, son physique de tox dépéri l'aide beaucoup il faut dire.
Pour une production TROMA un cauchemar urbain au ton très sérieux réussi en priorité par son ambiance nauséeuse et son constat social très réaliste, impitoyable et désespéré !
Note: 3/4
SUSPIRIA
BRUNO MATEI
 
Messages: 4055
Inscription: 30 Avril 2004, 06:35

Messagepar Alex W » 18 Avril 2006, 20:17

térrible ce film , un Troma hors normes...
Avatar de l’utilisateur
Alex W
Oh My Gore ! Worshipper
 
Messages: 633
Inscription: 06 Février 2006, 11:09

Messagepar BRUNO MATEI » 17 Juin 2011, 16:36

En 1986, un jeune néophyte du nom de Buddy Giovinazzo réalise pour un budget de misère ($40,000) un cauchemar urbain rarement documenté de manière aussi poisseuse et sordide, en dépit du côté maladroit d'une mise en scène hésitante. 25 ans plus tard, ce film maladif et moribond, témoignage désespéré de l'impossible réinsertion d'un vétéran du Vietnam, garde intact son pouvoir de fascination/répulsion dans une ambiance funeste singulière.
Une question reste cependant en suspens ! Qu'est-il arrivé à la firme Troma d'avoir édité un film aussi extrême et nauséeux ?

Franckie est un ancien soldat ayant combattu durant la guerre du Vietnam. Resté hospitalisé durant 3 ans suite à de graves séquelles psychologiques, il peut enfin retourner dans son pays natal pour retrouver sa femme et son jeune fils difforme âgé d'à peine 1 an. Au chômage, sans ressources d'allocations financières, ils vivent tous trois lamentablement dans un appartement insalubre suintant la puanteur et la nourriture avariée. En désespoir de cause et sous l'influence de sa femme irascible, il décide d'arpenter inlassablement les rues dépravées pour trouver un quelconque boulot partiel.

Avec son prélude belliqueux où l'action est supposée se dérouler en pleine jungle du vietnam, on pouvait craindre le pire dans ces décors de pacotille où quelques soldats américains jouent les baroudeurs farouches contre l'antagoniste hostile. Le réalisateur alternant stock-shots de documents d'archive de guerre et séquences simulées de combats sanglants contre l'ennemi redouté, jalonnés de corps déchiquetés et tête tranchées sur une végétation polluée.
Ce premier quart d'heure peine donc à convaincre faute d'un amateurisme un peu trop forcé mais non dénué d'une certaine ambiance cauchemardesque. C'est au retour au pays US que le métrage va pouvoir se transcender et entamer un voyage au bout de l'enfer pour ne plus lâcher l'amertume dépressive du spectateur jusqu'au générique de fin exutoire.
La narration balisée de Combat Shock n'a rien d'innovante et ne souhaite aucunement structurer une intrigue solide ou substantielle. Tout ce qui fait l'intérêt inhérent à ce cauchemar américain vient de la manière radicale dont notre héros est illustré dans un environnement ultra glauque extrêmement réaliste.
C'est dans son ambiance hallucinée d'une cité urbaine à l'agonie que le métrage s'empreint d'une ampleur visuellement viscérale et palpable, accentuée par une bande musicale planante (bien qu'en décalage de ton à de brefs moments futiles). Misère humaine, toxicomanes azimutés, sdf, prostituées de mineurs, macros, mafieux et quidams désoeuvrés tentent de survivent dans un quartier pourrissant où la grisaille atmosphérique, la déchéance humaine et la violence crapuleuse sont leur lot quotidien d'une existence terne sans but.

Entre le huis-clos irrespirable d'un appartement étroit décrépi et les extérieurs néfastes d'une ville en déliquescence, Buddy Giovinazzo livre l'un des plus impitoyables constats social sur la misère humaine condamnée à survivre et destinée à s'entretuer en guise de précarité alarmiste.
Il illustre avec une détresse implacable le portrait d'une famille désunie. Franckie, père de famille revenu d'entre les morts après l'enfer du Vietnam, marié à une mégère bedonnante incapable de lui éprouver la moindre affection. Pour amplifier ce sentiment de marasme dépressif et de désolation éprouvée, leur lignée est un nouveau né difforme et monstrueux gesticulant langoureusement des râles d'agonie pour cause de famine. Faute de ne plus pouvoir nourrir sa famille famélique et sur le point d'être expulsé de leur foyer, il décide d'errer dans les quartiers malfamés, en quête d'un éventuel emploi subsidiaire dans l'agence matrimoniale familière. Sans aubaine de s'être accaparer d'un poste professionnel, il rencontre sur son chemin un trio de malfrats auquel il leur devait une grosse somme d'argent. Autant dire que la nouvelle journée de Franckie n'est qu'une accumulation de mauvaises rencontres. Même les retrouvailles impromptues avec l'un de ces anciens acolytes, devenu en l'occurrence toxicomane, ne le mènera qu'à une pathétique altercation contre un drogué psychotique.
Lentement, le destin de cet ancien vétéran seul contre tous, revenu au pays pour subir une seconde guerre de survie, va peu à peu sombrer dans la folie suicidaire en guise de rédemption. Et en matière de final nihiliste lapidaire, on peut dire que Combat Shock ira jusqu'au bout de sa labeur pour avoir dépeint le portrait abrupt d'un individu fébrile, déprécié par une société inhumaine sans vergogne, acculé à s'auto-détruire.

UN CAUCHEMAR AMERICAIN.
Sous ses influences assumées de Taxi Driver et Eraserhead, Combat Shock est l'un des plus opaques cauchemars urbains que le cinéma indépendant nous ait été donné de voir. Malgré la maigreur du budget, sa mise en scène chétive et une interprétation folichonne (hormis le jeu honnête du héros plutôt charismatique et concluant), ce portrait sans concession de la solitude humaine laisse une horrible empreinte dans notre psyché, jamais dupe d'un fait divers tristement quotidien.
Image
Avatar de l’utilisateur
BRUNO MATEI
Oh My Gore ! Fan
 
Messages: 1319
Inscription: 14 Novembre 2010, 10:25

Messagepar Forensick » 13 Juillet 2011, 12:38

Un bon film de merde sur un type qui a une bonne vie de merde !
Ca marche plutôt bien je trouve !
Avatar de l’utilisateur
Forensick
Oh My Gore ! Fan
 
Messages: 1713
Inscription: 18 Novembre 2003, 12:38


Retourner vers Cinéma Gore, Trash & Splatter

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron